Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours

  • Dernière fête mariale de l’année

    LUNDI 22 AOÛT

    FÊTE DU COURONNEMENT DE LA VIERGE MARIE

    couronnement.png

     A Bonsecours

    18H30 messe
    avec les vêpres intégrées.

  • Le Magnificat

    Taizé.jpeg

                « Là où est ton trésor, là sera ton cœur. » (Luc 12/34) Ainsi s’exprime Jésus dans une discussion avec les siens sur le chemin de Jérusalem. Et il poursuit en montrant aux siens ce qui est secondaire et ne doit pas constituer leur « trésor ». Le trésor, en effet, c’est ce à quoi on tient par dessus tout ! C’est là où on met tout l’élan de son être, tout son cœur au sens du 17ème siècle c’est-à-dire tout son courage, c’est ce qu’on veut vraiment, c’est ce qui en fin de compte, donne sens à notre existence. C’est ce qui nous fait « courir ».

                Dimanche dernier, devant les siens, Jésus dit le trésor de son cœur : « je suis venu apporter un feu sur la terre (Jean Baptiste l’avait annoncé : « Lui vous baptisera dans le feu et l’Esprit ».) et comme je voudrais qu’il brûle déjà. Je suis venu pour un baptême et quelle est mon angoisse jusqu’à ce qu’il ne soit accompli. » (Luc 12/49) Le trésor du Christ, c’est sa mission de donner le Feu de l’Esprit Saint par le chemin d’un baptême, un « plongeon » au sens propre dans les ténèbres, le péché et la mort des hommes pour en ressusciter.

                Aujourd’hui 15 août, c’est Elisabeth et Marie qui nous livrent « le trésor de leur cœur ». Elisabeth chante sa joie d’être mère mais surtout l’expérience inouïe de sentir l’allégresse de son enfant en son sein quand il rencontre l’enfant qui est dans le sein de la Vierge, « la Mère de son Seigneur venue à elle ».

                Et Marie lui répond par sa prière à haute voix, le Magnificat.

               Nous voyons comment prie Marie, comme une femme qui vit dans la Bible. Elle s’est constituée « un trésor de Paroles divines reçues par les prophètes et les psaumes ; elle les a passées et repassées dans son cœur, elles ont pris chair en elle et maintenant, elle les redit à Dieu comme des Paroles divines qui, incarnées en elle, sont capables d’exprimer tout son être, tout son trésor intérieur.

                Marie exulte du plus profond de son être : elle ne prie pas seulement devant Dieu mais EN DIEU : « mon esprit exulte EN Dieu mon Sauveur ». Elle se sait si petite qu’elle ne s’aperçoit pas d’elle-même; elle est toute fascinée par Le Très-Haut, possédé par Lui, ce qu’il est et ce qu’Il lui donne. En ce sens, elle est encore plus humble que le publicain de la parabole: elle s’est perdue de vue en exultant et en magnifiant Dieu alors que le publicain est encore un peu centré sur lui, en ne faisant que demander pardon de ses péchés. Il a une juste attitude devant Dieu mais n’a pas encore accédé à la véritable humilité.

                Et sa joie confesse le don extraordinaire qui lui a été fait : « Le Puissant a regardé soin humble servante et a fait pour moi des merveilles. » La Vierge Marie, dans son cantique du Magnificat, se déclare d’emblée « l’humble servante » du Seigneur... ce qu’elle avait dit à l’ange de l’Annonciation: « je suis la servante du Seigneur qu’il me soit fait selon votre parole ». Marie se présente comme l’humble servante de Dieu.

                Elle est humble dans le fait qu’elle reconnaît en toute vérité les dons que Dieu lui fait et qu’elle en dit l’ampleur sans fausse hésitation: « Le Très-Haut ( servante elle est la Très bas) a fait pour moi des merveilles, toutes les générations me diront bienheureuse. » Elle sait la mesure du don de Dieu d’être la mère du Fils de Dieu. Elle sait la mesure du don et sait qu’elle sera, à cause de cela, toujours dans le cœur des croyants dont toutes les générations la proclameront bienheureuse.      Voilà la véritable humilité: un regard juste sur soi, un sens calme de sa petitesse, une reconnaissance loyale et limpide des dons que Dieu a faits, une action de grâce joyeuse et filiale pour Dieu qui a tant comblé, sans raison, sans mérite de notre part.

     

                Cette humilité est NECESSAIRE pour aller à Dieu, ce désir d’humilité au moins. Car Dieu est lui-même humble – « je suis doux et humble de cœur »  dit Jésus l’Image parfaite du Père – et il est le Dieu des humbles : c’est ce que les saints du judaïsme après l’exil ont découvert et vécu, eux les « pauvres du Seigneur »… que Jésus déclare heureux.

