UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lecture du catéchisme de l’Eglise catholique - Première fiche

3-4 novembre 2012credo.jpg

Chaque fiche paraitra le 1er  et le 3ème dimanches de chaque mois. Vous aurez donc environ 15 jours pour faire la lecture de la section proposée et introduite par cette fiche.

Cette fiche concerne les n° 26 à 73.

N°26 : Ce qui est à remarquer c’est la logique : « la foi de l’Eglise telle qu’elle est confessée dans le credo, célébrée dans la liturgie, vécue dans la pratique des Commandements et dans la prière. » D’emblée, on voit bien le lien entre ces différentes réalités qui sont des composantes indispensables du « croire ».

N° 27-30 : L’homme est fait pour Dieu, c’est dans son être d’homme. La foi est possible car Dieu a créé l’homme – tout homme - capable de communier à Dieu. La recherche religieuse des hommes (à travers les religions) montre que l’homme est un être religieux (n°28)

Mais, c’est le n°29, peut « être oublié, méconnu ou rejeté par l’homme. » Noter les 3 nuances : oubli, présent mais non compris par l’homme, rejeté consciemment… La citation de la Genèse 3/8-10 illustre poétiquement  ces attitudes.

N°30 : l’homme peut oublier Dieu, mais Dieu ne cesse d’appeler l’homme et de susciter la recherche sincère de l’homme. La longue citation de St Augustin illustre cette longue recherche de Dieu qui fut celle du grand docteur de l’Eglise aux 4è et 5è siècles. Il sait de quoi il parle !

Noter aussi 2 citations du Concile « Gaudium et spes ». Le KT rassemble beaucoup de documents : Ecriture Sainte, Pères de l’Eglise, Documents du Concile Vatican II.

N°31 à 35 : Dieu a fait l’homme pour le connaître. Quels chemins peut-il emprunter pour aller à Dieu ? Ces paragraphes résument une réflexion traditionnelle sur les « Chemins (= voies) de réflexion qui mènent à Dieu » ce qu’on a appelé un temps d’une manière inappropriée, les « preuves de l’existence de Dieu ». C’est le sentiment de la fragilité du monde et de l’homme qui passent rapidement,  qui ouvre à Celui qui fait tout exister ! C’est le sentiment de la petitesse de l’homme devant la grandeur et l’immensité du Ciel, qui fait pressentir Celui qui a tout créé.

L’homme peut aussi découvrir en lui une aspiration à l’absolu, à l’infini.. qui lui révèle en creux l’appel à Dieu qui est en lui.

Mais cette connaissance a ses limites : n° 35 à 38 : l’homme peut pressentir l’existence de Dieu mais ne peut pas entrer dans l’intimité de Dieu ni savoir qui il est ; il peut découvrir une loi morale inscrite au fond du cœur de l’homme mais difficilement s’en rappeler le contenu. C’est un enseignement clair du Concile Vatican I et du Pape Pie XII.

N° 39 : L’homme peut par sa raison (= sa réflexion, sa méditation profonde sur l’existence) connaître l’existence de Dieu ; on peut donc parler de Dieu à tout homme, il peut comprendre. Mais cette connaissance selon la raison reste limitée comme notre manière de parler de Dieu(40) … même si de nombreuses qualités que l’on trouve dans les créatures (vérité, bonté, beauté) peuvent nous aider à approcher Dieu : nous pouvons nommer Dieu à partir des perfections de ses créatures qui reflètent la beauté de Dieu. (41) Mais même ainsi nous devons encore purifier notre langage sur Dieu ! (42). Dieu est ineffable (on ne peut pas dire qui Il est, inexprimable) incompréhensible, invisible, insaisissable (par notre raison, notre affectivité). Il faut donc tenir à la fois que certaines qualités des créatures peuvent nous faire découvrir Dieu mais qu’en même temps, ces mots « justes » ne peuvent pas nous dire exactement et parfaitement qui est Dieu : Il dépasse complètement toutes ces notions que nous  avons et tous les mots que nous utilisons pour parler de Lui. (43)

Au n°52, on nous dit que « Dieu habite une lumière inaccessible » comme dit St Paul.

Pour que l’homme s’approche en vérité de Dieu, il faut que Dieu s’approche de lui : c’est la REVELATION. (N°50 à 73) Le christianisme comme le judaïsme n’est pas une religion (démarche de l’homme qui cherche Dieu) mais une foi (une adhésion à Dieu qui SE REVELE.)

N°51-53 : partant de la magnifique citation de Vatican II « Dei verbum », le catéchisme rappelle que Dieu a voulu parler aux hommes et les conduire à partager sa vie divine ! Pure gratuité ! Sans autre raison que l’amour surabondant pour les hommes ! Cette révélation a pour objet :  donner la vie divine aux hommes, en faire des « enfants adoptifs » et révéler qui est Dieu. (51-52). C’est ce qu’on appelle le DESSEIN de DIEU (= son projet) et Dieu le réalise « par des paroles et des actes » : en Dieu les deux sont intimement liés. Pour Dieu, Dire c’est Faire et Faire c’est Dire. (53). Cette révélation se fait par étapes… pour que selon St Irénée évêque de Lyon au 2è siècle, « Dieu et l’homme puissent s’accoutumer l’un à l’autre ». (N° 54 à 67)

            Les différentes étapes :

1 – 54-55 : le premier témoignage que Dieu donne de son existence à tous les hommes, c’est la création et la révélation aux premiers hommes

2 – l’alliance avec Noé : 56-58. Economie divine= dessein de Dieu se réalisant par étapes dans l’histoire. L’alliance avec Noé, c’est l’alliance avec tous les hommes « groupés en nations », divisés entre eux et incapables de faire leur unité. Le péché empêche l’unité et la confession d’un Dieu Unique. 57. Cette Alliance dure jusqu’à la proclamation de l’Evangile « aux nations », c’est-à-dire jusqu’à la fin des temps. (58)… même s’il y a des « justes »parmi ces nations. C’est à la Pentecôte que toutes les nations seront unies dans l’Eglise.

3 – Alliance avec Abraham : 59-61 Pour rassembler l’humanité dispersée, Dieu créé un nouveau peuple autour de la foi en choisissant Abraham le croyant. Ce peuple est la racine sur laquelle seront greffées toutes les nations pour faire l’Eglise.

4 – Ce peuple nouveau,  Israël, Dieu le forme par la délivrance d’Egypte et le Don des Dix Paroles de Vie au Sinaï, éveillant en lui l’attente du sauveur promis. Israël témoigne de Dieu face aux nations, ils sont nos frères aînés. (63 selon l’enseignement de Vatican II). Ce peuple, Dieu le forme par les prophètes  et la constitution d’un petit peuple pauvre et humble … dont plusieurs figures féminines sont la réalisation. (64)

5 – La longue Economie du salut culmine en Jésus en qui Dieu dit tout ce qu’il a à dire aux hommes. (65). Noter la magnifique citation de St Jean de la Croix.

6 – Du coup, si Dieu a tout dit dans le Christ – à l’Eglise au long des siècles de méditer, d’approfondit, de découvrir le message – il n’y a pas d’autre révélation à attendre. Même les révélations privées ( à Catherine Emmerich par exemple, à Maria Valtorta…) n’appartiennent pas au dépôt de la foi ! (67)

Les numéros en italiques dans le catéchisme, regroupés sous la rubrique « en bref » sont des résumés plus simples des paragraphes précédents.

Téléchargez la fiche

Posez vos questions dans les commentaires !

Les commentaires sont fermés.