Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours

  • Annonces de la semaine du 19 au 27 août 2017

    Télécharger le fichier

    Annonces : 

    Baptêmes : 20 août     Fam. PATRI (St Pierre)

                     27 août     Fam. SLOWIK (Bonsecours)

    Dimanche 26/27 août : dernier dimanche du mois, quête pour le chauffage de l’année et les travaux.

    Attention ! Mardi 22 la messe est célébrée à Bonsecours à 18H30

    Sur la table de presse : fiche d’inscription pour le pèlerinage de Nancy à SION, le samedi 9 septembre. Messe à 11H, pique nique ou restaurant, 15H office marial et procession Avec notre évêque.

  • L'Assomption de Marie

                Le Nouveau Testament est infiniment discret sur la fin de vie de la Vierge Marie. Il existe à Jérusalem un tombeau de Marie, dans la vallée du Cédron, dans un cimetière du 1er siècle, tout près de Gethsémani : ce tombeau vide et ouvert comme celui du Christ. Le corps de Marie n’est plus nulle part sur cette terre.

                Pas plus de documents sur le « comment » de ce départ de Marie de cette terre : mort réelle comme la nôtre et celle que le Christ a vécue et résurrection toute proche, ou simple Dormition, c’est-à-dire comme un sommeil, un passage paisible de la vie sur cette terre à la communion divine plénière. Et il faut noter que le dogme de l’Assomption exprimé par le pape Pie XII en 1950 ne concerne pas les modalités de sa mort et de sa résurrection.

                La Fête d’aujourd’hui, nous fait contempler pleinement accompli en Marie le Dessein d’amour de Dieu pour les hommes.

                Dieu, nous enseigne la Bible, appelle tout être humain au partage de sa divinité. Dès sa création, l’homme a été fait à son image et comme sa ressemblance (Gn 1,26). Cette intention originelle demeure bien toujours notre destination ultime. Et elle demeure universelle. En effet, tout à la fin de l’Ancien Testament, dans le dernier livre écrit, le livre de la Sagesse, il nous est rappelé : « Dieu a créé l’homme incorruptible, affirme, il en a fait une image de sa propre nature » (2,23).

                En confessant, dans la foi que Marie, appelé dans l’Eglise la Nouvelle Eve depuis St Irénée au 2ème siècle, au terme de sa course, est pleinement glorifiée – ressuscitée - , dans son âme et dans son corps, comme image et ressemblance de Celui qui l’a créée, on est contemple en elle le dessein éternel de Dieu achevé et accompli en elle. On est dans la droite ligne de la Révélation biblique.

                Le Nouveau Testament confirme cette vocation universelle à la divinisation de tout homme qui accepte en lui l’œuvre de Dieu : L’apôtre Pierre lui-même nous dit dans sa seconde lettre, que nous devons devenir participants de la nature divine (2 P 1,4).

    Et St Paul de confirmer : « Et nous tous qui, à la différence de Moïse, n’avons pas de voile sur le visage, nous reflétons la gloire du Seigneur, et nous sommes transformés en son image avec une gloire de plus en plus grande, par l’action du Seigneur qui est Esprit. »(2 Co 3,18).



                Et ce qui arrive à Marie aujourd’hui, est promis à tout homme qui accueille Dieu : Ecoutons encore St Paul dans l’épitre aux Ephésiens : « 06 Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile…. 11 C’est le projet éternel que Dieu a réalisé dans le Christ Jésus notre Seigneur…. 17 Que le Christ habite en vos cœurs par la foi ; restez enracinés dans l'amour, établis dans l'amour.18 Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur…19 Vous connaîtrez ce qui dépasse toute connaissance : l’amour du Christ. Alors vous serez comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu. »  Il nous est dit que nous entrerons alors de toute notre plénitude dans toute la plénitude de Dieu (Ep 3,19).



