Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre-Bonsecours - Page 3

  • Jésus et les tout petits

    Evangile selon St Matthieu 11/25-30          année A /14ème dimanche

                Ce texte d’aujourd’hui est doublement surprenant : c’est d’abord une des rares fois où nous connaissons le contenu de la prière de Jésus. C’est une action de grâce adressée au Père pour ce qu’il a caché sa révélation aux sages et aux savants et l’a réservée aux « tout petits ». Et c’est le deuxième motif surprenant : c’est une volonté délibérée du Père, c’est « sa bienveillance » qui le fait agir ainsi !

                Qui sont « les sages et les savants » désignés ici ? La fin du texte le suggère : en parant de « joug et de fardeau » Jésus désigne, avec des mots communs à l’époque, les commandements que les docteurs de la Loi ont tirés de la Parole de Dieu, l’ensemble des prescriptions juridiques qui s’imposent à chaque croyant, les 613 commandements à appliquer chaque jour pour être parfait devant Dieu, « quant à l‘application de la loi, devenu irréprochable » comme dit St Paul en parlant des mêmes choses ! Cet ensemble de préceptes forme comme un corset autour de la Loi, comme une barrière entre l’homme et Dieu ; il fait de la relation une affaire de donnant/donnant ; il fait de la relation à Dieu un système qui assigne à Dieu sa place et le montre comme le comptable des actions des hommes. Et bien Dieu se refuse à entrer dans un tel type de rapport ; il se cache à ceux qui savent ce que Dieu veut et comment on lui plaît !

                C’est toujours une tentation de tout sage ou de tout savant de « s’enfermer dans sa position ou dans son système. » Quand médecin Harvey, au 17ème siècle, découvre la circulation sanguine et en parle à l’académie de médecine de Londres, on lui rétorque : ce n’est pas possibles, Hippocrate ne l’a pas dit ! Même le grand Einstein, se montera réticent à admettre les nouvelle physique de Max Planck et sa théorie de la mécanique quantique ! Donc même en science !!

                Car derrière tout système, - scientifique ou religieux ou autre - il y a toujours des enjeux de pouvoir, d’habitude, d’argent, d’intérêt… seuls les tout-petits qui sont « comme Jésus doux et humble de cœur », sont libres pour accueillir librement le Dieu libre !

                Alors Dieu peut se montrer « aux tout petits » : c’est à dire dans le langage de l’Evangile de St Matthieu aux disciples de Jésus, à ceux qui se laissent surprendre par Dieu, qui se savent indignes et se présentent à Dieu tels qu’ils sont… Ils s’appellent Abraham et se mettent en route à l’appel de Dieu, Marie, les apôtres …chaque disciple jusqu’à aujourd’hui.

                Et alors, le Fils, qui connaît le Père, veut leur révéler qui il est vraiment ! Et il le leur fait connaître. Et le fardeau de l’Evangile est léger… Pourquoi ? parce que le Christ « fait entrer les disciples dans le monde de la grâce et les y établit » dit St Paul.[1] Ce fardeau déposé dans le cœur des disciples ne les atteint plus de l’extérieur mais la grâce en fait leur centre intérieur – leur trésor - et l’accomplit en eux et avec eux. C’est l’expérience de la « petite voie » de Ste Thérèse de Lisieux : Dieu me demande cela, je ne peux le faire tant je suis faible, alors le fera en moi.

     

    [1] Romains 5/1-2

  • Pentecôte

                L’oraison de ce dimanche de Pentecôte parle de la fête du jour comme «l’accomplissement de l’œuvre de Dieu. » Qu’est-ce à dire ? Réveillons nos mémoires pour nous souvenir de la grande introduction biblique des 11premiers chapitres de la Bible.

     

                * Tout commence par le récit de la Création de l’univers et de l’homme « à l’image et ressemblance de Dieu »« Et L’esprit de Dieu planait sur les eaux. »

                * L’Alliance que Dieu proposait à l’homme supposait le respect de la limite de la créature, symbolisée par le fruit interdit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. La transgression d e l’homme et son refus de demeurer et grandir à sa place conduit à la mort, à la peur de Dieu quand « le Seigneur vient voir Adam dans le jardin à la brise du soir », la dureté du travail de la terre…         * Puis une propagation avec le meurtre d’Abel par Caïn, et en final, au chapitre 11, à Babel, la construction par les hommes d’une civilisation uniforme pour « se faire un nom face à Dieu ». Dieu force l’humanité à la différence et contre l’uniformité, a la dispersion.

                Enfin, apparaît le verset 1 du chapitre12 : « Dieu dit à Abraham… » C’est le commencement de l’ouvre de Dieu pour poursuivre son dessein éternel et permettre à l’homme de partager sa nature divine.

