Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours - Page 4

  • RECOLLECTION PAROISSIALE

    RECOLLECTION PAROISSIALE
    DIMANCHE du 14 MAI 2017


    10H30 à la crypte St Pierre, prière et messe
    Pique nique chez les Sœurs de St Charles

    Fin de la Récollection : 17H

    Télécharger la fiche d'inscription

     

    Pourquoi une récollection paroissiale ?

    Pour nous retrouver, le plus nombreux possible, autour du Seigneur pour lui donner quelques heures de notre temps !
    Pour accueillir la Parole du Seigneur
    Pour chanter ensemble notre foi
    Pour prier en silence.

     

    Le cadre ?

    Tout près de chez nous… A pied rue des Quatre Eglises.
    Dans un magnifique parc, comme en pleine nature…
    A la Maison Mère des Sœurs de St Charles qui nous accueillent avec cordialité.

     

    Qui a préparé cette Récollection ?

    Le conseil paroissial et notre curé.

     

    Quel est le thème ?

    JESUS CHRIST, POURQUOI LUI ?

     

    L’invitation est pour tous, sans limite d’âge.
    On apporte son pique nique, la paroisse offre le dessert.
    Pas d’autres frais.

    Télécharger la fiche d'inscription

  • Les Rameaux

                      Le long récit de la Passion selon St Matthieu est traversé de la lumière de la Résurrection malgré le caractère sombre du récit.          

                      C’est Jésus qui le déclare : « car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. » (Mat 26/31-32) Jésus cite le prophète Zacharie sur la mort du berger et la dispersion du troupeau mais il ajoute une annonce de sa Résurrection et donne rendez-vous aux apôtres en Galilée.

                      Peu avant, lors de l’institution de l’eucharistie, Jésus avait déclaré : «Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés. Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. » (Mat 26/27-29) La coupe est donc à la fois la coupe du Sang de l’Alliance versé sur la Croix mais aussi la coupe de la joie du Royaume inauguré, tant par la mort que par la résurrection du Sauveur.

                      Puis au moment de la mort de Jésus, Matthieu signale des faits et les amplifie en ayant recours à des images bien spécifiques et significatives : «  À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure… Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit. Et voici que le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas ; la terre trembla et les rochers se fendirent. Les tombeaux s’ouvrirent ; les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent, et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la Ville sainte, et se montrèrent à un grand nombre de gens. À la vue du tremblement de terre et de ces événements, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisis d’une grande crainte et dirent : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! » (Mat. 27/45-54) Ces images – terre tremblante, rochers fendus, morts ressuscitant, Jérusalem la Ville Sainte…- sont dans la littérature apocalyptique le signe que le vieux monde craque sous la poussée du monde nouveau, sous la poussée du Royaume. On retrouvera d’ailleurs des signes semblables lors de la venue de l’ange de la Résurrection au chapitre 28. La mort de Jésus et sa résurrection sont l’inauguration du monde nouveau, monde nouveau où nous sommes dans chaque eucharistie, chaque eucharistie où nous buvons le vin « nouveau » avec le Christ…  « Jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. »… C’est un des sens de la communion au calice.

                      Enfin, on reparle de résurrection à la fin, quand les juifs demandent une garde pour que les disciples ne viennent pas enlever le corps : « Le lendemain, après le jour de la Préparation, les grands prêtres et les pharisiens s’assemblèrent chez Pilate, en disant : « Seigneur, nous nous sommes rappelé que cet imposteur a dit, de son vivant : “Trois jours après, je ressusciterai.” Alors, donne l’ordre que le sépulcre soit surveillé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent voler le corps et ne disent au peuple : “Il est ressuscité d’entre les morts.” Cette dernière imposture serait pire que la première. » (Mt 27/62-64)

  • Offrande de carême

    Chers paroissiens, chers amis

     

    Nous vous proposons ce dimanche de prendre une enveloppe et de la rendre dimanche prochain ou encore aux Rameaux avec votre offrande de carême.

    Le Seigneur nous demande durant ce temps préparatoire à Pâques de prier davantage et mieux, de jeûner et de nous abstenir de tout superflu et de partager avec d’autres dans une offrande généreuse et belle.

    Je connais votre générosité qui ne se dément pas.

    Cette année, l’offrande que vous ferez servira :

         - à aider nos frères chrétiens d’Alep à survivre (payer eau, nourriture, et électricité) et à commencer à rebâtir leurs maisons et leurs églises. (pour 2/3)

         - à aider une famille, par une association, pour une opération coûteuse au bénéfice de leur enfant Matthieu.

    Merci de libeller votre chèque au titre de la paroisse St Pierre

         Paroisse St Pierre 503-835 Nancy

    Le conseil paroissial et moi-même, nous vous remercions.