                Le Dieu dont parle ensuite Marie est un Dieu qui est le Dieu des humbles : d’où le renversement des puissants, l’exaltation des humbles, le renvoie des superbes, des riches les mains vides alors que les mains des affamés sont comblées. Marie vit déjà de l’enseignement radical de Jésus  - « qui s’élève sera abaissé » - enseignement qui est en fait le grand combat spirituel de chaque croyant. Et ce combat n’est pas seulement contre les vanités ridicules dont le pharisien est un bel exemple et que la société humaine nous offre si souvent ! C’est un combat pour atteindre vraiment la limpidité du cœur et être débarrassé des vanités secrètes qui sont un frein à la pleine réalisation surnaturelle de notre personne.

                Enfin Marie nous livre la dernière merveille de Dieu à ses yeux : Dieu s’est souvenu, lui le Dieu fidèle, de sa promesse à Abraham ; il s’est souvenu et il a réalisé ce qu’il avait promis. Abraham par l’enfant qu’elle va mettre au monde, aura des enfants aussi nombreux que les étoiles du ciel puisque « ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile. » (Ephésiens 3/6)

    « Que faisons - nous de vivre en nous-mêmes,... de nous glorifier en la connaissance que nous avons ? que sommes-nous ? Que savons-nous ? Nous savons quelque chose des langues et des sciences humaines.... et quand tout cela serait en sa perfection, qu’est-ce au regard de ce à quoi nous sommes appelés ? Nous sommes appelés à des choses plus grandes. Nous sommes appelés à connaître non seulement ce monde mais l’auteur du monde et à vivre en Lui et de Lui une vie sans fin....Appelés à un si rare objet, à une vie si haute, à une félicité si grande, ne revalons pas nos esprits à choses si basses, ne mettons pas notre plaisir en une vanité si petite que nous-mêmes....O vision de Dieu! C’est notre vie pour jamais: ne nous contentons de rien moins. »   Cardinal Pierre de Bérulle. 17ème siècle français.

  • Annonces paroissiales. Semaine du 20 au 28 août 2016.

    Télécharger le fichier

    Dimanche 28 août à la crypte de St Pierre :        
    Baptême de Eugénie LHUILLIER

    Samedi 27/dimanche 28 :
    quête mensuelle pour le chauffage et les travaux.

    C’est le dernier moment pour s’inscrire au pèlerinage diocésain à Sion le samedi 10 septembre pour le lancement de l’année diocésaine. Les fiches d’inscription sont sur la table de presse aux entrées des églises.

  • ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE

    assomption.png

    SANCTUAIRE NOTRE DAME DE BONSECOURS NANCY

    Dimanche 14 : 21H30 à Bonsecours procession et veillée mariale

    Lundi 15  : 9H30 messe à Bonsecours

    11H messe à la crypte de St Pierre

    17H30 vêpres et salut du St Sacrement

  • LA PRIERE DU SEIGNEUR

    notre père.jpeg

    Commentaire :

    NOTRE / PERE / QUI ES AUX CIEUX

               Soulignons d’emblée le contraste entre l’appellation « Père » qui indique que Dieu prend soin de nous et « aux Cieux » expression typiquement biblique, non abstraite et qui signifie « hors de la portée de l’homme », « mystérieux », « inaccessible », « au-delà de tout » ….

                Notre et non pas mon: Père de tous les hommes ; nous sommes donc tous frères. Seul Jésus peut dire « Mon Père » comme Fils unique.

                Dieu Mystère, inaccessible à l’homme ! Mais, écrit St Cyrille de Jérusalem, « sous prétexte que je suis incapable de boire tout le fleuve, me priverai-je d’en prendre modestement ce qu’il m’en faut ? Ou encore, sous prétexte qu’entré dans un grand verger je ne puis en manger tous les fruits qui s’y trouvent, veux-tu que j’en sorte finalement avec la faim ? »

                « Comme Moïse, cachons-nous dans le creux du rocher, c’est-à-dire en quelque page de l’Ecriture pour saisir, au moins indirectement, et comme en passant, un éclat de sa Gloire, quelque manifestation de sa vie. » (Cantalamessa).

                « En quel sens, demande St Ambroise, Dieu se promenait-il dans le paradis puisqu’il est toujours présent partout ? Cela signifie, je pense, que Dieu manifeste sa présence dans les différents textes des divines Ecritures où l’on rencontre partout sa présence. » ( De Paradiso 14,18)

     

    QUE TON NOM SOIT SANCTIFIE

    Texte transcrit – de saveur très juive – et non traduit. Cela signifie : Que ton Nom soit connu, aimé, loué de tous les hommes. ! Qu’ils le respectent comme un nom saint !

