Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours - Page 2

  • Sanctuaire Notre-Dame de Bonsecours


    MOIS DE MAI À NOTRE DAME DE BONSECOURS.jpg

  • Vendredi Saint

            Je voudrais expliquer la liturgie de ce Vendredi Saint que nous sommes en train de vivre.

            Plusieurs choses frappent : l’austérité du rite, l’absence de l’Eucharistie et seulement la communion, le caractère solennel, majestueux et peu doloriste de la célébration. Tout est déjà dans la victoire comme le déclarait la 1ère lecture en son premier verset : « mon serviteur réussira » !

            L’Eglise a réglé les rites en harmonie avec la figure du Christ de la Passion de St Jean lue depuis els origines le vendredi saint : un Christ majestueux qui s’applique le Nom de Dieu au jardin des Oliviers en répondant aux soldats « Je suis »… un Christ majestueux durant sa Passion et décidant du moment de sa mort pour « remettre l’Esprit ».

            Mais le centre du Vendredi Saint est l’adoration de la Croix. La vénération de la Croix à l’heure de la Passion – normalement cet office doit être célébré à 15H – c’est l’eucharistie du jour. Nous vivons l’événement en venant adorer la Croix. C’est pourquoi on parle bien « d’adoration de la Croix » dans la liturgie. C’était déjà comme cela au 4ème siècle quand la pèlerine Egérie était en Terre Sainte et participait aux offices de la Semaine Sainte à Jérusalem.

            Adorer la Croix, expliquons : l’acte liturgique que vous allez faire est une profession de foi dans ce renversement de la Croix où le Maudit qui y est suspendu, devient la source de bénédiction dans sa résurrection pour tous ceux qui se prosternent. Le vendredi saint, c’est déjà la Croix Glorieuse et victorieuse.

            Pourquoi ai-je dit le « Maudit » : c’est dans le Deutéronome[1]. Le texte saint déclare : « Lorsqu’un homme ayant commis une faute passible de mort a été condamné à mort et pendu à un arbre, on ne laissera pas son cadavre sur l’arbre durant la nuit. Tu devras le mettre au tombeau le jour même, car un pendu est une malédiction de Dieu. » Jésus en mourant sur la Croix prend sur lui la malédiction qui pèse sur les hommes. Mais sa résurrection renverse le sens de cette crucifixion et en fait une victoire définitive et une réconciliation pour les hommes.

            Notre adoration exprime cela, c’est une vraie profession de foi.

            Notre rite à sa source dans le rite païen de la vénération et la prosternation des soldats romains devant les effigies du général victorieux : les 1ers chrétiens ont repris cette action en l’appliquant au Christ, en s’inclinant devant la Croix – effigie du Christ victorieux. Et c’est le chant du Trisagion – dans 3 langues, grecque, latine et la nôtre - par lequel on adore le Dieu Trois fois Saint, qui accompagne la vénération.

            La Croix remplace l’action eucharistique dans les rites du dernier repas de Jésus. C’est le sacrifice pascal en direct si j’ose dire et nous communions pour nous y unir.

     

    [1] Dt 21/22-23

  • PÉLERINAGE À TROYES

    TÉLÉCHARGER LE FICHIER D'INSCRIPTION

          Nous nous proposons de découvrir, dans les années à venir, l’histoire religieuse et le patrimoine religieux des différentes composantes de notre nouvelle Région Grand Est. C’est aussi pour découvrir ce qui nous unit. Cette année nous partons en Champagne à Troyes.

          C’est une démarche religieuse et c’est pourquoi nous l’appelons « Pèlerinage » et non pas visite touristique. Nous désirons nous familiariser avec la manière dont on vit de la Foi au Christ dans ces diverses régions aujourd’hui et dans le passé. C’est une action de grâce et une prière pour nos frères chrétiens de Champagne.

          Un fascicule sur Troyes vous sera remis dans le car pour la journée.

    Voici le programme :

    Départ 7H15 précises devant St Pierre. Eh oui ! Première découverte : notre région est grande et il faut 2h 30 pour rallier Troyes (180 kms de routes difficiles)

    Messe à 10H30 à la cathédrale St Pierre de Troyes avec la communauté locale.

