UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La samaritaine

Billet spirituel
            La samaritaine, 3ème dimanche de carême de l’année A.

samaritaine.jpg

Catacombe, Rome IVème siècle

            Quel merveilleux conteur que Jean ! En l’écoutant, nous sommes assis au puits de Jacob, nous écoutons cet étrange dialogue entre la samaritaine, femme de mœurs légères (venir chercher de l’eau à midi ! cela ne trompe personne !!) et Jésus le pur maître, fatigué et assoiffé.

            Et Jésus va lui parler de l’Esprit Saint et de lui le Messie, la première personne à qui il confiera « je le suis, moi qui te parle » ! Quelle audace ! Il l’a conduit au cœur du mystère à partir de l’humble eau du puits de Jacob.

            L’Eau vive, Eau qui donne la vie, qui donne l’Esprit … comme plus tard  le Pain de Vie donnera le Christ Ressuscité.

            L’Eau vive… insaisissable comme l’Esprit… Comme le « vent »… « Regarde le vent, tu ne sais ni d’où il vient ni où il va ; il en est de même pour tout homme qui vit dans l’Esprit. » … comme le feu. Tous les symboles habituels de l’Esprit Saint sonty insaisissables ! Qui peut tenir l’Esprit, re-tenir l’Esprit ? C’est lui qui nous tient, qui nous envahit, qui circule en nous et irrigue notre être. Et cette Eau Vive donnée par le Christ, elle jaillit en nous, elle devient une eau jaillissante pour la Vie Eternelle, - comme la belle source de Jérusalem, la source du Gihon - pour nous rendre éternels. L’Esprit nous divinise.

            Et le Père désire que les hommes deviennent des adorateurs « en esprit et en vérité »… en Esprit et en Vérité : des hommes qui adorent dans l’Esprit Saint et selon le Christ Messie qui est la Vérité. L’Esprit fait venir en nous le Christ maître de Vérité et nous tourne vers le Père par le Christ. Ainsi l’Eau vive donne la vie éternelle en nous donnant Dieu, en faisant de nous une demeure de Dieu, un Temple – alors le Garizim ou Jérusalem peu importe ! – où l’adoration est enfin parfaite.

            Comme nous l’avons appris du Christ Vérité,

                        Unis par le même Esprit qui conduit notre prière,

                                   Nous osons dire : Notre Père.

Les commentaires sont fermés.