  • Saint Joseph

    la Bible « réservoir de surprises. »

         Quand on fréquente régulièrement la Bible, quand on l’habite sous la douce conduite de l’Esprit Saint, on découvre avec étonnement et émerveillement que le texte saint est le texte de toutes les surprises et que Dieu qui donne la Loi si solennellement, est le premier à ne pas l’appliquer et à mettre ses disciples dans la contradiction ou le tracas « des lois contraires ».

         C’est l’aîné qui reçoit l’élection pour la transmettre… c’est pour cela que c’est Juda qui est choisi et non Ruben l’aîné, c’est Jacob qui porte la promesse à Abraham… il est le cadet, ce n’est pas Absalon qui règne mais … Salomon !

         Vous vous souvenez de l’importance capitale de la circoncision donnée à Abraham pour marquer l’appartenance au peuple élu. Eh bien ! Moïse n’a pas fait circoncire son fils ! C’est Cipporah son épouse – une madianite !!! étrangère, haro sur les mariages avec les étrangères dans le Deutéronome ! – C’est Cipporah qui le circoncit ![1]

         Et le mariage de Marie et de Joseph. Quand le mariage est célébré, les époux retournent chez leurs parents pour un an pour n’habiter ensemble qu’à la fin de ce délai.

         Et voilà Marie… enceinte – les relations conjugales étaient interdites pendant cette année – « avant qu’ils n’aient habité ensemble ». Erreur de calendrier de l’Esprit Saint ? Perplexité des deux époux, perplexité du mari qui « s’embelerlificote » entre les lois à appliquer.

         Dieu aime visiblement jouer avec les lois et les situations paradoxales, contradictoires… C’est ce qui a perdu les chefs d’Israël : ils avaient tellement formulé les lois selon lesquelles Dieu devait intervenir que lorsqu’Il s’est incarné, - ce n’était pas prévu - , ils ont refusé le fait, préférant « des réalités plus fidèles à la loi. »

         Le père Philippe Lefèbvre dans le livre qu’il consacre à Joseph en tire une loi capitale pour comprendre la Bible mais aussi pour comprendre ce qui nous arrive parfois dans notre vie de disciple :

         « Une situation contradictoire, paradoxale, est toujours féconde quand elle arrive chez ceux qui cherchent une vérité plus profonde et plus large ».

    Texte magnifique, près, règle de vie spirituelle.

    Avis magnifiquement illustrée par l’avis donné par l’Ange à Joseph :

    « C’est contradictoire mais prend chez toi ton épouse et prends soin de l’enfant en l’adoptant : tu lui donneras son Nom. »

        D’ailleurs un peu plus tard, il faudra partir rapidement en Egypte… où Dieu a interdit de retourner (Nb 14/2-4, Dt 17/16)… et pourtant il est écrit : « D’Egypte, j’ai rappelé mon fils » ! (Os. 11/1) en Mt 2/15.

     

    [1] Voir le livre de l’Exode

  • Fêtes à Notre Dame de Bonsecours

    LUNDI 2O MARS 2017

     

    SOLENNITE DE ST JOSEPH

    époux de Marie.

     

    18H30 Messe solennelle avec vêpres de la fête intégrées.

     

    ***********

     

    SAMEDI 25 MARS 2017

     

    SOLENNITE DE L’ANNONCIATION DE LA VIERGE MARIE

     

    17H adoration du St Sacrement

    Possibilité de se confesser

     

    17H30 vêpres de l’Annonciation

    avec le chœur « La joie du Mélode »

     

    18H messe du 4ème dimanche de Carême

     

  • Quelques mots pour nous lancer dans le carême

    Nous commençons ce soir une longue période d’intense vie chrétienne : 90 jours !

    90 jours composés des 40 jours du Carême, des 40 jours du temps pascal avec le Ressuscité et 10 jours entre Ascension et Pentecôte dans l’attente du don renouvelé de l’Esprit Saint qui vient accomplir toutes choses !!

                Ces 90 jours sont les jours du mystère pascal aussi bien dans sa face de mort au péché que dans celle de Vie Nouvelle, toute orientée et façonnée par Dieu, sous l’inspiration bienfaisante de l’Esprit. Trois mois centraux de notre année chrétienne.

                Ce mystère pascal, c’est notre bien le plus précieux depuis notre baptême qui nous l’a fait vivre réellement sous le mode du sacrement. Depuis ce jour, toute notre vie est pascale. Toute notre vie est accueil du Seigneur Ressuscité Lumineux, Vivant, Splendide et plein d’amour à notre égard. Toute notre vie est façonnée par sa main, toute notre vie est Passage, sans cesse renouvelé, de la mort à la Vie, des ténèbres à la Lumière, de l’amour de nous-mêmes à l’amour de Dieu. Alors pourquoi ce carême ?