                La Pâque du Christ accomplit – achève et mène à sa perfection – le dessein du Père… par étape.

                * Devenu homme, Jésus a sanctifié toutes les étapes de la vie de l’homme. Et Jésus est l’homme fidèle à Dieu en tout, comme Adam aurait du être. Il résiste aux tentations et il n’y a pas le mal en lui.

                * Il descend dans la mort pour la vaincre, pour rouvrir le chemin vers le Père et la Vie.

                L’homme a de nouveau accès au Père. Et pendant 40 jours, les apôtres vivent dans la proximité du Christ Ressuscité eux « qui ont mangé et bu avec Lui après sa résurrection » comme dit Pierre.

                * L’Ascension signe l’effacement du Christ qui demeure présent auprès des siens, effacement qui permet à l’Esprit Saint de venir : cet Esprit est « la puissance grâce à laquelle le Seigneur exalté demeure présent au milieu de l‘histoire du monde comme principe d’une histoire nouvelle et d’une monde nouveau. »[1]

                * Alors la Pentecôte arrive : l’Esprit qui planait sur les eaux à la création tombe sur les apôtres pour renouveler la face de la terre et l’homme qui habite sur cette terre :

                           = Rénovation de « la création qui gémit dans les douleurs d’un enfantement du monde nouveau qui dure encore ».

                            = Rénovation de l’homme que décrit si bien le poème liturgique d’aujourd’hui :

      

    Sans ta puissance divine,
 il s’agit de la puissance créatrice et recréatrice de l’Esprit Saint

    il n’est rien en aucun homme,


    rien qui ne soit perverti.

     

    Lave ce qui est sordide,     le fond de vase qui au fon de notre cœur et qui remonte parfois

    
baigne ce qui est aride,
   notre amour si timide, nos paroles si dures….

    guéris ce qui est blessé.    Blessures que nous avons reçu et qui nous bloquent

     

    Assouplis ce qui est raide, nos raideurs morales, nos jugements des autres ou de nous-mêmes

    
réchauffe ce qui est froid,
 si peu de ferveur, un amour si froid

    rends droit ce qui est faussé. Que d’idées fausses en nous qui ne sont pas selon Dieu

     

                On le voit : l’accomplissement du dessein de Dieu, la venue du Royaume ne se fait pas d’un coup de baguette magique ! Mais avec nous, par nous, de cœur à cœur et dans le secret, comme la résurrection elle-même reste dans la groupe des disciples. L’accomplissement de l’ouvre de Dieu commence à Pentecôte dans le secret pour s’achever à la fin des temps dans la Gloire. Amen.

     

    [1] Ratzinger Foi chrétienne hier et aujourd’hui p. 238

  • Pèlerinage à Troyes

    Regarder l'album photo  ou dans la colonne de gauche

     

    Un beau pèlerinage…

     

                Le Jour de l’Ascension, nous avons vécu un très beau pèlerinage paroissial à Troyes, nous étions 58. Il s’agit du premier déplacement pour découvrir les richesses spirituelles et artistiques des nouvelles composantes de notre Grande région, Grand Est. Après Troyes nous irons en Champagne du Nord autour de Reims, puis dans les Ardennes et en Alsace.

                Nous avons gagné Troyes en chantant les laudes et en nous arrêtant à l’abbaye de Montier en Der – autrefois diocèse de Toul – puis nous avons participé à l’eucharistie à la cathédrale autour de Mgr Marc Stenger l’évêque de Troyes et la communauté habituelle de la cathédrale. Nous étions heureux de prier avec les chrétiens du lieu. Le Père Dominique Roy recteur nous a fait une magnifique visite, spirituelle et artistique à la fois, de cette splendide cathédrale, au vaste patrimoine.

                Après un repas sous les arbres de la maison diocésaine, nous avons parcouru la vieille ville – elle la forme d’un bouchon de champagne ! – avec ses magnifiques églises (St Urbain, St Jean du Marché, Ste Madeleine), ses vieilles maisons et ses petites places, le quartier juif et la synagogue du grand maître du Talmud, Rachi… Un long temps de prière à Ste Madeleine nous a permis de méditer sur la fête de l’Ascension – l’ouverture du Royaume aux hommes - avec l’Apocalypse de St Jean.

                Après une visite au cimetière des Innocents transformé en « Jardin blanc » tout fleuri à cette saison et une promenade dans le dédale des vieilles rues du quartier Ste Madeleine, nous reprîmes le bus pour regagner Nancy vers 20H.

