Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours

  • Saint John-Henry Newman

    Pour sa canonisation

     

     

    Dates

    1801 naissance à Londres

    1890 mort à Birmingham

    1845 9 oct. pleine communion

    1847 prêtre

    1877 fellow émérite d’Oxford (Trinity et Oriel)

    1879 Cardinal

     

     

    En quoi est-il un saint pour aujourd’hui ? 5 points parmi d’autres possibles ;

     

    1. Baptisé comme nous petit enfant, dans une famille de la bonne société au rapport distendu avec l’Eglise mais pas avec la Bible… Il découvre la réalité de la foi à 16 ans, durant un été. Il passe de la foi reçue et connue à la foi vécue et il met l’accent sur sa découverte : la foi est une relation extraordinaire et unique entre l’homme et son Dieu « Moi et mon Créateur ». Et Newman va passer sa vie avec son Créateur.

     

    Passage dont beaucoup de nous doivent prendre conscience ou qu’ils ont à faire.

     

    2. Newman cherche profondément la vérité : il ne veut pas des choses senties seulement – et pourtant il est romantique, passionné de Walter Scott, très sensible à la nature, musicien, il est violoniste… mais il veut fonder sa vie sur le solide : la vérité.

    Quel rappel alors que tout dans notre culture repose sur le senti/ le ressenti, l’émotionnel, uniquement … et que en même temps, on ment en manipulant la réalité, les chiffres, en se détournant des choses mauvaises en les appelant autrement pour ne plus être dérangé … Le mensonge est justifié s’il est bon pour la communication, c’est-à-dire la manipulation éhontée des gens.

     

    3. Face au mensonge de son temps, à l’effondrement de l’Eglise anglicane, à son côté « établie », confortable, accordée à tout et d’accord avec tout, complètement inféodée au pouvoir politique et à la mode sociale, notre cardinal va se dresser avec des amis pour relever son Eglise qu’il aime. C’est le mouvement tractarien où il se lance avec grande énergie. Revitaliser son Eglise ! et sa Foi !

     

    Voilà bien une tâche aussi pour nous aujourd’hui.

     

    4. Alors Newman travaille à fond : l’histoire de l’Eglise, des conciles, de la théologie, nourri au meilleur de la tradition et de l’anglicanisme… et là il découvre avec horreur que la véritable Eglise telle que le Christ l’a fondée, ce n’est pas l’Eglise anglicane mais l’Eglise catholique romaine qu’il a en horreur !

    A l’anglicanisme manque la succession apostolique ininterrompue voulue par le Christ et l’union dans une Eglise Une.

    A l’anglicanisme manque une part de la Foi tenue dans l’Eglise primitive et perdue par l’anglicanisme à la Réforme protestante : la place de la Tradition, des Pères, des sacrements.

    Le Choc est terrible pour Newman : il démissionne de son poste de professeur à Oxford, de curé de Sainte Marie et il se retire à Littelmore pour creuser encore pdt 3 ans, réfléchir et surtout suivre sa conscience.

    Newman a tout perdu pour vivre en vérité dans l’Eglise telle que le Christ l’a voulue s’appuyant sur des points essentiels que tant de catholiques d’aujourd’hui négligent ou refusent inconsidérément dans leur mépris profond de l’Eglise et leur orgueil de réformateur !

     

    5. Car Newman est le grand défenseur de la fidélité à la conscience… comme l’a été 4 siècles avant lui un autre anglais St Thomas More, laïc, chancelier d’Angleterre sous Henri VIII et qui ira jusqu’à la mort pour suivre sa conscience qui lui interdit de soutenir le roi dans son divorce et dans sa séparation avec l’Eglise catholique. Pour ces hommes, on ne cède pas au dictat du prince qui se croit tout puissant, ni à la majorité qui n’a pas la vérité parce qu’elle est majoritaire, ni à la mode parce que c’est plus commode et tranquille. L’homme doit vivre selon sa conscience éclairée et réfléchie, sinon il perd son âme et sa dignité… « Plutôt la sainteté et le prix à payer que la tranquillité » disait le saint canonisé aujourd’hui. Amen

     

    Lead, kindly light, poème de J-H Newman 

    Traduction :

    Conduis-moi, douce Lumière, au milieu des ténèbres :
    je t’en prie, conduis-moi.
    La nuit est sombre, et je suis loin de la maison :
    je t’en prie, conduis-moi. Veille sur mon chemin. Je ne demande pas
    à voir le but lointain :
    un seul pas me suffit.

    j’étais autre jadis,
    et je ne priai pas
    pour que tu me conduises. J’aimais choisir ma route. maintenant,
    Je t’en prie, conduis-moi. J’aimais le jour brillant
    et malgré mes frayeurs, l’orgueil me gouvernait.
    Oublie les jours passés.