                Il nous faut donc entrer dans le Dessein de Dieu de tout notre cœur et de toute notre force. La liturgie au cours du temps, nous le montre et nous l’offre. Chaque eucharistie est une invitation à entrer dans le Dessein de Dieu, à l’accueillir avec gratitude, à laisser Dieu agir en nous… en particulier vaincre nos résistances, nos infidélités, notre péché qui est toujours refus d’être unis à Dieu et vivre en lui et comme lui, puisque nous dit le livre de la Sagesse, c’est la jalousie du diable devant ce projet divin qui lui a fait distiller dans la création le poison du Mal et de la mort sa conséquence. Mais ce n’est le péché que nous devons regarder : c’est le Dessein de Dieu et sa force transformante en nous, qui est le St Esprit… le même Esprit qui a envahi Marie. C’est à lui que nous devons nous livrer pour qu’il réalise en nous son Dessein.

                Comme Marie, vivons donc le plus parfaitement possible en «compagnons du Christ». Ecoutons encore St Paul dans les Colossiens : il nous donne un style de vie pour aujourd’hui  : « Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. Songez aux choses d’en haut, non à celles de la terre. Car vous êtes morts et votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ sera manifesté, lui qui est votre vie, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui pleins de gloire » (Col 3,1-3).



                La fête d’aujourd’hui est pour notre cheminement : la Vierge Marie n’est pas une exception, elle est tout simplement la première, la première arrivée. Son Assomption, en son âme et en son corps, préfigure la nôtre, attendue en espérance, la Résurrection de chacun des disciples mais aussi la splendeur de l’Eglise, Peuple de Dieu Corps du Christ et Temple de l’Esprit, Ressuscitée dans la Gloire.

  • Pierre marche sur les eaux

                Jésus obligea les disciples à repartir en barque alors qu’il allait renvoyer la foule. Ce n’est pas tant le renvoi de la foule que Jésus se ménage, que la longue nuit de prière seul, à l’écart, dans un endroit désert.

                En plus de la prière rituelle juive – 5 fois par jour, matin, 3ème, 6ème 9ème heures et le soir – que Jésus accomplit fidèlement, Jésus vit ces longues heures de nuit dans la communion au Père. Il fait entrer son humanité dans cette communion éternelle qu’il vit avec le Père dans l’Esprit Saint depuis toute éternité. Notre Dieu Unique, Notre Dieu UN est communion. Dieu ne possède pas sa divinité, il l’a donne sans cesse, le Père se donne au Fils qui se reçoit tout entier du Père et se donne au Père et ce don échangé est la joie de l’Esprit. Dieu ne se possède pas, il se donne, c’est pourquoi on lui ressemble en se donnant au x frères comme Lui… enfin, Dieu lui se donne infiniment et sans limites puisqu’il est Dieu… ce qui nous est absolument impensable !

                Puis Jésus rejoint les siens qui rament durement. C’est la vie de l’Eglise de « ramer » mais c’est aussi une belle image de la vie spirituelle, de chemin sur la rencontre avec Dieu dans le cœur : c’est un long chemin contre vents et marées, de nuit, pour se rendre disponible au Don de Dieu. Il faut prier et demander longtemps.

                Et voilà qu’ils ont peur ! On les comprend mais dès qu’il parle, la voix connue et les mots doivent les apaiser. Et bien non ! « Si c’est bien toi dit Pierre ordonne moi de venir à toi »… Si c’est bien toi !   Jésus lui dira « homme de peu de foi ».

                « Viens » ! Et Pierre est pris au mot. Quel silence dans la barque quand il lève le premier pied et le passe au-dessus du bord… puis le 2ème ! Et Pierre marche sur les eaux. « Si vous aviez la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cet arbre, déracine toi et jette toi dans la mer il le ferait. » Pierre vit cette extraordinaire audace de la foi. Puis tout à coup, le vent le détourne de Jésus, lui fait peur… alors il coule aussitôt ! Tant que dans son élan de foi et d’amitié vers le maître, il marchait vers lui, tout allait bien… mais dès qu’il se regarde et craint, tout s’effondre.

