Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours

  • Panne de chauffage à Bonsecours

    EN RAISON DE LA PANNE DU CHAUFFAGE  A BONSECOURS
     
    LA MESSE DE CE JEUDI 12 DECEMBRE ET L'ADORATION QUI SUIT 
     
    AURONT LIEU A 18H A LA CRYPTE DE SAINT PIERRE.

  • Fête de l'immaculée conception

    EN RAISON D'UNE PANNE DE CHAUFFAGE À BONSECOURS, 
     
    LA MESSE DE LA SOLENNITE DE L'IMMACULÉ CONCEPTION SERA CELEBREE
     
    À 18H30 À L'EGLISE SAINT PIERRE.
     
    VEUILLEZ NOUS EXCUSER.
     

     

  • ANNONCES DU 7 DECEMBRE AU 15 DECEMBRE 2019

    Télécharger le fichier

    A NOTER :

    Lundi 9 décembre : Immaculée Conception

    -18H30 à Bonsecours : Messe avec vêpres intégrées de la solennité de l’Immaculée Conception.

    Mardi 10 décembre 

    -20H30 salle St Vincent de Paul : Evangile de St Jean « le Prologue (1/1-18) ».

    Samedi 14 décembre

    -10H15- 11H45 Salle St Jean- Paul II : Rencontre de Caté.

    -18h00 à Bonsecours : Messe pour les chrétiens d’Orient.

    Dimanche 15 décembre

    -16H00 à Bonsecours : Concert de Noël (Chorale  Faridol avec Pierre Tiessen). Entrée Gratuite

  • A propos de l’Evangile de dimanche dernier…

    1er de l’Avent A

    Pourquoi craindre de rencontrer le Seigneur à la fin des temps, à la fin de sa vie ? 

    Voici quelques lignes de Saint John Henry Newman, oratorien anglais de St Philippe Néri (1801-1890)

    « Si cette rencontre dernière est perçue comme redoutable, que dire alors d’une rencontre dans le sacrement de la très sainte communion ? Car c’est jusque dans la forme, un avant-goût de sa venue, une proximité qui en est le gage…Ceux qui pratiquent la communion, comprennent bien qu’on puisse à la fois « craindre » de s’approcher ainsi de Dieu et s’y rendre quand même… La joie ne change pas la crainte révérencieuse, elles persistent toutes les deux… C’est dans ces dispositions différentes que nous voulons rencontrer le Seigneur à sa table, que nous devons prier pour sa venue et que les élus se tiendront devant Lui à son avènement. » 

    Quand nous le rencontrerons à la fin des temps, (ou à la fin de notre vie qui est une anticipation de la fin des temps pour nous personnellement) « si nous sommes à Lui, nous aurons le réconfort intérieur de son Esprit qui nous portera vers Lui et témoignera avec nous que nous sommes enfants de Dieu. Dieu est mystérieusement en 3 endroits :

                1 – tandis qu’il siège au plus haut des cieux il vient juger le monde.

                2 – Tout en jugeant le monde, il est en nous, il nous soutient et va en nous à la rencontre de lui-même. Dieu le Fils est à l’extérieur mais Dieu le Saint Esprit est à l’intérieur ; le Fils demande et l’Esprit Saint répond.

                L’Esprit saint nous est donné ici-bas ; si nous nous laissons aller à l’influence de sa grâce, de sorte qu’il attire vers le Ciel nos pensées et notre volonté et qu’il ne fasse plus qu’un avec nous, il demeurera avec nous, et nous donnera confiance au jour du jugement. »

     

    Prier pour être fidèle jusqu’au bout et accueillir le Christ miséricordieux dès maintenant en toute joie.

    « Que je sois jamais séparé de toi ». (prière secrète du prêtre juste avant la communion reprise par Blaise Pascal dans son Mémorial)

     

    Extraits du Sermon 4

     vol. 4 du 4/12/ 1836

  • Pour bien vivre et comprendre les préparatifs traditionnels de Noël ...

    L’arbre de Noël ?

             Il est parfois de bon ton de se moquer de la superstition populaire ou du paganisme de la fête de Noël que certains voudraient vivre dans une austérité, seule digne d’une fête. D’autres refusent de mettre des sapins dans une église !! ce qui est païen dans les coutumes de Noël, ce sont els branches de gui, de houx pour décorer les murs ou les suspensions dans les pièces. Le sapin est lui, d’origine chrétienne.

