Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours - Page 2

  • 11ème dimanche dans le temps dit ordinaire

    Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas prêcher sur les lectures de ce dimanche mais sur le temps de l’année liturgique dans lequel nous entrons, « tempus per annum » dit le missel latin – « temps durant l’année » - et non pas « temps ordinaire « comme on a traduit en français comme si un temps avec Dieu pouvait être « ordinaire ».

    C’est plutôt le temps sans Dieu qui est ordinaire ! terriblement ordinaire comme on s’en rend compte de nos jours. Nos contemporains des villes, les jeunes générations surtout, s’ennuient, n’ont plus d’avenir, trouve leur vie absurde… Et les remèdes que proposent noter société – fête tout le temps et consommation tout le temps – au lieu d’assouvir le désir, l’exacerbe et augmente frustration et non sens.

    Il y a quelques années le philosophe Philippe Murray décrivait l’homme contemporain comme l’ «homo festivus », l’homme festif qui ne vit que de la fête, pour elle et qui s’y noie… Il suffit d’habiter dans le quartier où je réside pour constater ce phénomène tous les jours… jusqu’à ce stade décrit par Murray où il n’y a plus « l’homo festivus « mais seulement « festivus festivus ». Car le « tout fête » tue la fête et les lendemains de fête sont de plus en plus douloureux. 

    Des jeunes m’ont fait découvrir cela il y a quelques années quand je rentrais tout joyeux un soir d’août d’un concert à Froville. Rencontrant en haut de ma rue, une vingtaine de jeunes hommes en train de boire de l’alcool, je fus accompagner par l’un d’eux m’a accompagné jusque chez moi, en m’expliquant qu’ils buvaient avant d’aller en boîte pour être saouls dès la première boisson offerte et ne plus avoir à consommer les boissons proposées trop chères pour eux. Sur le coup j’étais sidéré, j’ai compris après : ils savent que la fête toute seule, si répétitive, est triste, que pour supporter ces fêtes tristes, il faut être ivres… se créer un monde artificiel, même si le réveil, le lendemain matin, est d’autant plus dur et triste.

    Ainsi donc ces débordements qui vont en s’amplifiant sont là seulement parce que la fête répétitive, la fête simplement humaine est fondamentalement triste. 

    Du coup, en réfléchissant, j’ai découvert la joie que j’avais d’être depuis mon enfance soutenu dans le quotidien ordinaire de ma vie par la fête divine du dimanche, par les fêtes chrétiennes qui transforment complètement notre ordinaire humain par la venue du divin en son sein : Dieu nous rejoint, habite et ouvre l’espace humain fermé, voué au monotone et même, si on ne croit pas en Dieu, à l’absurdité d’une vie sans but et sans sens : la vie humaine naturelle est soulevée par le désir de plénitude qui n’arrive jamais : « Vanité des vanités disait Qohèleth. Vanité des vanités, tout est vanité ! Je résolus de m’adonner au vin, et je me livrai à la démesure, le temps de voir ce qu’il est bon, pour les fils d’Adam, de faire sous le ciel pendant le peu de jours qu’ils ont à vivre. Rien de ce que mes yeux convoitaient, je ne l’ai refusé. Je n’ai privé mon cœur d’aucune joie ; je me suis réjoui de tous mes travaux… Mais quand j’ai regardé tous les travaux accomplis par mes mains et ce qu’ils m’avaient coûté d’efforts, voilà : tout n’était que vanité et poursuite de vent ; rien à gagner sous le soleil ! »

    La liturgie que nous vivons nous croyants, renouvelle et rajeunit le temps monotone de nos vies non pas par des moyens humains et artificiels, mais en accueillant l’éternité divine qui vient dans  notre temps. « Nous sommes en route vers un but déjà atteint » dont nous vivons chaque dimanche. « Dans la liturgie, temps et éternité sont inséparables ». La naissance du Christ et sa mort deviennent contemporaines de chacun de nous. Tout ce que Jésus a vécu, tout ce qui lui est arrivé au cours de sa vie terrestre, il l’a emporté avec lui dans la gloire. C’est ce Christ total qui vient à nous dans la liturgie, dans chaque messe comme dans les grandes fêtes des 6 premiers mois de l’année. Grâce à la venue du Christ et par Lui, de la Trinité parmi nous, nous « ouvrons » en Lui notre existence humaine limitée et notre joie vient de Lui, Sa joie nous inonde et sa paix ; sa venue renouvelle le souffle profond de notre vie, élargit nos horizons, nous élève et nous fait déjà goûter la joie du Royaume.