                « Homme de peu de foi » : qui ne sent que cette remarque de Jésus est dite à chacun d’entre nous ce matin. Oui, nous sommes des hommes et des femmes de peu de foi… peut-être même de pas de foi du tout. Nous sommes devant le feu divin, le brasier ardent de l’amour divin en chaque eucharistie, et nous pensons à autre chose, nous faisons des manières, nous osons justifier nos piètres doutes, nos misérables pensées, étroites, sottes et fières !

                A quoi avons-nous pensé depuis la ½ heure que la liturgie a commencé ?

                Tant que nous ne grandirons pas dans la foi – et cela se demande à Dieu qui donne la foi – tant que nous ne grandirons pas dans la foi et la ferveur, notre Eglise diocésaine, paroissiale restera ce qu’elle est : médiocre, pleine de poussière, d’habitudes pas forcément mauvaises mais qui nous étouffe, pleine de routine… et d’excuses de nos médiocrités. Et ce n’est pas réformettes structurelles – toute humaines et qu’humaines - qui nous occupent depuis si longtemps qui ont changé quelque chose ! Seule la foi et le ferveur de la communion à Jésus, peuvent être le climat de conversion. C’était une conviction si souvent énoncée du cardinal Lustiger dont nous commémorons le 10ème anniversaire de la mort. Ce fut le principe même de son action pastorale avec la fécondité que l’on sait.

                Frères et sœurs, demandons les uns pour les autres dans notre communauté cette foi et cette ferveur ! Demandons les aussi pour notre diocèse. Amen.

  • Les Paraboles, suite

    St Matthieu chapitre 13 suite des paraboles.

     

                « J’ouvrirai ma bouche en paraboles, dit Jésus, je proclamerai des choses cachées depuis la fondation du monde. » Jésus s’applique donc ce verset du psaume 77/2 pour expliquer une troisième raison de s’exprimer par des paraboles. Ce qu’il a à dire, n’est pas facile à saisir, c’est une réalité avant la fondation du monde... Mais qu’est-ce qui est caché depuis les origines ?

                St Paul le déclare dans l’épitre aux Colossiens : « Je suis devenu ministre de l’Eglise en vertu de la charge que Dieu m’a confiée, de réaliser chez vous l’avènement de la Parole de Dieu, ce mystère resté caché depuis les siècles et les générations et qui maintenant vient d’être manifesté à ses saints. »

                Sous le mot « mystère », St Paul place certes les événements du salut mais surtout le projet rédempteur, le dessein de Dieu, anticipé en Dieu, dévoilé, une première, fois à la création caché depuis le refus d’Adam et maintenant pleinement manifesté dans le Christ, à tel point que le mystère devient l’équivalent de l’être et de l’action du Christ, le mystère c’est le Christ : toujours dans les Colossiens « Dieu a bien voulu faire connaître de quelle gloire est riche ce mystère chez les païens, c’est le Christ parmi vous , l’espérance de la Gloire [1]». Cet « acte révélateur du Christ » - d’abord explicite dans l’énigme des paraboles – s’épanouit avec autorité sous la plume de St Paul qui en évalue pleinement les conséquences dans l’histoire et le cosmos. En Colossiens, [2] cette intelligence du dessein de Dieu était demandée pour la communauté. « A la base de cette pensée, il y a la conception apocalyptique selon laquelle les réalités dernières sont tenues cachées en Dieu, comme en réserve, pour être manifestées en leur temps. »[3]

                Ce mystère, ce dessein du salut avait été révélé puis caché au moment de la création : c’est la lumière du premier jour de la création : « Dieu dit que le lumière soi: « et la lumière fut. » Cette lumière du premier jour n’est pas la lumière naturelle car le soleil et la lune furent créés au 4ème jour seulement ! C’est une lumière spirituelle, une illumination de connaissance. Les rabbins précisent : cette lumière primordiale n’a pas subsisté : c’est la compréhension de l’expression « Va Yehi Or » « et la lumière fut » qui signifie que la lumière fut présente à un moment donné mais qu’elle ne l’est plus. Elle a été retirée par le Créateur à cause du refus d’Adam d’entrer dans l’alliance avec Dieu, et cachée afin que les seuls justes puissent en jouir dans l’état du monde actuel, finalisant le projet divin que les sages appellent le monde qui vient. 