                C’est que vous le savez bien, le temps, le tumulte de la vie, l’insouciance et l’indifférence de cœurs qui n’aiment pas assez, … tout cela fait que nous perdons de vue ce Bien précieux entre tous, nous nous y habituons ou ce qui serait pire, nous nous soustrayons à son action en nous.

                Le carême est d’abord le temps du souvenir joyeux de l‘amour pascal que Dieu nous porte. Commençons ce Carême dans l’action de grâce pour notre baptême, « pour avoir été arrachés au mal, aux ténèbres et à la mort, pour être plantés dans le royaume lumineux du Christ. » Le carême, c’est le temps de la gratitude : laissons-la monter du fond de notre cœur vers Dieu, laissons cette gratitude envahir notre âme pour que tout ce que nous entreprendrons comme effort de sainteté soit dans ce climat de joyeuse gratitude pour Dieu qui nous a tant aimés, le premier.

                Le Carême est aussi le temps de l’espérance réaffirmée : nous ne pouvons pas grand-chose pour nous faire être un peu mieux ! Notre médiocrité nous accable parfois au-delà de toute mesure : mais le carême nous fait nous tourner avec une confiance accrue vers le Seigneur Victorieux du mal, toujours, ce Seigneur éblouissant de Vie et d’Amour que nous rencontrerons dans la prière, la communion ou la méditation des Ecritures qui sont les lettres d’affection qu’il nous a adressées depuis si longtemps !

                Dans ce climat de douce gratitude peuvent alors s’exercer les œuvres de conversion du carême. Ce sont celles que Jésus lui-même nous indique : une prière intime avec lui, plus longue et plus donnée de notre part. Un jeûne de ce qui nous encombre (nourriture, objets,) de ce qui nous rend esclaves (passivité devant la télévision, abus du portable et abus d’Internet), un jeûne pour briser nos chaînes secrètes, en un mot un jeûne pour aller avec plus de fraîcheur et de jeunesse enthousiaste à la rencontre du Christ. Enfin, partage, générosité renouvelée, limite imposée à notre égoïsme ou à notre instinct de possession.

                Le résultat, au bout de 40 jours ? Un chrétien renouvelé, rajeuni, heureux de croire, enthousiaste de vivre avec le Christ et de chanter avec lui les louanges du Père. Cette transformation manifestera pleinement que dans le Carême, c’est la force de Pâques qui agit et que le but de ces jours est de devenir davantage vivants de la Vie nouvelle qui jaillit sans cesse du Christ.

                Commencez votre chemin pascal ce soir. Allons ! Tout de suite ne marche, c’est le sens des cendres que vous venez chercher maintenant auprès du Christ.

     

                Bon et saint carême à tous.

     

    Père Jacques Bombardier curé.

  • Notre carême 2017

    1er mars, Mercredi des Cendres 

    9H30 à Bonsecours : célébration de la messe et imposition des cendres
    19H crypte de St Pierre : célébration de la messe et imposition des cendres

    Ce jour d’entrée en carême, 
    l’Eglise demande à tous les disciples, abstinence de viande et jeûne. 

    Nous vous proposons un jeûne communautaire après la célébration des cendres à St Pierre : pain/pommes, Parole de Dieu et prière. (Salle St Vincent de Paul)

     

     

    4 mars pèlerinage avec le secteur dans le cadre de l’année diocésaine suivi les

    7 et 8 mars d’une
    Récollection commune

     

     

    Aux paroisses de la ville de Nancy avec Isabelle Parmentier, laïque consacrée, responsable de la première annonce delà foi dans le diocèse de Poitiers.

    Mardi : APPELES A NE FAIRE QU’UN DANS LA LOUANGE DU CHRIST
    Mercredi : PEUPLE DE RESSUSCITES, CONSACRES DANS L’ESPRIT

    9H00 chez les clarisses suivi de la messe
    ou 15H00/17H00 à St Sébastien
    ou 20H30/22H30 à St Sébastien

     

     

    Samedi et dimanche 18/19 mars

    Récollection paroissiale sur Moïse 

    Samedi 19H30-22H avec pique nique
    Dimanche 9H15 laudes, instruction et participation à la messe paroissiale

     

     

    Mardi 21 mars :

    20H30 salle St Vincent de Paul, étude biblique : lecture de la Passion selon St Matthieu lue cette année aux Rameaux

     

     

    8 avril cathédrale Notre Dame
    9H – 19H   journée du pardon

     

     

    Partage

    Cette année, nous partagerons notre collecte de Carême entre les Chrétiens d’Alep (pour ¾) et la participation – par une association - à l’opération très complexe aux USA, d’un petit enfant Matthieu.