Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Billet spirituel

  • A propos de l’Evangile de dimanche dernier…

    1er de l’Avent A

    Pourquoi craindre de rencontrer le Seigneur à la fin des temps, à la fin de sa vie ? 

    Voici quelques lignes de Saint John Henry Newman, oratorien anglais de St Philippe Néri (1801-1890)

    « Si cette rencontre dernière est perçue comme redoutable, que dire alors d’une rencontre dans le sacrement de la très sainte communion ? Car c’est jusque dans la forme, un avant-goût de sa venue, une proximité qui en est le gage…Ceux qui pratiquent la communion, comprennent bien qu’on puisse à la fois « craindre » de s’approcher ainsi de Dieu et s’y rendre quand même… La joie ne change pas la crainte révérencieuse, elles persistent toutes les deux… C’est dans ces dispositions différentes que nous voulons rencontrer le Seigneur à sa table, que nous devons prier pour sa venue et que les élus se tiendront devant Lui à son avènement. » 

    Quand nous le rencontrerons à la fin des temps, (ou à la fin de notre vie qui est une anticipation de la fin des temps pour nous personnellement) « si nous sommes à Lui, nous aurons le réconfort intérieur de son Esprit qui nous portera vers Lui et témoignera avec nous que nous sommes enfants de Dieu. Dieu est mystérieusement en 3 endroits :

                1 – tandis qu’il siège au plus haut des cieux il vient juger le monde.

                2 – Tout en jugeant le monde, il est en nous, il nous soutient et va en nous à la rencontre de lui-même. Dieu le Fils est à l’extérieur mais Dieu le Saint Esprit est à l’intérieur ; le Fils demande et l’Esprit Saint répond.

                L’Esprit saint nous est donné ici-bas ; si nous nous laissons aller à l’influence de sa grâce, de sorte qu’il attire vers le Ciel nos pensées et notre volonté et qu’il ne fasse plus qu’un avec nous, il demeurera avec nous, et nous donnera confiance au jour du jugement. »

     

    Prier pour être fidèle jusqu’au bout et accueillir le Christ miséricordieux dès maintenant en toute joie.

    « Que je sois jamais séparé de toi ». (prière secrète du prêtre juste avant la communion reprise par Blaise Pascal dans son Mémorial)

     

    Extraits du Sermon 4

     vol. 4 du 4/12/ 1836

  • Pour bien vivre et comprendre les préparatifs traditionnels de Noël ...

    L’arbre de Noël ?

             Il est parfois de bon ton de se moquer de la superstition populaire ou du paganisme de la fête de Noël que certains voudraient vivre dans une austérité, seule digne d’une fête. D’autres refusent de mettre des sapins dans une église !! ce qui est païen dans les coutumes de Noël, ce sont els branches de gui, de houx pour décorer les murs ou les suspensions dans les pièces. Le sapin est lui, d’origine chrétienne.

     

             En effet, cet arbre de Noël que nous confectionnons dans nos maisons provient de coutumes très religieuses du Moyen Age et des Mystères sacrés joués sur les parvis des églises, en particulier dans la région du Rhin et en Alsace. L’arbre de Noël est né en Alsace. Les plus anciens témoignages de cette coutume remontent au XIIIème siècle dans la vallée du Rhin. L’essor de la coutume se produit au XVIè siècle.[1]

     

             A côté des scènes qui montraient la crèche et les bergers, il y avait des scènes qui évoquaient le Paradis : Adam et Eve, le diable tentateur et l’ange au glaive qui fermait l’accès au Paradis !

             Au milieu se dressait l’arbre du paradis.[2]

     

             Et l’arbre du Paradis devint… le sapin – il était difficile de trouver un pommier au mois de décembre ! Et puis le sapin est toujours vert… il ne meurt pas !

             Sur ce sapin, on accrocha plusieurs pommes (le seul fruit disponible en décembre ! la fameuse petite pomme rouge d’Alsace[3] ) et des représentations d’Adam et Eve en pain d’épices.  La crèche au pied de l’arbre annonçait le salut : la fête de Noël, en effet, ouvre aux hommes à nouveau le Paradis !

     

             Comme le chante le vieux cantique de Noël datant de cette époque :

     

    « Aujourd’hui Dieu rouvre l’huis[4]

    Qui mène au beau Paradis.