                D’après Rabbi Yehouda « la lumière créée le premier jour permettait à l’homme de voir le monde d’un bout à l’autre… Voir le monde d’un bout à l’autre ? « L’expression est une métaphore pour signifier que l’éclairage, c’est-à-dire le niveau de conscience fourni par la lumière primordiale, embrassait l’ensemble du projet divin. Adam comprenait ce qui sous-tend toute la Création, la Volonté du Créateur et les modalités selon lesquelles elle se déploie, ce qu’on pourrait appeler l’infrastructure spirituelle de la création. »[4] Nous rejoignons le thème du mystère et du Dessein bienveillant de St Paul dans les Ephésiens. Les rabbins pensent aussi que « la lumière du premier jour serait l’énergie source de toutes les énergies de la création, la « vitalité » qui anime tout l’univers. Adam était le seul à recevoir directement cette lumière. Il en était le relais pour l’ensemble des créatures… » Et le projet divin devait rayonner par lui et montrer l’unité de ce projet. [5]

                En attendant de pouvoir se redéployer et être connu de l’homme, ce projet s’est caché dans la Torah (l ‘Ancien Testament), il n’est entrevu que par les justes (« Abraham qui a vu mon jour » dit Jésus, Jérémie même au pire de la déportation, « C’est de moi qu’a parlé Moïse » ou Isaïe en Jean 12/18-40).

                Maintenant en paraboles, Jésus commence à dévoiler le dessein de Dieu : en créant le monde, il voulait ramener à lui librement, dans sa communion intime et sa béatitude, toute l’humanité et toute la création. C’est le Royaume de Dieu : « Dieu tout en tous » dit encore St Paul.

     

                Ce Royaume – «  la belle semence, dit Jésus, c’est les fils du Royaume - , il est enfoui dans la monde et la création actuelle comme le levain dans la pâte… « jusqu’à ce que toute la pâte ait levé ». Une très grande énergie ! Rappelez-vous le point de vue des rabbins : « la lumière du premier jour serait l’énergie source de toutes les énergies de la création, la « vitalité » qui anime tout l’univers.

                Ce royaume commence toujours tout petit, comme le grain de moutarde gros comme une tête d’épingle. Mais il grandit démesurément !... jusqu’à devenir un arbre pour tous les oiseaux du ciel. Jésus accentue la démesure entre le petitesse du début et la grandeur de la fin.

                Enfin ce Royaume, il est toujours mêlé à l’ivraie, au mauvais, durant ce temps, jusqu’à la fin du monde. Le monde est mêlé jusqu’à la fin comme le cœur de l’homme… Il n’y a pas de monde pur totalement, ni de cœur humain. Gare à ceux qui veulent du pur total, ils sont porteurs de mort et de drames.

    Image-11.png

    [1] Colossiens 1/27

    [2] 1/9 et 2/2. Voir aussi 1 Co ; 2/6, Rm 16/25… sous le vocable - proche du mot mystère - de la « sagesse ».

    [3] Voir L’épitre aux Ephésiens par Michel Bouttier Labor et Fides   1991

    [4] LES MOISSONS DE LUMIERE Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah     David SAADA   Bibleurope.

    [5] Idem.

  • Jésus parlait en paraboles

    La parabole du semeur dans l'Hortus Deliciarum par Herrade de Landsberg (mont Saint Odile)

     

    St Matthieu 13/1… Le semeur

     

    Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?

    Telles est la question des apôtres… et sans doute, la nôtre !

    - Cette façon de faire est propre à Jésus. On en trouve quelques-unes dans l’Ancien Testament mais très peu. Dans les Evangiles, Jésus y recourt si mes comptes sont bons, 57 fois. On ne poursuivra pas cette façon de faire. On se contentera de rapporter les paraboles de Jésus.