    Ta puissance
    pendant si longtemps m’a béni
    que, j’en suis assuré,
    elle me conduira
    par landes et marais,
    montagnes et torrents,
    jusqu’au retour du jour.
    Et demain souriront les visages des anges depuis longtemps aimés,
    et que je ne vois plus.

     

  • ANNONCES DU 12 OCTOBRE AU 20 OCTOBRE 2019

    Télécharger le fichier

     

    ANNONCES

    En ce dimanche le pape François canonise à Rome le cardinal Newman (1801-1890), anglican, professeur à Oxford entré dans la pleine communion de l’Eglise en 1845, devenu prêtre catholique, fondateur en Angleterre de l’Oratoire St Philippe Néri, cardinal par le pape Léon XIII en 1879.Un des plus grands théologiens du 19 ième siècle

     

    Mercredi 16 octobre

    20H30 : Salle St Vincent de Paul, deuxième rencontre Repartir du Christ : Jésus a-t-il vraiment existé?

    Jeudi 17 octobre

    14H30 : salle St Jean- Paul II, réunion mensuelle du Mouvement Chrétien des retraités.

  • Vaudémont et Vézelise

    Chaque année depuis presque 10 ans, un dimanche de la rentrée regroupe tous ceux qui sont actifs dans la paroisse d'une manière ou d'une autre. Le but de cette journée est de mieux se connaître, de passer un temps joyeux et festif entre nous... le vie chrétienne en se fait pas qu'avec des réunions de travail ! Après le repas, nous faisons connaissance avec notre terre lorraine... car nous ne sommes pas "hors sol"... dans le virtuel... ou le rêve. Jésus a vécu sur une terre particulière qu'il a aimée et parcourue; Il a aimé les paysages du lac, de la vallée du Jourdain, du désert... des bords de mer... Il a pris ses repas calmement et simplement avec ses amis, avec ses interlocuteurs (comptez le nombre de repas de Jésus évoqués dans l'Evangile et vous verrez;...) Ce dernier dimanche, nous avons (re)découvert le Comté de Vaudémont, sur la colline de Sion et Vézelise la capitale du Comté; De très beaux paysages, deux belles églises avec, à Vézelise, de merveilleux vitraux et un très bel orgue que nous avons eu la joie d'entendre. Nous vous partageons nos découvertes avec ces quelques photos.

    Aperçu :

    L'album en grand ICI

  • Vêture de soeur anaywah

    Chers frères et soeurs de la paroisse je suis très heureux de vous transmettre de la part de Rachel ces photos de sa vêture dans l'ordre du Carmel à Jérusalem le 14 septembre dernier. Nous avons prié à son intention, réjouissons-nous avec elle et demandons au Seigneur  avec elle la grâce de la persévérance et l'accomplissement de ce que Dieu attend d'elle. Que Dieu achève en elle ce qu'Il a commencé. Père Jacques Bombardier

    190913_Benediction.JPG

    HOQN6497.JPG

  • La Croix Glorieuse

    La fête de ce jour a reçu plusieurs noms qui, chacun, dise un aspect du mystère. On l’ a appelée « Invention de la Sainte Croix » invention au sens de « découverte » de la Croix du Christ par l’impératrice Sainte Hélène… « Exaltation de la Sainte Croix » en souvenir du 14 septembre  335,  lendemain de la consécration de la basilique de la Résurrection (Anastasis) à Jérusalem où la Sainte Croix du Christ fut présentée à la vénération des fidèles. Aujourd’hui on dit « La Croix glorieuse » et c’est un sens très riche que je vais tenter de vous montrer.

    Quand nous sommes devant la croix le vendredi saint, nous sommes consternés devant ce qu’on a fait souffrir au Christ : une condamnation injuste, le double supplice - qui ne se faisait jamais - de la flagellation et de la crucifixion. Consternés et pleins de compassion, comme arrêtés devant tant de méchanceté et de souffrance infligées à un Juste. Mais nous risquons de nous arrêter à cette souffrance et de ne pas voir le sens profond de cet événement. La liturgie tente de nous tirer en nous faisant entendre au commencement de l’office du Vendredi saint le cri d’Isaïe que le Père nous adresse : « Mon Serviteur réussira » ! Et La passion selon saint Jean nous montre le Christ monter vers la Gloire ! Et pourtant nous sommes restés longtemps en Occident dans cette première partie de l’hymne des Philippiens que nous venons d’entendre : la Croix… la Résurrection apparaissant comme un miracle de confirmation que le salut était dans la Croix seulement. La Croix est glorieuse en ce sens que le mystère pascal de notre salut est UN SEUL MYSTERE, à deux faces, une de souffrance et une de Résurrection, les deux imbriquées l’une dans l’autre sans séparation possible.