    Le chérubin n’en défend plus l’accès

    A Dieu louange, honneur et majesté. »

     

     

             Progressivement le sapin de Noël passa de l’extérieur des églises à l’intérieur des maisons. En plus des pommes, on suspendit alors à l’arbre des hosties non consacrées : l’eucharistie donne la vie éternelle que l’arbre de vie devait donner ! Magnifique symbolisme : face à la « pomme[5] » qui a conduit l’homme à la mort, l’hostie le conduit à la Vie.

           Dès la fin du XVIe siècle vinrent s’ajouter des papillottes en forme de roses et autres fleurs en papier multicolore. Ces fleurs sont une allusion à un verset d’Isaïe[6] où il est question du « Rameau fleuri de l’arbre de Jessé ». C’était une manière d’évoquer l’ascendance de Jésus, « Fils de David » dont Jessé était le père. Elles nous rappellent aussi les paroles d’un chant ancien, très certainement composé à cette époque, intitulé en allemand actuel «Es ist ein Ros entsprungen» : une rose a jailli.

             Plus tard, par respect, on remplaça les hosties par des gâteaux en forme d’hosties qu’on accrocha dans l’arbre… Ces gâteaux, on les fabriquait durant tout l’Avent, avec un petit trou pour pouvoir les fixer aux branches du sapin  par un ruban. Les moules permirent de les décorer et de représenter sur les gâteaux des scènes de la Nativité. En alsacien, on appelle ces gâteaux des « springerle » (littéralement petits sauteurs). Ils sont à l’anis ; on confectionne aussi des pains d’épices pour les accrocher (lebrucken en alsacien).[7]

    1.png 

    On remplaça aussi les pommes par des boules.

    3.png

    Boules de Meisenthal.

             En effet, selon la tradition, en 1858, une grande sécheresse priva les Vosges et le  des fruits et en particulier de pommes. Pas de pomme pour les sapins de Noël ! Un artisan verrier de Goetzenbrück travaillant à la verrerie de Meisenthal, eut l’idée de souffler des boules en verre. La mode était lancée.

     

     

             Et c’est au XVIIIème siècle qu’on fixa des bougies aux branches pour faire de cet arbre, un arbre de Lumière.

     

    [1][1] Un manuscrit de la bibliothèque humaniste de Sélestat de 1521 parle des sapins : les gardes forestiers sont payés pour surveiller les forêts en raison de la quête intempestive de sapins par le peuple !

    [2] Une fresque dans une chapelle d’un lycée de Haguenau (Nord de l’Alsace), datant du XVe siècle, concrétise ce symbolisme par un arbre dont la couronne est nettement partagée en deux zones dans le sens vertical. D’un côté les pommes, de l’autre les hosties. Voir Histoire de l’arbre de Noël p. 6

    [3] On l’appelle toujours aujourd’hui Christkindel Apfel : pomme du petit Christ

    [4] Mot ancien et poétique pour dire « la porte ».

    [5] Il n’est pas question d’une pomme dans le texte biblique mais d’un « fruit »…  La pomme était disponible en décembre. Il y a peut-être aussi un glissement- confusion avec la déesse des fruits , qui se  dit justement « pomona » est en latin ! 

    [6] Is. 11/1

    [7] On peut voir de magnifiques moules à gâteaux de Noël au Muée des Srpingerle à La Petite Pierre dans le 67. Le muséee st situé 11 rue des remparts, 67 290 La Petite Pierre.

  • 33ème dimanche de l'année C

    Billet spirituel                    St Luc 21/5-19

     

                Les textes d’aujourd’hui forment une belle cohérence pour notre vie chrétienne quotidienne.

     

                L’admiration du Temple : de fait, on comprend l’admiration des apôtres. Hérode est un grand constructeur, génial même quand on voit tout ce qu’il a fait : Hébron, les forteresses de Machéronte, Hérodium, Massada, son palais à Jérusalem mais surpassant le tout, le Temple qu’il a magnifiquement embelli. Les pierres : oui, si grandes et puissantes que même les légions romaines n’ont pu les déplacer complètement ! Et les « ex votos », notamment sans doute ceux qui sont accrochés devant la face du Temple, à l’Est. Une splendide vigne d’or sur un fond de marbre blanc à laquelle on attachait ses ex votos… c’est-à-dire des grappes d’or. Jésus dit : «  Il ne restera pas pierre sur pierre » Jésus pourtant, depuis son enfance, aimait le Temple où il était chaque jour quand il résidait à Jérusalem. Mais Jésus veut nous dire que nous ne devons pas nous confier dans nos œuvres – artistiques, politiques, économiques -, dans nos civilisations, même belles et réussies. Tout s’effondrera ! Les civilisations sont mortelles.