     

    QUE TON REGNE VIENNE

    Le règne de Dieu accompli, achevé, c’est, dit St Paul « Dieu tout en tous. »

                Que Dieu soit présent dans les cœurs des hommes. Que la Paix y règne, l’harmonie, l’équilibre. Que Dieu soit aussi de plus en plus accueilli par les hommes ! Que vienne le paradis, la fin des temps ! Que la présence de Dieu dans les cœurs, entre les hommes et dans la nature, apporte paix, douceur, miséricorde et justice.

     

    QUE TA VOLONTE SOIT FAITE   SUR LA TERRE COMME AU CIEL

                Jésus parle souvent de la volonté de Dieu : « La volonté de Dieu est de sauver tous les hommes » ( Jn 3/16-17) « que je ne perde aucun de ceux que le Père m’a donnés et que je les ressuscite au dernier jour » (Jean 6)

                La volonté de Dieu, ce sont aussi les conseils donnés pour notre vie dans l’Evangile et par l’Eglise ( Jn14/21)

                La volonté de Dieu, l’homme peut la refuser. C’est pourquoi on prie pour qu’elle se fasse!

                Les quatre premières demandes ont décentré le priant de lui-même. Au lieu de formuler tout de suite ses demandes, le priant conduit par Jésus se tourne vers le Père, le contemple dans sa proximité si souvent expérimentée mais aussi dans sa vie divine, hors de toute portée humaine, de toute compréhension humaine. Puis le priant fait sien le Dessein de Dieu : la venue du Règne, la reconnaissance de Dieu par tous, la volonté salvifique de Dieu.

     

    DONNE-NOUS AUJOURD’HUI NOTRE PAIN DE CE JOUR

                Trois sens, fruit de la méditation d’Israël sur le séjour au désert, sur le don de la Parole au Sinaï et de la Manne. Le Pain de chaque jour, c’est…

                * la nourriture terrestre, don de Dieu et fruit de la terre et du travail des hommes. Elle nourrit notre corps.

                * La Parole de Dieu qui nourrit notre intelligence, notre mémoire et notre cœur. Dans le monde biblique, on appelle le texte choisi de la lecture publique de la Parole de Dieu pour chaque semaine, la « parasha » c’est-à-dire « la bouchée du jour ».

                * le Corps eucharistique du Christ qui nourrit notre âme. C’est le Pain de Vie.

     

    PARDONNE-NOUS NOS OFFENSES

    COMME NOUS PARDONNONS AUSSI À CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES

                Normalement selon le texte, que Dieu nous remette nos dettes COMME NOUS LES AVONS REMISES à ceux qui nous devaient. La condition pour être pardonné par Dieu est de pardonner à ceux qui nous ont offensés.

     

    ET NE NOUS SOUMETS PAS À LA TENTATION MAIS DELIVRE-NOUS DU MAL

                Nous sommes tentés de faire le mal, c’est notre condition humaine. Jésus lui-même a été tenté. Nous demandons à Dieu de résister à cette tentation, de ne pas entrer en tentation, de ne pas succomber. Nous ne sommes pas maître du premier mouvement qui est celui de la tentation, mais comme dit Ste Bernadette, nous sommes maître du second mouvement : vais-je suivre cette tentation… ou lui résister ? Le mal est tapi à ta porte, dit Dieu à Caïn, tu dois lui résister. .. ou lui résisteras-tu ?

               Nous demandons d’être délivrés du Mal, de l’Esprit du Mal ou, comme l’appelle Jésus,   Satan, l’Adversaire,   le diviseur, le Menteur depuis les origines, le Prince du Mensonge…

  • Tous les offices ont lieu à la crypte de Saint Pierre

     P7200038.jpg

    Pourquoi cette affiche ? Quelques pierres sont tombées d'une voûte et voilà notre église fermée. Quelques photos de la voûte qui nécessite une restauration :

    P7200003.jpg

    Approchons nous pour voir les fissures. La tache blanche est la place des pierres manquantes. Les joints entre les pierres ont disparus et la poussée est beaucoup trop forte sur les voûtes.

    P7200005.jpg

    P7200007.jpg

    Pour compléter la visite, voilà deux albums photos pour ceux qui n'ont pas encore visité la crypte CLIC et pour nous souvenir de l'église Saint Pierre soustraite à nos regards CLIC

  • Lettre mensuelle de juillet 2016

    Télécharger CLIC

    avec la déclaration de décembre 2015 de rabbins orthodoxes sur le christianisme 

    et le texte final du concile panorthodoxe.

    Lire la suite