    IMG_0090.jpg

    PB110167.jpg

    IMG_0110.jpg

    Regarder l'album photo 

  • Sanctuaire Notre-Dame de Bonsecours


    MOIS DE MAI À NOTRE DAME DE BONSECOURS.jpg

  • Vendredi Saint

            Je voudrais expliquer la liturgie de ce Vendredi Saint que nous sommes en train de vivre.

            Plusieurs choses frappent : l’austérité du rite, l’absence de l’Eucharistie et seulement la communion, le caractère solennel, majestueux et peu doloriste de la célébration. Tout est déjà dans la victoire comme le déclarait la 1ère lecture en son premier verset : « mon serviteur réussira » !

            L’Eglise a réglé les rites en harmonie avec la figure du Christ de la Passion de St Jean lue depuis els origines le vendredi saint : un Christ majestueux qui s’applique le Nom de Dieu au jardin des Oliviers en répondant aux soldats « Je suis »… un Christ majestueux durant sa Passion et décidant du moment de sa mort pour « remettre l’Esprit ».

            Mais le centre du Vendredi Saint est l’adoration de la Croix. La vénération de la Croix à l’heure de la Passion – normalement cet office doit être célébré à 15H – c’est l’eucharistie du jour. Nous vivons l’événement en venant adorer la Croix. C’est pourquoi on parle bien « d’adoration de la Croix » dans la liturgie. C’était déjà comme cela au 4ème siècle quand la pèlerine Egérie était en Terre Sainte et participait aux offices de la Semaine Sainte à Jérusalem.

            Adorer la Croix, expliquons : l’acte liturgique que vous allez faire est une profession de foi dans ce renversement de la Croix où le Maudit qui y est suspendu, devient la source de bénédiction dans sa résurrection pour tous ceux qui se prosternent. Le vendredi saint, c’est déjà la Croix Glorieuse et victorieuse.

            Pourquoi ai-je dit le « Maudit » : c’est dans le Deutéronome[1]. Le texte saint déclare : « Lorsqu’un homme ayant commis une faute passible de mort a été condamné à mort et pendu à un arbre, on ne laissera pas son cadavre sur l’arbre durant la nuit. Tu devras le mettre au tombeau le jour même, car un pendu est une malédiction de Dieu. » Jésus en mourant sur la Croix prend sur lui la malédiction qui pèse sur les hommes. Mais sa résurrection renverse le sens de cette crucifixion et en fait une victoire définitive et une réconciliation pour les hommes.

            Notre adoration exprime cela, c’est une vraie profession de foi.

            Notre rite à sa source dans le rite païen de la vénération et la prosternation des soldats romains devant les effigies du général victorieux : les 1ers chrétiens ont repris cette action en l’appliquant au Christ, en s’inclinant devant la Croix – effigie du Christ victorieux. Et c’est le chant du Trisagion – dans 3 langues, grecque, latine et la nôtre - par lequel on adore le Dieu Trois fois Saint, qui accompagne la vénération.

            La Croix remplace l’action eucharistique dans les rites du dernier repas de Jésus. C’est le sacrifice pascal en direct si j’ose dire et nous communions pour nous y unir.

     

    [1] Dt 21/22-23

  • PÉLERINAGE À TROYES

    TÉLÉCHARGER LE FICHIER D'INSCRIPTION

          Nous nous proposons de découvrir, dans les années à venir, l’histoire religieuse et le patrimoine religieux des différentes composantes de notre nouvelle Région Grand Est. C’est aussi pour découvrir ce qui nous unit. Cette année nous partons en Champagne à Troyes.

          C’est une démarche religieuse et c’est pourquoi nous l’appelons « Pèlerinage » et non pas visite touristique. Nous désirons nous familiariser avec la manière dont on vit de la Foi au Christ dans ces diverses régions aujourd’hui et dans le passé. C’est une action de grâce et une prière pour nos frères chrétiens de Champagne.

          Un fascicule sur Troyes vous sera remis dans le car pour la journée.

    Voici le programme :

    Départ 7H15 précises devant St Pierre. Eh oui ! Première découverte : notre région est grande et il faut 2h 30 pour rallier Troyes (180 kms de routes difficiles)

    Messe à 10H30 à la cathédrale St Pierre de Troyes avec la communauté locale.

    Visite de la cathédrale par le recteur, le Père Dominique Roy.

    12H45 : repas tiré du sac à la Maison diocésaine, dans le jardin ou dans une salle selon le temps !

    14H visite de Troyes (autres églises, communauté juive, patrimoine urbain…- à pied calmement.

    16H30 temps de prière du soir à Ste Madeleine

    17H30 départ pour Nancy. Arrivée à Nancy vers 19H

    TÉLÉCHARGER LE FICHIER D'INSCRIPTION