     

             En effet, cet arbre de Noël que nous confectionnons dans nos maisons provient de coutumes très religieuses du Moyen Age et des Mystères sacrés joués sur les parvis des églises, en particulier dans la région du Rhin et en Alsace. L’arbre de Noël est né en Alsace. Les plus anciens témoignages de cette coutume remontent au XIIIème siècle dans la vallée du Rhin. L’essor de la coutume se produit au XVIè siècle.[1]

     

             A côté des scènes qui montraient la crèche et les bergers, il y avait des scènes qui évoquaient le Paradis : Adam et Eve, le diable tentateur et l’ange au glaive qui fermait l’accès au Paradis !

             Au milieu se dressait l’arbre du paradis.[2]

     

             Et l’arbre du Paradis devint… le sapin – il était difficile de trouver un pommier au mois de décembre ! Et puis le sapin est toujours vert… il ne meurt pas !

             Sur ce sapin, on accrocha plusieurs pommes (le seul fruit disponible en décembre ! la fameuse petite pomme rouge d’Alsace[3] ) et des représentations d’Adam et Eve en pain d’épices.  La crèche au pied de l’arbre annonçait le salut : la fête de Noël, en effet, ouvre aux hommes à nouveau le Paradis !

     

             Comme le chante le vieux cantique de Noël datant de cette époque :

     

    « Aujourd’hui Dieu rouvre l’huis[4]

    Qui mène au beau Paradis.

    Le chérubin n’en défend plus l’accès

    A Dieu louange, honneur et majesté. »

     

     

             Progressivement le sapin de Noël passa de l’extérieur des églises à l’intérieur des maisons. En plus des pommes, on suspendit alors à l’arbre des hosties non consacrées : l’eucharistie donne la vie éternelle que l’arbre de vie devait donner ! Magnifique symbolisme : face à la « pomme[5] » qui a conduit l’homme à la mort, l’hostie le conduit à la Vie.

           Dès la fin du XVIe siècle vinrent s’ajouter des papillottes en forme de roses et autres fleurs en papier multicolore. Ces fleurs sont une allusion à un verset d’Isaïe[6] où il est question du « Rameau fleuri de l’arbre de Jessé ». C’était une manière d’évoquer l’ascendance de Jésus, « Fils de David » dont Jessé était le père. Elles nous rappellent aussi les paroles d’un chant ancien, très certainement composé à cette époque, intitulé en allemand actuel «Es ist ein Ros entsprungen» : une rose a jailli.

             Plus tard, par respect, on remplaça les hosties par des gâteaux en forme d’hosties qu’on accrocha dans l’arbre… Ces gâteaux, on les fabriquait durant tout l’Avent, avec un petit trou pour pouvoir les fixer aux branches du sapin  par un ruban. Les moules permirent de les décorer et de représenter sur les gâteaux des scènes de la Nativité. En alsacien, on appelle ces gâteaux des « springerle » (littéralement petits sauteurs). Ils sont à l’anis ; on confectionne aussi des pains d’épices pour les accrocher (lebrucken en alsacien).[7]

    1.png 

    On remplaça aussi les pommes par des boules.

    3.png

    Boules de Meisenthal.

             En effet, selon la tradition, en 1858, une grande sécheresse priva les Vosges et le  des fruits et en particulier de pommes. Pas de pomme pour les sapins de Noël ! Un artisan verrier de Goetzenbrück travaillant à la verrerie de Meisenthal, eut l’idée de souffler des boules en verre. La mode était lancée.

     

     

             Et c’est au XVIIIème siècle qu’on fixa des bougies aux branches pour faire de cet arbre, un arbre de Lumière.

     

    [1][1] Un manuscrit de la bibliothèque humaniste de Sélestat de 1521 parle des sapins : les gardes forestiers sont payés pour surveiller les forêts en raison de la quête intempestive de sapins par le peuple !

    [2] Une fresque dans une chapelle d’un lycée de Haguenau (Nord de l’Alsace), datant du XVe siècle, concrétise ce symbolisme par un arbre dont la couronne est nettement partagée en deux zones dans le sens vertical. D’un côté les pommes, de l’autre les hosties. Voir Histoire de l’arbre de Noël p. 6

    [3] On l’appelle toujours aujourd’hui Christkindel Apfel : pomme du petit Christ

    [4] Mot ancien et poétique pour dire « la porte ».

    [5] Il n’est pas question d’une pomme dans le texte biblique mais d’un « fruit »…  La pomme était disponible en décembre. Il y a peut-être aussi un glissement- confusion avec la déesse des fruits , qui se  dit justement « pomona » est en latin ! 