    - Il y a au moins deux raisons à cette façon de faire :

    * Dans les paraboles Jésus parle de Dieu et de son Royaume. Pour parler de Dieu, les mots humains sont toujours trop petits, les concepts de penser encore plus. La poésie seule peut par sa manière de faire éclater les mots peut avancer pour faire entrer en communion avec le mystère divin sans l’abimer ! La Parabole fonctionne comme la poésie : partant d’un mot, d’une situation humaine, bien connue et expérimentée, elle l’ouvre et lui permet de suggérer, de faire éprouver en toute vérité ce qui est indicible.

    * l’autre raison est celle que Jésus donne aujourd’hui. La Parabole est une parole libre adressée librement à un auditeur qui est libre de l’écouter ou non. C’est le contraire d’une parole manipulatrice. « Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Pour entrer dans une parabole, pour la comprendre, pour la laisser nous adapter au mystère qu’elle annonce, il faut le vouloir !

    Car comme dit Isaïe, « on peut regarder sans voir, écouter sans entendre quand on a le cœur alourdi par les biens matériels, les soucis matériels, l’attention aux choses inutiles et polluantes… Quand on ne veut pas se convertir. »

          Comme Moïse fait un détour pour voir le buisson ardent – c’était donc sur son chemin mais un peu à côté, Moïse n’a pas buté sur ce buisson, il a dû vouloir aller voir, l’homme qui entend une parabole doit vouloir comprendre, se risquer à comprendre. Comme les apôtres qui ont répondu à l’appel… et donc reçoivent les explications intimes du maître et sont initiés à l’usage des paraboles.

    C’est tout le contraire de l’usage de la parole aujourd’hui.

            C’est le contraire de la parole manipulatrice qui sévit partout aujourd’hui : dans la publicité toujours mensongère et manipulatrice à l’insu même des auditeurs ! … dans l’information télévisuelle et sur les soit disant réseaux sociaux, mode immense de manipulation… savante dans la presse (on l’a vu aux dernières élections) et naïve mais efficace sur les réseaux et els rumeurs. C’est « les coups de com » permanents qui tiennent lieu d’action. C’est une parole avec toujours aune arrière-pensée, celle de faire des esclaves.

              Jésus n’a pas d’arrière-pensée. Sa pensée est pure, libre pour créer des êtres libres et non pas pour manipuler les disciples. La Parole de l’Eglise doit être ainsi, la Parole du disciple doit être de même. Gare à Elle si elle fait de la « com ». pour parler de sa foi !

     

  • Jésus et les tout petits

    Evangile selon St Matthieu 11/25-30          année A /14ème dimanche

                Ce texte d’aujourd’hui est doublement surprenant : c’est d’abord une des rares fois où nous connaissons le contenu de la prière de Jésus. C’est une action de grâce adressée au Père pour ce qu’il a caché sa révélation aux sages et aux savants et l’a réservée aux « tout petits ». Et c’est le deuxième motif surprenant : c’est une volonté délibérée du Père, c’est « sa bienveillance » qui le fait agir ainsi !

                Qui sont « les sages et les savants » désignés ici ? La fin du texte le suggère : en parant de « joug et de fardeau » Jésus désigne, avec des mots communs à l’époque, les commandements que les docteurs de la Loi ont tirés de la Parole de Dieu, l’ensemble des prescriptions juridiques qui s’imposent à chaque croyant, les 613 commandements à appliquer chaque jour pour être parfait devant Dieu, « quant à l‘application de la loi, devenu irréprochable » comme dit St Paul en parlant des mêmes choses ! Cet ensemble de préceptes forme comme un corset autour de la Loi, comme une barrière entre l’homme et Dieu ; il fait de la relation une affaire de donnant/donnant ; il fait de la relation à Dieu un système qui assigne à Dieu sa place et le montre comme le comptable des actions des hommes. Et bien Dieu se refuse à entrer dans un tel type de rapport ; il se cache à ceux qui savent ce que Dieu veut et comment on lui plaît !