    Le Père Stinissen écrit : « au cours de mes contacts avec des psychiatres, des psychothérapeutes et des psychologues, je me suis laissé dire que le rythme de l’année liturgique apporte à l’homme tout à la fois variation et stabilité dans sa conception du temps. C’est aussi une aide à soulager la sensation d’absurdité engendrée par une routine irrationnelle qui imprègne facilement l’existence de beaucoup de gens. » 

    Oui ! Celui qui progresse à la cadence paisible de l’année liturgique – celui qui s’est fait une âme liturgique – ne ressent jamais le temps comme vide et creux.  Ce que Jésus a fait ou dit ne passe pas. Je peux le vivre aujourd’hui. « Sur la scène du temps se joue la pièce de l’éternité. L’agitation inquiète se calme lorsque nous sont continuellement rappelées les grandes choses qui nous attendent et qui arriveront sans aucune prestation de notre part ! »

    Pâques est la fête des fêtes. C’est à partir d’elle que s’organise toute l’année liturgique : le Seigneur est ressuscité et nous avec Lui déjà. Déjà nous sommes en Dieu et Dieu vit en nous. Pâques nous dit que nous sommes immortels. Le dimanche est la Pâque hebdomadaire… « Tandis que le semaine est le temps du monde – du travail et de la peine – le dimanche, le 8ème jour, est le temps de l’éternité », du repos en Dieu et de la communion joyeuse avec Dieu et les frères.

    Dans la première partie de l’année de Décembre à juin, nous allons de fête en fête : l’Avent nous prépare à Noël, venue définitive de Dieu parmi les hommes pour les faire venir à Lui, puis nous suivons Jésus dans le début son ministère avec d’occuper notre cœur à la Pâque : 40 jours de carême préparatoire puis 50 jours de fête pascale. 

    Dans le temps après la Pentecôte, de juillet à novembre, nous vivons avec Jésus le temps vert des floraisons, des mûrissements, des récoltes et des vendanges dans un compagnonnage simple, paisible, joyeux, discret… même dans les douleurs humaines légitimes. Pas un moment de vide, de tristesse prolongée, de lassitude possible avec un tel ami divin !... surtout que chaque dimanche nous reconduit à la Pâque du Seigneur. 

    Peu à peu, si nous le voulons, le Seigneur prend toute sa place dans nos vies, nous n’avons plus besoin des choses exceptionnelles si décevantes pour être heureux et en paix. Pas besoin des Maldives pour être pleinement heureux. Amen

  • LA FÊTE DIEU

    A L’Evangile d’aujourd’hui nous replonge dans l’atmosphère du Jeudi Saint et de la Pâque juive au cours de laquelle se sont déroulés les événements de la Pâque de Jésus.

    Moi, le Seigneur ton Dieu, je te donne la loi nouvelle

    Vous serez mon Corps et je serai votre Dieu.  

    Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés

    Et vous connaîtrez la douceur de mon Salut.

    C’est pour nous l’occasion de revenir sur ce repas merveilleux.

    Lire la suite

  • La procession de la Fête-Dieu

    197814418_4380218045335414_8701106525975474635_n.jpg

    IMG_20210606_161217.jpg

    IMG_20210606_161417.jpg

    198012368_4380217522002133_5443150290789454658_n.jpg

    196853299_4380217462002139_8200838056032861027_n.jpg

  • Fête de la Trinité

    L’Eglise nous fait lire ce dimanche de la Trinité la finale de St Matthieu : Jésus envoie  ses apôtres pour annoncer l’Evangile à toute la terre. Il précise : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » Dans l’ordre : faire des disciples par le baptême puis leur apprendre ce que Jésus a enseigné, le tout dans la présence permanente de Jésus ressuscité  à ses envoyés.

