UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'histoire du salut

 

Après le sermon lors du baptême d’Antoine B., plusieurs m’ont demandé de donner par écrit le contenu de mon homélie… qui n’était pas écrite ! Voici le texte fidèle à ma pensée… peut-être pas à la matérialité des mots de ce jour-là … de ce que j’ai voulu dire à l’homélie.

Version imprimable ici

Antoinebaptême.jpg

Histoire du salut

L’homme jailli des mains de Dieu… est

                A l’image de Dieu, c’est-à-dire, à l’image du Christ qui est l’Image. Capable d’aimer, de se donner, de parler, penser, dominer respectueusement la création qu’il doit achever…
                A la ressemblance : l’homme vit d’une manière qui corresponde à l’image qu’il est.
                Modelé de la terre (il est corps), il a reçu de Dieu son souffle (à la fois souffle de vie et Esprit Saint). Il est habillé de lumière et ne sait pas qu’il est nu.

Cet homme est une créature de Dieu : il doit continuer à progresser, à acquérir une maturité spirituelle pour que tout son être soit divinisé. On peut penser que le Christ prendra, un jour du temps, la nature de la créature humaine pour la mener à sa perfection.
Cet homme comme créature a une limite : il n’est pas Dieu même s’il est appelé à le devenir. Telle est l’ALLIANCE avec Dieu.

 

Le refus de cette Alliance par l’homme a pour conséquences :

                L’Image est enfouie mais jamais perdue.
                La ressemblance est perdue comme l’Esprit Saint
                L’homme se voit « nu », pauvre créature et la lumière l’a quitté
                Les relations avec Dieu sont profondément troublées : l’homme en a peur
                Les relations entre les humains sont bouleversées :

  • L’homme et sa femme se soupçonnent et tombent dans la domination et la convoitise
  • Le frère tue le frère (Caïn et Abel)
  • Le mal se propage  au point qu’il ne reste qu’un juste, Noé
  • La société elle-même est malade : folie de la puissance, domination et tyrannie, refus de la différence, totalitarisme… (Tour de Babel)

 

Dieu poursuit son dessein bienveillant pour l’homme :

Il appelle Abraham (auquel il fait un promesse : réunir un  jour toute l’humanité  dans une unique bénédiction), crée un peuple nouveau au sein duquel il choisit une tribu (Juda) une famille (David) pour préparer une    famille sainte quand sera venu le temps d’envoyer son Fils prendre une nature humaine de la Vierge Marie. Il devient semblable à l’homme en tout, sauf le péché.

                Le Christ, Fils de Dieu UN avec le Père est Fils de l’homme UN avec nous !

                Il nous réconcilie avec Dieu en Lui. Il est le premier homme totalement fidèle à Dieu.
                Il décide de partager notre souffrance et notre mort : la mort atteint sa nature            humaine mais sa divinité tue la mort.

Par le baptême, la confirmation et l’eucharistie, nous sommes en communion réelle, c’est-à-dire spirituelle et physique avec Lui

Nous devenons un frère/une sœur du Christ
                               un fils/une fille du Père
                               un temple du St Esprit.
                               L’image nous est rendue dans sa beauté
                               La ressemblance nous est rendue possible par la grâce et notre combat spirituel
                               Nous sommes devenues une créature nouvelle (vêtement blanc de lumière) et un enfant de lumière (cierge du baptême)

Notre progression vers notre « perfection » se poursuit dans le Christ et peu à peu, notre divinisation s’accomplit dans l’Eglise avant d’être totale dans le Royaume de Dieu.

Les commentaires sont fermés.