    [6] Is. 11/1

    [7] On peut voir de magnifiques moules à gâteaux de Noël au Muée des Srpingerle à La Petite Pierre dans le 67. Le muséee st situé 11 rue des remparts, 67 290 La Petite Pierre.

  • Repartir du Christ

    1.jpg

    tract année 2019-2020.jpg

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

  • 33ème dimanche de l'année C

    Billet spirituel                    St Luc 21/5-19

     

                Les textes d’aujourd’hui forment une belle cohérence pour notre vie chrétienne quotidienne.

     

                L’admiration du Temple : de fait, on comprend l’admiration des apôtres. Hérode est un grand constructeur, génial même quand on voit tout ce qu’il a fait : Hébron, les forteresses de Machéronte, Hérodium, Massada, son palais à Jérusalem mais surpassant le tout, le Temple qu’il a magnifiquement embelli. Les pierres : oui, si grandes et puissantes que même les légions romaines n’ont pu les déplacer complètement ! Et les « ex votos », notamment sans doute ceux qui sont accrochés devant la face du Temple, à l’Est. Une splendide vigne d’or sur un fond de marbre blanc à laquelle on attachait ses ex votos… c’est-à-dire des grappes d’or. Jésus dit : «  Il ne restera pas pierre sur pierre » Jésus pourtant, depuis son enfance, aimait le Temple où il était chaque jour quand il résidait à Jérusalem. Mais Jésus veut nous dire que nous ne devons pas nous confier dans nos œuvres – artistiques, politiques, économiques -, dans nos civilisations, même belles et réussies. Tout s’effondrera ! Les civilisations sont mortelles.

     

                L’état du monde jusqu’à la venue du Christ : Jésus, ensuite,  décrit ce qui attend ses disciples quand il les aura laissés, ses disciples c’est-à-dire ses apôtres, mais c’est-à-dire « nous » : « On se dressera nation contre nation,
 royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre 
et en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront
et de grands signes venus du ciel. » Nous voyons-là les événements dont nous entendons parler sans cesse. Notamment avec ces guerres que les hommes aiment… les puissants surtout … notre Europe en a donné un triste exemple avec trois guerres en 80 ans.

    « Mais ce n’est pas encore la fin » … car à cela s’ajoutent ces paroles : « Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
on vous livrera aux synagogues et aux prisons, 
on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs 
à cause de mon nom.
    Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit
que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. » Le lot des disciples est d’être persécutés : tant que les chrétiens et l’Eglise pensent comme tout le monde, ça va. Mais que les chrétiens défendent un autre point de vue dans la société, - par exemple concernant le respect de la vie - aussitôt la tyrannie du langage et de la pensée uniques – ce qu’est une  démocratie devenue tyrannique – persécute ceux qui pensent autrement, donc les chrétiens. Il nous faut assumer cette mission du témoignage contredit… Jésus ne nous dit par autre chose tout en nous invitant à la confiance en Lui : « mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
 C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. » Et il nous inspirera lui-même notre témoignage.

     

                Alors écoutons Saint Paul aussi, dans l’épitre de ce jour aux Thessaloniciens, pour cette vie de chaque jour : faisons notre travail comme il faut, en paix, sans agitation inutile « affairé sans rien faire » - quelle belle expression ! – sans être « des agités du bocal » comme disait Céline, sans courir à droite ou à gauche : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer 
car beaucoup viendront sous mon nom 
et diront : ‘C’est moi’ 
ou encore : ‘Le moment est tout proche. 
Ne marchez pas derrière eux. »

     

                Mai vers qui allons-nous ? Nous pouvons être paisibles car nous savons vers où nous allons : vers le Soleil de Justice dont parle le prophète Malachie dans la première lecture : « Mais pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera :
il apportera la guérison dans son rayonnement. » Magnifique  façon de parler du Messie : il a la beauté du Soleil Levant – et pas de « l’astre d’en haut » comme la traduction liturgique nous fait chanter dans le « « benedictus, on ne pouvait pas faire plus tarte -, il est éblouissant par son rayonnement… dans lequel se trouve notre guérison, notre Gloire. Telle est la majesté du Christ de Gloire vers qui nous allons, celui que nous saluons joyeusement comme tel chaque matin à la prière des laudes dans le chant de Zacharie le père de Jean Baptiste : « Soleil levant, Orient levant qui vient nous visiter ». C’est le Christ du Royaume, celui dont nous venons d’accueillir la Parole dans cette liturgie autour de l’Evangile, celui auquel nous allons communier dans l’eucharistie au point de devenir « une seule chair avec Lui. » Celui qui est notre Maire bien aimé. Amen.