                C’est toujours une tentation de tout sage ou de tout savant de « s’enfermer dans sa position ou dans son système. » Quand médecin Harvey, au 17ème siècle, découvre la circulation sanguine et en parle à l’académie de médecine de Londres, on lui rétorque : ce n’est pas possibles, Hippocrate ne l’a pas dit ! Même le grand Einstein, se montera réticent à admettre les nouvelle physique de Max Planck et sa théorie de la mécanique quantique ! Donc même en science !!

                Car derrière tout système, - scientifique ou religieux ou autre - il y a toujours des enjeux de pouvoir, d’habitude, d’argent, d’intérêt… seuls les tout-petits qui sont « comme Jésus doux et humble de cœur », sont libres pour accueillir librement le Dieu libre !

                Alors Dieu peut se montrer « aux tout petits » : c’est à dire dans le langage de l’Evangile de St Matthieu aux disciples de Jésus, à ceux qui se laissent surprendre par Dieu, qui se savent indignes et se présentent à Dieu tels qu’ils sont… Ils s’appellent Abraham et se mettent en route à l’appel de Dieu, Marie, les apôtres …chaque disciple jusqu’à aujourd’hui.

                Et alors, le Fils, qui connaît le Père, veut leur révéler qui il est vraiment ! Et il le leur fait connaître. Et le fardeau de l’Evangile est léger… Pourquoi ? parce que le Christ « fait entrer les disciples dans le monde de la grâce et les y établit » dit St Paul.[1] Ce fardeau déposé dans le cœur des disciples ne les atteint plus de l’extérieur mais la grâce en fait leur centre intérieur – leur trésor - et l’accomplit en eux et avec eux. C’est l’expérience de la « petite voie » de Ste Thérèse de Lisieux : Dieu me demande cela, je ne peux le faire tant je suis faible, alors le fera en moi.

     

    [1] Romains 5/1-2

  • Pentecôte

                L’oraison de ce dimanche de Pentecôte parle de la fête du jour comme «l’accomplissement de l’œuvre de Dieu. » Qu’est-ce à dire ? Réveillons nos mémoires pour nous souvenir de la grande introduction biblique des 11premiers chapitres de la Bible.

     

                * Tout commence par le récit de la Création de l’univers et de l’homme « à l’image et ressemblance de Dieu »« Et L’esprit de Dieu planait sur les eaux. »

                * L’Alliance que Dieu proposait à l’homme supposait le respect de la limite de la créature, symbolisée par le fruit interdit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. La transgression d e l’homme et son refus de demeurer et grandir à sa place conduit à la mort, à la peur de Dieu quand « le Seigneur vient voir Adam dans le jardin à la brise du soir », la dureté du travail de la terre…         * Puis une propagation avec le meurtre d’Abel par Caïn, et en final, au chapitre 11, à Babel, la construction par les hommes d’une civilisation uniforme pour « se faire un nom face à Dieu ». Dieu force l’humanité à la différence et contre l’uniformité, a la dispersion.

                Enfin, apparaît le verset 1 du chapitre12 : « Dieu dit à Abraham… » C’est le commencement de l’ouvre de Dieu pour poursuivre son dessein éternel et permettre à l’homme de partager sa nature divine.

                La Pâque du Christ accomplit – achève et mène à sa perfection – le dessein du Père… par étape.

                * Devenu homme, Jésus a sanctifié toutes les étapes de la vie de l’homme. Et Jésus est l’homme fidèle à Dieu en tout, comme Adam aurait du être. Il résiste aux tentations et il n’y a pas le mal en lui.

                * Il descend dans la mort pour la vaincre, pour rouvrir le chemin vers le Père et la Vie.

                L’homme a de nouveau accès au Père. Et pendant 40 jours, les apôtres vivent dans la proximité du Christ Ressuscité eux « qui ont mangé et bu avec Lui après sa résurrection » comme dit Pierre.