     

                L’état du monde jusqu’à la venue du Christ : Jésus, ensuite,  décrit ce qui attend ses disciples quand il les aura laissés, ses disciples c’est-à-dire ses apôtres, mais c’est-à-dire « nous » : « On se dressera nation contre nation,
 royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre 
et en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront
et de grands signes venus du ciel. » Nous voyons-là les événements dont nous entendons parler sans cesse. Notamment avec ces guerres que les hommes aiment… les puissants surtout … notre Europe en a donné un triste exemple avec trois guerres en 80 ans.

    « Mais ce n’est pas encore la fin » … car à cela s’ajoutent ces paroles : « Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
on vous livrera aux synagogues et aux prisons, 
on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs 
à cause de mon nom.
    Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit
que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. » Le lot des disciples est d’être persécutés : tant que les chrétiens et l’Eglise pensent comme tout le monde, ça va. Mais que les chrétiens défendent un autre point de vue dans la société, - par exemple concernant le respect de la vie - aussitôt la tyrannie du langage et de la pensée uniques – ce qu’est une  démocratie devenue tyrannique – persécute ceux qui pensent autrement, donc les chrétiens. Il nous faut assumer cette mission du témoignage contredit… Jésus ne nous dit par autre chose tout en nous invitant à la confiance en Lui : « mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
 C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. » Et il nous inspirera lui-même notre témoignage.

     

                Alors écoutons Saint Paul aussi, dans l’épitre de ce jour aux Thessaloniciens, pour cette vie de chaque jour : faisons notre travail comme il faut, en paix, sans agitation inutile « affairé sans rien faire » - quelle belle expression ! – sans être « des agités du bocal » comme disait Céline, sans courir à droite ou à gauche : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer 
car beaucoup viendront sous mon nom 
et diront : ‘C’est moi’ 
ou encore : ‘Le moment est tout proche. 
Ne marchez pas derrière eux. »

     

                Mai vers qui allons-nous ? Nous pouvons être paisibles car nous savons vers où nous allons : vers le Soleil de Justice dont parle le prophète Malachie dans la première lecture : « Mais pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera :
il apportera la guérison dans son rayonnement. » Magnifique  façon de parler du Messie : il a la beauté du Soleil Levant – et pas de « l’astre d’en haut » comme la traduction liturgique nous fait chanter dans le « « benedictus, on ne pouvait pas faire plus tarte -, il est éblouissant par son rayonnement… dans lequel se trouve notre guérison, notre Gloire. Telle est la majesté du Christ de Gloire vers qui nous allons, celui que nous saluons joyeusement comme tel chaque matin à la prière des laudes dans le chant de Zacharie le père de Jean Baptiste : « Soleil levant, Orient levant qui vient nous visiter ». C’est le Christ du Royaume, celui dont nous venons d’accueillir la Parole dans cette liturgie autour de l’Evangile, celui auquel nous allons communier dans l’eucharistie au point de devenir « une seule chair avec Lui. » Celui qui est notre Maire bien aimé. Amen.

  • Saint John-Henry Newman

    Pour sa canonisation

     

     

    Dates

    1801 naissance à Londres

    1890 mort à Birmingham

    1845 9 oct. pleine communion

    1847 prêtre

    1877 fellow émérite d’Oxford (Trinity et Oriel)

    1879 Cardinal

     

     

    En quoi est-il un saint pour aujourd’hui ? 5 points parmi d’autres possibles ;

     

    1. Baptisé comme nous petit enfant, dans une famille de la bonne société au rapport distendu avec l’Eglise mais pas avec la Bible… Il découvre la réalité de la foi à 16 ans, durant un été. Il passe de la foi reçue et connue à la foi vécue et il met l’accent sur sa découverte : la foi est une relation extraordinaire et unique entre l’homme et son Dieu « Moi et mon Créateur ». Et Newman va passer sa vie avec son Créateur.

     

    Passage dont beaucoup de nous doivent prendre conscience ou qu’ils ont à faire.

     

    2. Newman cherche profondément la vérité : il ne veut pas des choses senties seulement – et pourtant il est romantique, passionné de Walter Scott, très sensible à la nature, musicien, il est violoniste… mais il veut fonder sa vie sur le solide : la vérité.

    Quel rappel alors que tout dans notre culture repose sur le senti/ le ressenti, l’émotionnel, uniquement … et que en même temps, on ment en manipulant la réalité, les chiffres, en se détournant des choses mauvaises en les appelant autrement pour ne plus être dérangé … Le mensonge est justifié s’il est bon pour la communication, c’est-à-dire la manipulation éhontée des gens.

