UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FÊTE DE SAINT PIERRE ET SAINT PAUL

Billet spirituel 31

            En écho à la Fête de St Pierre et St Paul.

 

iu.jpeg

            Je voudrais commenter deux des qualificatifs donnés à l’Eglise : « je crois en l’Eglise UNE, sainte, CATHOLIQUE et apostolique ».

            On traduit volontiers « catholique » par universel… Mais le mot « universel » est trop abstrait et trop statique pour rendre compte de la dynamique qu’il y a dans le mot « catholique ». L’Eglise est catholique en ce sens qu’elle est faite pour toutes les nations, son accomplissement se réalise dans l’accueil de la Bonne Nouvelle par toutes les nations, cultures, langues…accueil dont la Pentecôte est le commencement.       Jésus, nous venons de l’entendre, fonde son Eglise à Césarée de Philippe, dans le Nord e la Galilée, dans une ville entièrement païenne et très éloignée de Jérusalem. « Vous serez mes témoins à Jérusalem, en Judéen en Samarie et jusqu’aux extrémités du monde. »

            Mais quel contraste ! Tout l’Ancien Testament est centré sur un seul peuple : le peuple d’Israël dont toutes les lois voulues par Dieu (interdiction des mariages entre juifs et païens, règles alimentaires qui empêchent tout repas en commun…) existent pour préserver cette unité, cette immunité du seul peuple de Dieu au milieu des nations pour lesquelles il est témoin de Dieu. Mais avec Jésus, ces barrières protectrices tombent ; elles étaient pour un moment. Et même si Jésus a commencé à ne « s’adresser qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » très vite, il accueille des païens dans son peuple. Et pourtant, il ne s’agit pas d’oublier les sources juives : « Pierre, dira la préface tout à l’heure, s’est adressé d’abord aux circoncis et Paul aux païens…chacun ayant travaillé pour rassembler l’unique peuple de Dieu » qui bien qu’ouvert dynamiquement vers toutes les nations, n’oublie pas ses sources juives : « toutes nos sources sont à Sion » chante le psaume.

            Masi quelle difficulté pour les hommes d’être « catholique », capable de recevoir, d’intégrer, d’aimer le meilleur des cultures humaines sauvées par l’Evangile ! Quelle tentation de repli sur sa culture, sa nation… Pas étonnant que le premier don fait à Pierre à Césarée, c’est la possibilité de pardonner aux hommes !

            Le 20ème siècle a accumulé les morts au nom de la nation exacerbée en nationalisme ! Quand St Pie X ou Benoît XV refusent de bénir les armées en 1914 ou cherchent par tous les moyens d’arrêter la guerre, en France on les prend pour des papes « boches » et en Allemagne, pour des soutiens des Français. Nos frères protestants n’ont pas échappé au repli national quand ils ont rompu avec la papauté et les églises évangéliques se sont trouvées sous ta tutelle d’un état nazi lors de la dernière guerre ! Que dire du repli national des Eglises orthodoxes qui étalent devant nous dans l’émigration, leur difficile union … ou de l’inféodation du patriarcat de Moscou à la politique russe, récemment en Ukraine et surtout en Crimée par exemple !

            Mais pour qu’il y ait une catholicité dynamique et unie, il faut un centre ! C’est ce centre que Jésus fonde aujourd’hui sur Pierre : « tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise ». Un fondement personnel donné à l’unité dans la personne de Pierre qui vient de confesser sa foi. Au nom des Douze apôtres ! Car la catholicité qui a un centre d’unité – Pierre – n’a pas un centre d’unité solitaire ! Cette promesse de la possibilité du pardon  sera remise aussi au collège des Douze apôtres… L’unité de l’Eglise repose sur une personne – Pierre et ses successeurs – mais sur Pierre, une personne unie au Douze apôtres qui sont tous ensemble les gardiens de la catholicité de l’Eglise. Quel admirable équilibre voulu par le Christ dans un gouvernement unique de cette immense communauté qu’est l’Eglise du Christ ! Quel appui extraordinaire dans le 20ème siècle et 21ème, hélas tout aussi tyrannique et persécuteur des Chrétiens, quel appui extraordinaire de ne pas être livré au pouvoir politique de son pays mais d’avoir son centre hors du pays ! Quelle source de liberté ! C’est d’ailleurs pourquoi tous les régimes tyranniques – y compris celui de notre pays à la révolution et en 1905 – ont cherché à créer des églises nationales coupées de Rome !

Les commentaires sont fermés.