                * L’Ascension signe l’effacement du Christ qui demeure présent auprès des siens, effacement qui permet à l’Esprit Saint de venir : cet Esprit est « la puissance grâce à laquelle le Seigneur exalté demeure présent au milieu de l‘histoire du monde comme principe d’une histoire nouvelle et d’une monde nouveau. »[1]

                * Alors la Pentecôte arrive : l’Esprit qui planait sur les eaux à la création tombe sur les apôtres pour renouveler la face de la terre et l’homme qui habite sur cette terre :

                           = Rénovation de « la création qui gémit dans les douleurs d’un enfantement du monde nouveau qui dure encore ».

                            = Rénovation de l’homme que décrit si bien le poème liturgique d’aujourd’hui :

      

    Sans ta puissance divine,
 il s’agit de la puissance créatrice et recréatrice de l’Esprit Saint

    il n’est rien en aucun homme,


    rien qui ne soit perverti.

     

    Lave ce qui est sordide,     le fond de vase qui au fon de notre cœur et qui remonte parfois

    
baigne ce qui est aride,
   notre amour si timide, nos paroles si dures….

    guéris ce qui est blessé.    Blessures que nous avons reçu et qui nous bloquent

     

    Assouplis ce qui est raide, nos raideurs morales, nos jugements des autres ou de nous-mêmes

    
réchauffe ce qui est froid,
 si peu de ferveur, un amour si froid

    rends droit ce qui est faussé. Que d’idées fausses en nous qui ne sont pas selon Dieu

     

                On le voit : l’accomplissement du dessein de Dieu, la venue du Royaume ne se fait pas d’un coup de baguette magique ! Mais avec nous, par nous, de cœur à cœur et dans le secret, comme la résurrection elle-même reste dans la groupe des disciples. L’accomplissement de l’ouvre de Dieu commence à Pentecôte dans le secret pour s’achever à la fin des temps dans la Gloire. Amen.

     

    [1] Ratzinger Foi chrétienne hier et aujourd’hui p. 238

  • Pèlerinage à Troyes

    Regarder l'album photo  ou dans la colonne de gauche

     

    Un beau pèlerinage…

     

                Le Jour de l’Ascension, nous avons vécu un très beau pèlerinage paroissial à Troyes, nous étions 58. Il s’agit du premier déplacement pour découvrir les richesses spirituelles et artistiques des nouvelles composantes de notre Grande région, Grand Est. Après Troyes nous irons en Champagne du Nord autour de Reims, puis dans les Ardennes et en Alsace.

                Nous avons gagné Troyes en chantant les laudes et en nous arrêtant à l’abbaye de Montier en Der – autrefois diocèse de Toul – puis nous avons participé à l’eucharistie à la cathédrale autour de Mgr Marc Stenger l’évêque de Troyes et la communauté habituelle de la cathédrale. Nous étions heureux de prier avec les chrétiens du lieu. Le Père Dominique Roy recteur nous a fait une magnifique visite, spirituelle et artistique à la fois, de cette splendide cathédrale, au vaste patrimoine.

                Après un repas sous les arbres de la maison diocésaine, nous avons parcouru la vieille ville – elle la forme d’un bouchon de champagne ! – avec ses magnifiques églises (St Urbain, St Jean du Marché, Ste Madeleine), ses vieilles maisons et ses petites places, le quartier juif et la synagogue du grand maître du Talmud, Rachi… Un long temps de prière à Ste Madeleine nous a permis de méditer sur la fête de l’Ascension – l’ouverture du Royaume aux hommes - avec l’Apocalypse de St Jean.

                Après une visite au cimetière des Innocents transformé en « Jardin blanc » tout fleuri à cette saison et une promenade dans le dédale des vieilles rues du quartier Ste Madeleine, nous reprîmes le bus pour regagner Nancy vers 20H.

    IMG_0090.jpg

    PB110167.jpg

    IMG_0110.jpg

    Regarder l'album photo