     

    3. Face au mensonge de son temps, à l’effondrement de l’Eglise anglicane, à son côté « établie », confortable, accordée à tout et d’accord avec tout, complètement inféodée au pouvoir politique et à la mode sociale, notre cardinal va se dresser avec des amis pour relever son Eglise qu’il aime. C’est le mouvement tractarien où il se lance avec grande énergie. Revitaliser son Eglise ! et sa Foi !

     

    Voilà bien une tâche aussi pour nous aujourd’hui.

     

    4. Alors Newman travaille à fond : l’histoire de l’Eglise, des conciles, de la théologie, nourri au meilleur de la tradition et de l’anglicanisme… et là il découvre avec horreur que la véritable Eglise telle que le Christ l’a fondée, ce n’est pas l’Eglise anglicane mais l’Eglise catholique romaine qu’il a en horreur !

    A l’anglicanisme manque la succession apostolique ininterrompue voulue par le Christ et l’union dans une Eglise Une.

    A l’anglicanisme manque une part de la Foi tenue dans l’Eglise primitive et perdue par l’anglicanisme à la Réforme protestante : la place de la Tradition, des Pères, des sacrements.

    Le Choc est terrible pour Newman : il démissionne de son poste de professeur à Oxford, de curé de Sainte Marie et il se retire à Littelmore pour creuser encore pdt 3 ans, réfléchir et surtout suivre sa conscience.

    Newman a tout perdu pour vivre en vérité dans l’Eglise telle que le Christ l’a voulue s’appuyant sur des points essentiels que tant de catholiques d’aujourd’hui négligent ou refusent inconsidérément dans leur mépris profond de l’Eglise et leur orgueil de réformateur !

     

    5. Car Newman est le grand défenseur de la fidélité à la conscience… comme l’a été 4 siècles avant lui un autre anglais St Thomas More, laïc, chancelier d’Angleterre sous Henri VIII et qui ira jusqu’à la mort pour suivre sa conscience qui lui interdit de soutenir le roi dans son divorce et dans sa séparation avec l’Eglise catholique. Pour ces hommes, on ne cède pas au dictat du prince qui se croit tout puissant, ni à la majorité qui n’a pas la vérité parce qu’elle est majoritaire, ni à la mode parce que c’est plus commode et tranquille. L’homme doit vivre selon sa conscience éclairée et réfléchie, sinon il perd son âme et sa dignité… « Plutôt la sainteté et le prix à payer que la tranquillité » disait le saint canonisé aujourd’hui. Amen

     

    Lead, kindly light, poème de J-H Newman 

    Traduction :

    Conduis-moi, douce Lumière, au milieu des ténèbres :
    je t’en prie, conduis-moi.
    La nuit est sombre, et je suis loin de la maison :
    je t’en prie, conduis-moi. Veille sur mon chemin. Je ne demande pas
    à voir le but lointain :
    un seul pas me suffit.

    j’étais autre jadis,
    et je ne priai pas
    pour que tu me conduises. J’aimais choisir ma route. maintenant,
    Je t’en prie, conduis-moi. J’aimais le jour brillant
    et malgré mes frayeurs, l’orgueil me gouvernait.
    Oublie les jours passés.

    Ta puissance
    pendant si longtemps m’a béni
    que, j’en suis assuré,
    elle me conduira
    par landes et marais,
    montagnes et torrents,
    jusqu’au retour du jour.
    Et demain souriront les visages des anges depuis longtemps aimés,
    et que je ne vois plus.

     

  • La Croix Glorieuse

    La fête de ce jour a reçu plusieurs noms qui, chacun, dise un aspect du mystère. On l’ a appelée « Invention de la Sainte Croix » invention au sens de « découverte » de la Croix du Christ par l’impératrice Sainte Hélène… « Exaltation de la Sainte Croix » en souvenir du 14 septembre  335,  lendemain de la consécration de la basilique de la Résurrection (Anastasis) à Jérusalem où la Sainte Croix du Christ fut présentée à la vénération des fidèles. Aujourd’hui on dit « La Croix glorieuse » et c’est un sens très riche que je vais tenter de vous montrer.