    Visite de la cathédrale par le recteur, le Père Dominique Roy.

    12H45 : repas tiré du sac à la Maison diocésaine, dans le jardin ou dans une salle selon le temps !

    14H visite de Troyes (autres églises, communauté juive, patrimoine urbain…- à pied calmement.

    16H30 temps de prière du soir à Ste Madeleine

    17H30 départ pour Nancy. Arrivée à Nancy vers 19H

    TÉLÉCHARGER LE FICHIER D'INSCRIPTION

  • RECOLLECTION PAROISSIALE

    RECOLLECTION PAROISSIALE
    DIMANCHE du 14 MAI 2017


    10H30 à la crypte St Pierre, prière et messe
    Pique nique chez les Sœurs de St Charles

    Fin de la Récollection : 17H

    Télécharger la fiche d'inscription

     

    Pourquoi une récollection paroissiale ?

    Pour nous retrouver, le plus nombreux possible, autour du Seigneur pour lui donner quelques heures de notre temps !
    Pour accueillir la Parole du Seigneur
    Pour chanter ensemble notre foi
    Pour prier en silence.

     

    Le cadre ?

    Tout près de chez nous… A pied rue des Quatre Eglises.
    Dans un magnifique parc, comme en pleine nature…
    A la Maison Mère des Sœurs de St Charles qui nous accueillent avec cordialité.

     

    Qui a préparé cette Récollection ?

    Le conseil paroissial et notre curé.

     

    Quel est le thème ?

    JESUS CHRIST, POURQUOI LUI ?

     

    L’invitation est pour tous, sans limite d’âge.
    On apporte son pique nique, la paroisse offre le dessert.
    Pas d’autres frais.

    Télécharger la fiche d'inscription

  • Les Rameaux

                      Le long récit de la Passion selon St Matthieu est traversé de la lumière de la Résurrection malgré le caractère sombre du récit.          

                      C’est Jésus qui le déclare : « car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. » (Mat 26/31-32) Jésus cite le prophète Zacharie sur la mort du berger et la dispersion du troupeau mais il ajoute une annonce de sa Résurrection et donne rendez-vous aux apôtres en Galilée.

                      Peu avant, lors de l’institution de l’eucharistie, Jésus avait déclaré : «Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés. Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. » (Mat 26/27-29) La coupe est donc à la fois la coupe du Sang de l’Alliance versé sur la Croix mais aussi la coupe de la joie du Royaume inauguré, tant par la mort que par la résurrection du Sauveur.

                      Puis au moment de la mort de Jésus, Matthieu signale des faits et les amplifie en ayant recours à des images bien spécifiques et significatives : «  À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure… Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit. Et voici que le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas ; la terre trembla et les rochers se fendirent. Les tombeaux s’ouvrirent ; les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent, et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la Ville sainte, et se montrèrent à un grand nombre de gens. À la vue du tremblement de terre et de ces événements, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisis d’une grande crainte et dirent : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! » (Mat. 27/45-54) Ces images – terre tremblante, rochers fendus, morts ressuscitant, Jérusalem la Ville Sainte…- sont dans la littérature apocalyptique le signe que le vieux monde craque sous la poussée du monde nouveau, sous la poussée du Royaume. On retrouvera d’ailleurs des signes semblables lors de la venue de l’ange de la Résurrection au chapitre 28. La mort de Jésus et sa résurrection sont l’inauguration du monde nouveau, monde nouveau où nous sommes dans chaque eucharistie, chaque eucharistie où nous buvons le vin « nouveau » avec le Christ…  « Jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. »… C’est un des sens de la communion au calice.

                      Enfin, on reparle de résurrection à la fin, quand les juifs demandent une garde pour que les disciples ne viennent pas enlever le corps : « Le lendemain, après le jour de la Préparation, les grands prêtres et les pharisiens s’assemblèrent chez Pilate, en disant : « Seigneur, nous nous sommes rappelé que cet imposteur a dit, de son vivant : “Trois jours après, je ressusciterai.” Alors, donne l’ordre que le sépulcre soit surveillé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent voler le corps et ne disent au peuple : “Il est ressuscité d’entre les morts.” Cette dernière imposture serait pire que la première. » (Mt 27/62-64)

  • Offrande de carême

    Chers paroissiens, chers amis

     

    Nous vous proposons ce dimanche de prendre une enveloppe et de la rendre dimanche prochain ou encore aux Rameaux avec votre offrande de carême.

