UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les noces

Billet spirituel

            En écho avec l’Evangile du 28è dimanche dans le temps A

 agneau mystique.jpg

         La parabole de ce dimanche est magnifique : alors qu’on s’approche de la Passion, Jésus parle de cet événement comme « des noces qu’un roi organise pour son fils ». Cette phrase a des résonnances messianiques et prophétiques que la liturgie nous a rappelées en nous faisant lire dans Isaïe l’annonce du « festin messianique »

           Chaque messe anticipe dans le temps ce festin : « Heureux les invités au festin des noces de l’Agneau » dit l’Apocalypse, à quoi fait allusion le prêtre quand il dit, avant la communion, « heureux les invités au repas du seigneur »… un peu plus plat et moins poétique je le concède… hélas !

         A chaque eucharistie, le Royaume deDieu s’ouvre pour les croyants assemblés et la participation à l’eucharistie les fait participer à la vie du Royaume : communion vivifiante avec Dieu, louange adressée à Dieu avec tous les anges et tous les élus, rencontre avec tous nos défunts qui sont des vivants, réception du Christ et de l’Esprit pour la joie de la vie dans les humbles conditions terrestres. Le temps est comme suspendu et l’Eternité le pénètre.

        Voilà à quoi le Roi – notre Père – invite tous les hommes… et voilà à quoi se dérobent beaucoup d’invités ! Dieu n’exclut personne… ce sont ceux qui ne viennent pas qui s’excluent  eux-mêmes ! Ils nous manquent et nous souffrons de l’absence de nos  enfants, petits-enfants, amis… voisins… L’absence tient de l’incompréhension, de la paresse, de la mode (aujourd’hui, cela ne sa fait plus d’aller à la messe comme il y a 50 ans cela se faisait ! le poids social…) ou tout simplement, du refus de Dieu, le vieux péché de l’homme qui le rend si triste.

           Mais il ne suffit pas de venir… il faut aussi « revêtir la robe nuptiale », la belle robe et l’anneau offerts au prodigue qui rentre à la maison, la robe magnifiquement blanche du Christ transfiguré sur le Tabor, le vêtement resplendissant du Ressuscité… le signe du baptême et de la volonté de s’engager loyalement sur la voie de l’Evangile.

Les commentaires sont fermés.