    Quand nous sommes devant la croix le vendredi saint, nous sommes consternés devant ce qu’on a fait souffrir au Christ : une condamnation injuste, le double supplice - qui ne se faisait jamais - de la flagellation et de la crucifixion. Consternés et pleins de compassion, comme arrêtés devant tant de méchanceté et de souffrance infligées à un Juste. Mais nous risquons de nous arrêter à cette souffrance et de ne pas voir le sens profond de cet événement. La liturgie tente de nous tirer en nous faisant entendre au commencement de l’office du Vendredi saint le cri d’Isaïe que le Père nous adresse : « Mon Serviteur réussira » ! Et La passion selon saint Jean nous montre le Christ monter vers la Gloire ! Et pourtant nous sommes restés longtemps en Occident dans cette première partie de l’hymne des Philippiens que nous venons d’entendre : la Croix… la Résurrection apparaissant comme un miracle de confirmation que le salut était dans la Croix seulement. La Croix est glorieuse en ce sens que le mystère pascal de notre salut est UN SEUL MYSTERE, à deux faces, une de souffrance et une de Résurrection, les deux imbriquées l’une dans l’autre sans séparation possible.

    La Gloire, qu’est-ce c’est ? Attention au contre-sens ! Il ne s’agit pas d’honneur, de puissance, d’argent … La Gloire de Dieu, c’est son rayonnement, sa « manifestation » son resplendissement ! Et l’auteur des Hébreux nous enseigne – c’est ce que nous lisons le matin de Noël - : « À BIEN DES REPRISES et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils … par qui il a créé les mondes… Rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être, le Fils… »  Le rayonnement de Dieu, c’est le Fils ; la Gloire de Dieu, c’est le Fils devenu homme pour s’approcher des hommes et leur faire « voir » le Père : « Qui me voit, voit le Père » dit Jésus à l’apôtre Philippe. « Je ne dis rien que ce que le Père me dit de dire… je ne fais rien que je ne vois faire au Père… » Jésus nous le répète : tout son être manifeste le Père avec lequel il est UN. Tout son être est comme transparent à cette Présence divine pour révéler le Père Source et Origine de tout. Balthasar dit : «  Jésus fait de sa vie un mémorial du Père ». 

    Et c’est sur la Croix que ce resplendissement est  le plus total : « Quand vous m’aurez élevé de terre disait Jésus, vous saurez que Je Suis ». Saint Paul  le dit lui-même : « Puisque… le monde, avec toute sa sagesse, n’a pas su reconnaître Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile. Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. »

    C’est donc sur la Croix que se révèle la toute puissance de Dieu dans son impuissance volontaire, c’est-à-dire dans le renoncement à sa toute puissance ; Dieu qui assume en lui toute la désespérance des hommes - « Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » - qui leur donne son pardon – « Père pardonne-leur » et les unit définitivement au Père - «  en toi je remets mon esprit » et en mourant « il remit l’Esprit ». Et la Résurrection l’éternise dans cette action.  Toutes nos fausses visions de Dieu doivent donc être corrigées dans la contemplation du resplendissement de Dieu sur la Croix dans le Christ.

    Et ce « buisson ardent » qu’est la Croix complète la révélation du Nom de Dieu commencée au « buisson de Moïse » : « Je suis qui Je suis »… « Dieu est » donc. Il EST. La Croix montre « Il est AMOUR » infini, inconditionnel comme l’enseigne St Jean dans sa première épître. « Mais proclame St Paul, ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé…Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur et qui pourra l’instruire ? Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ ! »

    Et Nous, nous allons recevoir dans l’eucharistie, ce Christ Ressuscité qui porte les traces de la crucifixion, « les cicatrices de son amour ». Amen

  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12/49-53

                L’Evangile de ce dimanche nous livre quelques confidences de Jésus sur sa mission. Elles sont passionnantes à méditer pour une fois que Jésus nous découvre un peu son cœur et son tempérament. Car s’il a eu une nature humaine comme la nôtre mais sans le péché, il a eu un tempérament comme chacun d’entre nous. Ce n’était pas une humanité abstraite ! Eh bien aujourd’hui Jésus nous dit son caractère passionné et ardent, peut-être même impatient « Je suis venu apporter un feu sur la terre 
et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
 » mais aussi sa tension intérieure pour réaliser cette mission, jusqu’à une certaine angoisse : «  Je dois recevoir un baptême – il parle ainsi de sa mort et de résurrection -
 et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! »  D’ailleurs une confirmation de cette tension un peu impatiente est la fréquence de l’adverbe «  aussitôt » dans l’Evangile de St Marc dès que la mission de Jésus commence ; Jésus paraît comme un homme pressé, attiré et passionné par l’essentiel de sa mission.