    Le Seigneur nous demande durant ce temps préparatoire à Pâques de prier davantage et mieux, de jeûner et de nous abstenir de tout superflu et de partager avec d’autres dans une offrande généreuse et belle.

    Je connais votre générosité qui ne se dément pas.

    Cette année, l’offrande que vous ferez servira :

         - à aider nos frères chrétiens d’Alep à survivre (payer eau, nourriture, et électricité) et à commencer à rebâtir leurs maisons et leurs églises. (pour 2/3)

         - à aider une famille, par une association, pour une opération coûteuse au bénéfice de leur enfant Matthieu.

    Merci de libeller votre chèque au titre de la paroisse St Pierre

         Paroisse St Pierre 503-835 Nancy

    Le conseil paroissial et moi-même, nous vous remercions.

  • Saint Joseph

    la Bible « réservoir de surprises. »

         Quand on fréquente régulièrement la Bible, quand on l’habite sous la douce conduite de l’Esprit Saint, on découvre avec étonnement et émerveillement que le texte saint est le texte de toutes les surprises et que Dieu qui donne la Loi si solennellement, est le premier à ne pas l’appliquer et à mettre ses disciples dans la contradiction ou le tracas « des lois contraires ».

         C’est l’aîné qui reçoit l’élection pour la transmettre… c’est pour cela que c’est Juda qui est choisi et non Ruben l’aîné, c’est Jacob qui porte la promesse à Abraham… il est le cadet, ce n’est pas Absalon qui règne mais … Salomon !

         Vous vous souvenez de l’importance capitale de la circoncision donnée à Abraham pour marquer l’appartenance au peuple élu. Eh bien ! Moïse n’a pas fait circoncire son fils ! C’est Cipporah son épouse – une madianite !!! étrangère, haro sur les mariages avec les étrangères dans le Deutéronome ! – C’est Cipporah qui le circoncit ![1]

         Et le mariage de Marie et de Joseph. Quand le mariage est célébré, les époux retournent chez leurs parents pour un an pour n’habiter ensemble qu’à la fin de ce délai.

         Et voilà Marie… enceinte – les relations conjugales étaient interdites pendant cette année – « avant qu’ils n’aient habité ensemble ». Erreur de calendrier de l’Esprit Saint ? Perplexité des deux époux, perplexité du mari qui « s’embelerlificote » entre les lois à appliquer.

         Dieu aime visiblement jouer avec les lois et les situations paradoxales, contradictoires… C’est ce qui a perdu les chefs d’Israël : ils avaient tellement formulé les lois selon lesquelles Dieu devait intervenir que lorsqu’Il s’est incarné, - ce n’était pas prévu - , ils ont refusé le fait, préférant « des réalités plus fidèles à la loi. »

         Le père Philippe Lefèbvre dans le livre qu’il consacre à Joseph en tire une loi capitale pour comprendre la Bible mais aussi pour comprendre ce qui nous arrive parfois dans notre vie de disciple :

         « Une situation contradictoire, paradoxale, est toujours féconde quand elle arrive chez ceux qui cherchent une vérité plus profonde et plus large ».

    Texte magnifique, près, règle de vie spirituelle.

    Avis magnifiquement illustrée par l’avis donné par l’Ange à Joseph :

    « C’est contradictoire mais prend chez toi ton épouse et prends soin de l’enfant en l’adoptant : tu lui donneras son Nom. »

        D’ailleurs un peu plus tard, il faudra partir rapidement en Egypte… où Dieu a interdit de retourner (Nb 14/2-4, Dt 17/16)… et pourtant il est écrit : « D’Egypte, j’ai rappelé mon fils » ! (Os. 11/1) en Mt 2/15.

     

    [1] Voir le livre de l’Exode