    La Gloire, qu’est-ce c’est ? Attention au contre-sens ! Il ne s’agit pas d’honneur, de puissance, d’argent … La Gloire de Dieu, c’est son rayonnement, sa « manifestation » son resplendissement ! Et l’auteur des Hébreux nous enseigne – c’est ce que nous lisons le matin de Noël - : « À BIEN DES REPRISES et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils … par qui il a créé les mondes… Rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être, le Fils… »  Le rayonnement de Dieu, c’est le Fils ; la Gloire de Dieu, c’est le Fils devenu homme pour s’approcher des hommes et leur faire « voir » le Père : « Qui me voit, voit le Père » dit Jésus à l’apôtre Philippe. « Je ne dis rien que ce que le Père me dit de dire… je ne fais rien que je ne vois faire au Père… » Jésus nous le répète : tout son être manifeste le Père avec lequel il est UN. Tout son être est comme transparent à cette Présence divine pour révéler le Père Source et Origine de tout. Balthasar dit : «  Jésus fait de sa vie un mémorial du Père ». 

    Et c’est sur la Croix que ce resplendissement est  le plus total : « Quand vous m’aurez élevé de terre disait Jésus, vous saurez que Je Suis ». Saint Paul  le dit lui-même : « Puisque… le monde, avec toute sa sagesse, n’a pas su reconnaître Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile. Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. »

    C’est donc sur la Croix que se révèle la toute puissance de Dieu dans son impuissance volontaire, c’est-à-dire dans le renoncement à sa toute puissance ; Dieu qui assume en lui toute la désespérance des hommes - « Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » - qui leur donne son pardon – « Père pardonne-leur » et les unit définitivement au Père - «  en toi je remets mon esprit » et en mourant « il remit l’Esprit ». Et la Résurrection l’éternise dans cette action.  Toutes nos fausses visions de Dieu doivent donc être corrigées dans la contemplation du resplendissement de Dieu sur la Croix dans le Christ.

    Et ce « buisson ardent » qu’est la Croix complète la révélation du Nom de Dieu commencée au « buisson de Moïse » : « Je suis qui Je suis »… « Dieu est » donc. Il EST. La Croix montre « Il est AMOUR » infini, inconditionnel comme l’enseigne St Jean dans sa première épître. « Mais proclame St Paul, ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé…Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur et qui pourra l’instruire ? Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ ! »

    Et Nous, nous allons recevoir dans l’eucharistie, ce Christ Ressuscité qui porte les traces de la crucifixion, « les cicatrices de son amour ». Amen

  • Concert de dimanche

    Beaucoup de monde, paroissiens et amis, dimanche après-midi dans la crypte de St Pierre pour le concert de l'Ensemble de chambre d'instruments à vent de Châtenois et de Benoît Schwinden, notre co-titulaire de l'orgue. Dépaysement complet de sonorité et de présence instrumentale dans les morceaux dont certains étaient bien connus ! Le public était ravi. Nous avons ainsi participé à la réfection de l'orgue de l'église de Châtenois dans les Vosges.

  • Lecture priante et contemplative de l’Evangile de Saint Jean

    L’Evangile selon Saint Jean

    Lu en deux années

    Avec tout le diocèse

     

    Non pas un cours sur l’Evangile

    Ni même un enseignement

     

    Mais une lecture priante, contemplative et partagée du texte saint,

    Pour découvrir la Figure de Jésus, comme une première fois,

    Telle que Saint Jean l’a voulue,

         Dans ses liens avec le pays de la Terre Promise,

         Dans ses liens très nombreux avec l’Ancien Testament que Jésus accomplit

     

    Pour mieux connaîtreCelui que Dieu le Père nous a donné

    Pour renouveler notre attachement affectifau Seigneur Jésus

    Pour devenir un(e) meilleur(e) disciple

    Pour mieux savoir parler de Lui.

     

    Dates

     

    Les Mardis de 20H30 à 22H

    Salle Saint Vincent de Paul et crypte

     

    Les mardis

     

    10 sept. 2019

    8 octobre

    12 novembre

    10 décembre

     

    14 janvier 2020

    11 février

    10 mars

    7 avril

    12 mai

    9 juin

     

    Il convient de venir aux rencontres avec le texte de l’Evangile de St Jean et même si possible avec la Bible.