     

    Lire la suite

  • La fête de Pentecôte

    La fête de Pentecôte est le couronnement de la mission que le Père a confiée au Christ : chercher et ramener l’humanité à Dieu et lui donner l’Esprit Saint, énergie de l’humanité nouvelle.. Mort et Ressuscité, le prédicateur du Royaume en terre sainte, est exalté auprès du Père. Ainsi est ré ouvert l’accès à Dieu, ainsi est inauguré le Royaume où l’humanité nouvelle, née du Christ ressuscité, est attendue. Et le Christ prie le Père d’envoyer l’Esprit Saint promis, le compagnon de la vie de l’Eglise jusqu’à la fin des temps !

     

    Lire la suite

  • CATHEDRALE DE TOUL

    toul.png

     

    DANS LE CADRE DU 800ème ANNIVERSAIRE  du COMMENCEMENT DE LA CONSTRUCTION DE LA CATHEDRALE DE TOUL en 1221

     

     

    LE DIOCÈSE DE NANCY ET TOUL PROPOSE DES VISITES SPIRITUELLES DE LA CATHEDRALE DE TOUL

     

    Lire la suite

  • 7ème Dimanche de Pâques

    En ce dimanche entre Ciel et Terre, entre l’Ascension de notre Seigneur et la venue de l’Esprit sur ses disciples en attente du Paraclet sur la terre des vivants, nous voici introduits dans la prière sacerdotale de Jésus, la grande prière d’oblation et d’intercession du Sauveur à l’heure de son sacrifice sur la Croix.

     

    Lire la suite

  • Ascension 2021

    Cette fête est en demi-teinte ! Pouvons-nous nous réjouir ? Cela ne doit pas être si simple puisque l’oraison du jour demande à Dieu de « nous ouvrir à la joie de cette fête » ! Regardons de plus près ses nombreuses dimensions :

     

     

    Lire la suite

  • 6ème dimanche de Pâques

    « Demeurez dans mon amour comme moi je demeure dans l’amour du Père » On pourrait résumer l’enseignement de Jésus ce dimanche par cette phrase. « Demeurer », c’est le verbe johannique qui définit la vie chrétienne… ou plutôt St Jean nous transmet à quel point Jésus aimait ce verbe. Rappelez-vous : tout au début de l’Evangile, André et Jean suivent Jésus et demandent : « Rabbi, où demeures-tu ? » et « ils demeurèrent avec lui ce jour-là ». Il s’agit donc d’abord être auprès de Jésus – comme au temps des apôtres - puis être en Jésus – comme nous en vans la grâce après la Résurrection.

     

     

    Lire la suite

  • 5ème dimanche de Pâques B

    Je suis bien heureux chers frères et sœurs… Notre mirabellier porte beaucoup de fruits… La récolte promet d’être bonne cette année ! Quelle chance malgré les gels tardifs que nous venons d’avoir !  Certes je le soigne avec attention mon mirabellier qui pousse fièrement en plein centre-ville, je le taille régulièrement et y prête une attention toute particulière…. Une fierté !

     

    Lire la suite

  • Le Bon Pasteur

    Le jour de notre baptême en nous faisant l’onction avec le St Chrême le prêtre a dit sur chacun de nous : » Tu es une création nouvelle. Tu es membre du Corps du Christ et tu participes à sa dignité de prêtre, prophète et roi. » Prêtre !

     

    Lire la suite

  • 3ème dimanche de Pâques

    Jésus tente de convaincre ses apôtres de la réalité de sa résurrection :

    - il montre ses plaies : « C’est bien moi »

    - il mange sous leurs yeux un morceau de poisson grillé montrant la réalité corporelle de sa résurrection

     

    Lire la suite

  • Saint Thomas

    Pauvre Thomas ! Les chrétiens ‘ont bien arrangé jusqu’à se servir de lui pour excuser leur paresse spirituelle ou leur peu d’ardeur à croire et à combattre les doutes, pour justifier leur médiocrité.

    Reprenons ce beau et long texte.

     

    Lire la suite

  • JOUR DE PÂQUES

    A l’aurore du grand matin de Pâques, entre la nuit de la mort et le matin d’un monde nouveau d’éternité, nous voici avec Marie-Magdeleine, dans la fraicheur du jour naissant. La fidèle disciple qui vient au tombeau, pleurer son bien-aimé, dans une démarche de tendresse et de piété. Elle vient prolonger son deuil, retarder un peu la séparation inéluctable d’avec Jésus. Elle vient pleurer Celui et en qui elle a mis toute sa confiance.

    Lire la suite