                Mais on peut aussi faire une lecture plus théologique de ces confidences.  «  Je suis venu apporter une feu sur la terre » : le Feu est élément qui nous approche de Dieu ! Le Feu du ciel qui est le Saint Esprit donné aux apôtres à la Pentecôte, « sous forme de langues de feu qui se posèrent sur chacun d ‘eux ». Jésus résumerait alors sa mission en déclarant qu’il est venu apporter sur la terre le feu de Dieu, le Feu l’Esprit saint lui-même. Et c’est vrai que l’Eglise a compris que l’Esprit Saint était LE DON par excellence de Jésus : « Donum Dei Altissimi » dit le Veni Créator : « Don du Dieu Très Haut ». Et Jésus déclarait en parlant de la prière : « si vous qui êtes mauvais, donnez de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » Que Dieu pourrait-il nous donner de plus ? Donner l’Esprit pour Dieu, c’est se donner lui-même !! Donner l’Esprit qui nous conduit au Christ, nous unit à Lui par le baptême et la communion qui nous font devenir « une seule Chair avec le Christ » ; ainsi l’Esprit et le Christ nous conduisent au Père qui nous aime dans l’amour qu’il porte au Fils.

                Que nous faudrait-il de plus ?

                Puis Jésus ajoute : « Pensez-vous que je sois venu
 mettre la paix sur la terre ?
Non, je vous le dis, 
mais bien plutôt la division.
Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées :
trois contre deux et deux contre trois ;
ils se diviseront :
le père contre le fils 
et le fils contre le père,
 la mère contre la fille
 et la fille contre la mère,
 la belle-mère contre la belle-fille
et la belle-fille contre la belle-mère. » Comment comprendre cette affirmation si énigmatique ?

                Jésus vit au milieu du peuple juif, le peuple saint duquel on fait partie par naissanceOn naît juif et à l’époque du Christ, par la circoncision à 8 jours, on célèbre son entrée dans l’Alliance divine. Avec le Christ, les choses changent : chacun choisit de suivre le Christ ou non. Et tout le monde, dans la même famille, ne fait pas le même choix. Et le choix de l’un provoque souvent des incompréhensions, des tensions… Nous ne connaissions plus cette « division » liée à l’engagement chrétien : presque tout le monde était chrétien ou de morale et de sensibilité chrétienne. !  Mais aujourd’hui nous voyons notre société renier ses sources judéo-chrétiennes et s’effondrer : mais demeurer chrétien devient comme un « délit » devant la pensée unique qui gouverne partout, à la chambre des députés comme dans les médias et sur les réseaux dits sociaux. ! Nos catéchumènes adultes disent bien les tensions suscitées dans leur famille à l’annonce de leur baptême … sans parler de la situation très délicate de nos frères et sœurs musulmans qui deviennent chrétiens. Il faut bien lier cette « division » annoncée par le Christ au « choix personnel et libre » qu’il attend de tout disciple : c’est la marque suprême de la dignité de l’homme que Dieu souhaite dans ses disciples : des personnes libres et non serviles, de êtres de choix libre et non imposé par la coutume, l’habitude ou la pression sociale.

  • Contempler Marie en sa Résurrection, c’est contempler notre propre avenir.

             C’est la 43èmefois que je contemple le mystère de l’Assomption pour prêcher. On ne se lasse pas de contempler le mystère.

             Aujourd’hui je voudrais parler de la mort et de l’accomplissement que Dieu offre à l’homme dans la Résurrection de Jésus que partage aujourd’hui la Vierge Marie sa mère.

             Devant la civière qui porte le corps du fils unique de la veuve de Naïm, Jésus intervient avec spontanéité et émotion : peut-être voit-il dans cette scène une figure de ce qu’il aura à vivre ainsi que sa mère, bientôt à Jérusalem ! Il touche la civière et ressuscite le jeune homme.

             Arrivé au tombeau de Lazare, Jésus pleure, profondément, secoué par le chagrin… alors qu’il vient d’annoncer à Marthe que son frère allait ressusciter par sa puissance à Lui Jésus : « Je suis la Résurrection »avait-il déclaré. « Crois-tu cela ? »

             Arrivé auprès de la petite fille de Jaïre, étendue morte sur son lit à l’étage, Jésus dira pour annoncer du nouveau : « elle dort »…et se fera moquer de lui par la foule assemblée.

