UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homélie de Monseigneur Papin

pour le 150ème ANNIVERSAIRE DU COURONNEMENT DE NOTRE DAME DE BONSECOURS

(10 octobre 2015)

IMG_7807.JPG

Dans la première lettre aux Corinthiens dont nous avons entendu un passage, saint Paul utilise un vocabulaire sportif pour parler de celui qui annonce l’Evangile. De même que les coureurs du stade s’imposent une rude discipline pour se donner toutes les chances de remporter la couronne du vainqueur, de même le missionnaire de l’Evangile doit s’imposer une discipline de vie s’il veut être fidèle à son baptême et remporter non pas une couronne de laurier mais une couronne qui ne se fane pas, autrement dit recevoir en héritage la vie éternelle. Paul s’élève ici contre ceux qui se glorifient eux-mêmes d’annoncer l’Evangile et veulent en tirer honneur dès ici-bas. Ce n’est pas sa vision de l’évangélisateur, lui qui a connu tant de désagréments et affronté tellement de dangers au cours de ses voyages missionnaires. Annoncer l’Evangile fut son seul objectif. Il n’a jamais voulu s’en glorifier lui-même ni en tirer un quelconque avantage. Aussi, de sa prison romaine, il put écrire à son disciple et ami Timothée : « Le moment de mon départ est venu. J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice : le Seigneur, le juste juge, me la remettra en ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour sa Manifestation glorieuse » (2 Tm 4,78). La couronne promise au témoin fidèle, on ne se la donne pas à soi-même. On la reçoit du Seigneur.

Frères et sœurs, chers amis, nous célébrons ce soir le 150ème anniversaire du couronnement de la Vierge Notre Dame de Bonsecours dont l’histoire nous a été rappelée avant la messe. Parler de couronnement de la Vierge Marie peut nous paraître non seulement d’un autre âge, mais aussi tellement éloigné de ce qu’elle fut, femme et mère discrète, accompagnant son fils humblement et dans la foi depuis Bethléem jusqu’au Golgotha. Aussi, pour comprendre avec justesse un tel couronnement, laissons-nous éclairer par un autre couronnement, celui de Jésus, au moment de sa Passion. Couronne d’épines, tressée et posée sur sa tête par les soldats de Pilate en même temps qu’ils le revêtaient d’un manteau rouge et plaçaient dans sa main un roseau en forme de sceptre dérisoire. Que pouvait-il y avoir de royal chez cet homme que l’on moquait et sur lequel on crachait en lui disant : « Salut, roi des Juifs » ? Il faudra la résurrection et le don de l’Esprit Saint pour que la signification de cette mise en scène  paradoxalement royale soit clairement manifestée.

Ce qu’il y a de royal en Jésus couronné d’épines, c’est l’amour, un amour incandescent, un amour porté à l’extrême, qui l’a conduit librement à sa Passion. Amour indéfectible envers son Père auquel il se remet en toute confiance : « Père, en tes mains je remets mon esprit » (Lc 23,46). Amour miséricordieux pour ceux qui le font mourir : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,34). C’est dans l’événement de sa Passion et de sa Croix que Jésus advient véritablement comme Roi comme en témoigne sa parole à l’un des deux larrons : « Aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le Paradis » Saint Jean a su exprimer cela merveilleusement en proclamant dans son évangile que l’élévation de Jésus sur la Croix fut dans le même mouvement son élévation dans la gloire.

Nous comprenons alors, à la lumière du Christ, que le couronnement de Marie ne contredit pas ce qu’elle a été et ce qu’elle demeure à jamais. Marie a été totalement habitée par l’amour de Dieu, mettant toute sa foi en lui comme en témoigne son fiat au jour de l’Annonciation. De même que transparaît sa charité discrète au jour de la Visitation lorsqu’elle partit en hâte auprès de sa vieille cousine Elisabeth pour l’aider dans les dernières semaines de sa grossesse. Ou encore aux noces de Cana lorsqu’elle s’aperçut que le vin venait à manquer et que cela pouvait ternir la fête. Marie pleine de foi, Marie très aimante dans les beaux jours de la vie de son Fils comme dans les jours d’inquiétude et d’épreuves, jusqu’au pied de la Croix où elle se tint debout, Stabat Mater Dolorosa, avant de recevoir sur ses genoux le corps de son Fils. « Un glaive te transpercera l’âme », avait prophétisé le vieux Syméon lors de la Présentation de Jésus au temple. La mémoire de Notre Dame des Douleurs au lendemain de la fête de la Croix Glorieuse célèbre la Compassion de Marie, c’est-à-dire l’écho dans son cœur de la Passion de son Fils. Ayant été pleinement associée à sa Passion, elle l’est pleinement à sa résurrection et à son Royaume. C’est pourquoi l’événement de sa mort fut aussi celui de son Assomption dans sa gloire. Voilà ce que signifie son couronnement. Marie, Reine des cieux !

« La première en chemin, Marie, tu nous entraines », chantons-nous parfois. Celle que Jésus nous a donnée pour mère au pied de la Croix nous montre son Fils et nous entraîne à sa suite. Elle nous invite à écouter sa Parole et à la mettre en pratique afin que, nous aussi, nous vivions fidèlement dans la foi, l’espérance et la charité. Alors, comme à Marie, comme à Paul et comme à la multitude des disciples bienheureux du Christ, la couronne de justice nous est promise et nous sera remise par le Seigneur. Telle est notre espérance.

« Nous te saluons, Marie, couronnée d’étoiles…
Emportée dans la gloire, sainte Reine des cieux,
Tu nous accueilleras un jour auprès de Dieu » 
AMEN.

IMG_7826.JPG

IMG_7815-1.JPG

IMG_7833.JPG

XX.jpg

IMG_7856.JPG

Les commentaires sont fermés.