             Pour Jésus la mort de l’homme est dramatique ; lui le Fils du Dieu Vivant, du Dieu de la Vie se heurte à cette expérience inconnue de Dieu. Pour lui, la réalité est brutale : pour l’homme, « la mort, c’est le rejet foncier de toute prétention à l’achèvement définitif » d’une vie humaine. « Sans l’ouverture de l’espace divin, la liberté de l’homme tourne dans le vide : elle est inachevable. »[1]Jésus ressent les choses profondément et pourrait dire les paroles du roi Ezéchias qui va mourir « Je disais : Au milieu de mes jours, 
je m’en vais ; 
j’ai ma place entre les morts 
pour la fin de mes années.
 Je disais : 
Ma demeure m’est enlevée, arrachée, 
comme une tente de berger. 
Tel un tisserand, j’ai dévidé ma vie : 
le fil est tranché… Mes yeux faiblissent : 
Seigneur, je défaille ! Sois mon soutien ». C’est si intenable que nos contemporains dont beaucoup ne croient plus à rien, ont décidé de cacher la mort, de ne plus en parler ; ils  sont même revenus de la pensée que résumait si bien le livre de la Sagesse : « Alors allons-y ! Jouissons des biens qui sont là ; vite, profitons des créatures, tant que nous sommes jeunes : enivrons-nous de bons vins et de parfums, ne laissons pas échapper la fleur du printemps, couronnons-nous de roses en boutons, avant qu’elles ne soient fanées ! Qu’aucun de nous ne manque à nos orgies, laissons partout des signes de réjouissance, car c’est là notre part et c’est là notre lot ! »[2]Car cette attitude, au lieu de consoler de cet inachèvement inévitable, l’accentue !... et puis la consommation des biens a des limites, elle n’est pas infinie, elle lasse et abandonne dans le mal être malgré les promesses annoncées.

             Cette attitude de Jésus devant la mort est une parole de Dieu : notre dignité d’homme nous empêche de nier, de maquiller la réalité, de mentir. Mais « même l’homme Jésus n’a pas la possibilité de dépasser cette réalité. Dieu seul possède une telle puissance et une telle possibilité. Donc ce que Jésus en tant que vivant et mourant sur la terre, ne pouvait faire et dire n’était pas la totalité de la Parole de Dieu qu’il avait parfaitement conscience d’être et se déclarait être. La Révélation de Dieu en Jésus s’achève avec la résurrection de celui-ci. »[3]La Résurrection est l’accomplissement total de la Parole de Dieu, inséparable de tout le reste, au point de rendre insignifiant tout le reste si la Résurrection ne l’accomplit pas.La Résurrection est la clé de lecture de tout le reste qui ne se dévoile que dans cette lumière.

             Mais la Résurrection n’efface pas la mort : c’est pourquoi demeurent à Jérusalem, le tombeau vide du Christ et la pierre où il a été embaumé après sa mort… et le linceul, à Turin et la tunique à Trêves.

             C’est pourquoi demeure aussi à Jérusalem le tombeau vide delà Vierge Marie ressuscitée dans le Christet après lui, ouvrant la suite de la résurrection future des hommes devenus disciples de Jésus. Et ce tombeau est à côté de Gethsémani, là où Jésus a le plus gravement et terriblement affronté la mort humaine.

             « Le Christ est le chemin qui conduit l’homme du fini à l’infini. Il offre à l’homme la grâce de devenir soi en Dieu. »[4]La destinée de l’homme Jésus – le Nouvel Adam – ne s’accomplit que dans la Résurrection : ainsi son être humain est divinisé et retrouve la lumière dont Adam était vêtu aux origines. De même, à la suite de l’unique maître, Marie accomplit sa destinée dans la Résurrection que lui donne le Christ. L’être humain de Marie – la nouvelle Eve – retrouve la lumière dont Eve était vêtue aux origines – « une femme habillée du soleil »et le connaît plus les changements de la vie humaine – «  la lune, figure de la vie changeante est sous ses pieds ».

             Chacun de nous est appelé dans le Christ à la même destinée plénière. Le Christ conduit chacun de nous du fini à l’infini, le Christ offre à chaque homme qui l’accepte la grâce de devenir pleinement lui-même en Dieu, d’accomplir sa liberté dans le plein accueil du Don de Dieu. Amen.

     

    [1]Hans Urs von B. Dramatique divine11/2

    [2]Sagesse 2/8…

    [3]HU von B idem

    [4]H U von B idem.

  • Le Notre Père

                En ce dimanche, l’Evangile nous donne l’intimité de la prière du Christ : en effet, à ses apôtres qui le voient prier longuement seul à seul avec celui qu’il appelle Son Père, lui demande : « apprends-nous à prier ! »

                Et Jésus leur donne le texte du « Notre Père » (que nous avons en deux versions, l’une de St Matthieu et l’autre de St Luc).

                C’est l’Esprit qui prie en nous : « Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des enfants de Dieu qui vous fait crier « abba Père » dit St Paul dans le verset de l’Alleluia. « Abba »,papa, comme le disent  les petits enfants à leur père !! St Ignace d’Antioche + en 107, écrit aux Romains : « Coule en moi une eau vive qui murmure et dit au-dedans de moi: "Viens vers le Père". »Cette eau cette source que St Jean nous appris à comprendre comme l’Esprit saint donné par le Père jaillissant et coulant en nous, cette eua est donnée à chacun des baptisés pour le conduire dans sa prière.

                Jésus a donné le texte, les apôtres nous l’ont transmis, l’Eglise nous l’a donné et l’Esprit le murmure en nos cœurs : écoutons-le et prions avec Lui et en Lui.

     

    NOTREPERE  / QUI ES AUX CIEUX

     Contraste entre Père(= il prend soin de nous) et aux Cieux( = hors de la portée de l’homme, mystérieux, inaccessible). Notreet non pas mon : Père de tous, seul Jésus dit « Mon Père » comme Fils unique; nous sommes tous frères.

    Dieu Mystère, inaccessible à l’homme ! Mais, écrit St Cyrille de Jérusalem, « sous prétexte que je suis incapable de boire tout le fleuve, me priverai-je d’en prendre modestement ce qu’il m’en faut ? ou encore, sous prétexte qu’entré dans un grand verger je ne puis en manger  tous les fruits qui s’y trouvent, veux-tu que j’en sorte finalement avec la faim ? »   « Comme Moïse, cachons-nous dans le creux du rocher, c’est-à-dire en quelque page de l’Ecriture Sainte pour saisir, au moins indirectement, et comme en passant, un éclat de sa Gloire, quelque manifestation de sa vie. »(Cantalamessa). « En quel sens, demande St Ambroise, Dieu se promenait-il dans la paradis puisqu’il est toujours présent partout ? Cela signifie, je pense, que Dieu manifeste sa présence dans les différents textes des divines Ecritures où l’on rencontre partout sa présence. »

    ( De Paradiso 14,18)

     

    QUE TON NOM SOIT SANCTIFIE

       Que ton Nom soit connu, aimé, loué de tous les hommes. Qu’ils le respectent comme un nom « saint ».

     

    QUE TON REGNEVIENNE

    Que Dieu soit présent dans les cœurs des hommes. Que la Paix y règne, l’harmonie, l’équilibre. Que Dieu soit aussi de plus en plus accueilli par les hommes !  Que vienne le paradis, la fin des temps ! Que la présence de Dieu dans les cœurs, entre les hommes et dans la nature, apporte paix, douceur, miséricorde et justice. « Dieu tout en tous » dit St Paul

     

    QUE TA VOLONTE SOIT FAITE  SUR LA TERRE COMME AU CIEL

    La volonté de Dieu est de sauver tous les hommes ( Jn 3/16-17)

    La volonté de Dieu, ce sont les conseils donnés pour notre vie dans l’Evangile et par l’Eglise  ( Jn14/21)

    La volonté de Dieu : on peut la refuser. C’est pourquoi on prie pour qu’elle se fasse en nous et par nous !

     

    DONNE-NOUS AUJOURD’HUI   NOTREPAINDE CE JOUR

                3 sens : * la nourriture terrestre, don de Dieu et fruit de la terre et du travail des hommes. Elle nourrit notre corps.

                * La Parole de Dieuqui nourrit notre intelligence, notre mémoire et notre cœur.

                * le Corps du Christ qui nourrit notre âme. C’est le Pain de Vie. Le Pain de la table donné par la Parole créatrice, la Parole et la Parole incarnée, donnée dans le sacrement, le Même et Unique Pain.

     

    PARDONNE-NOUS NOS OFFENSES COMME NOUS PARDONNONS AUSSI À CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES

    La condition pour être pardonné par Dieu est de pardonner à ceux qui nous ont offensés.

    ET NE NOUS LAISSE PAS ENTRER EN TENTATION 

    MAIS DELIVRE-NOUS DU MAL

    Nous sommes tentés de faire le mal… comme le Christ au désert. Nous demandons à Dieu de résister à cette tentation, - non seulement d ene pas y succomber mais plus : de ne pas nous laisser entrer en tentation et d’être délivrés du mal, c’est-à-dire du Mauvais, de Satan l’adversaire, le Diviseur, l’Accusateur, le Prince du mensonge.