UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1er de l’Avent A

778754599.jpg            Le Seigneur une fois de plus nous parle de sa venue… ou plutôt selon le mot de St Matthieu « son avènement » qui a donné le mot « Avent » : nous attendons l’avènement du Seigneur, sa venue dans la Gloire.

            Cette attente sûre de la venue Glorieuse du Fils de l’homme repose sur la venue historique, dans la condition humaine, dont nous allons fêter l’anniversaire à Noël. Ainsi les deux avènements sont liés, l’un dans la simplicité et la discrétion à Bethléem, l’autre dan la Gloire à la fin du temps, quand le Seigneur viendra inaugurer son Règne.

            Entre les deux « venues » - la discrète à Noël et la Glorieuse à la fin – il y a la venue secrète, aujourd’hui, dans le cœur des hommes devenus ses disciples… venue pour laquelle nous devons toujours être dans la veille :  « vous ne savez ni le jour ni l’heure où le Fils de l’homme viendra »… viendra te visiter, intimement, viendra dans la Parole entendue et reçue, viendra dans l’eucharistie que je vais recevoir tout à l’heure.

            Mais cette articulation des « trois venues du Maître » crée un style de vie, un art de vie chrétien original, à la fois tendu vers l’avenir qui vient de Dieu, enraciné dans l’histoire où Il est déjà venu et vigilant à toute venue secrète et toujours imprévisible du Maître.

            Les premiers chrétiens étaient tenus dans leur quotidien par l’attente de la venue glorieuse : ils aspiraient à son retour… « Viens Seigneur Jésus ! » selon les derniers mots de l’Apocalypse. Puis… cette venue « tardant », ils se sont perdus dans l’amour du siècle et de la terre ! Déjà au 4ème siècle, si riche des grands Pères de l’Eglise... les évêques pactisent avec le pouvoir politique, même au prix de l’hérésie.

            Que dire des terreurs imaginées de l’an 1000 et des explications angoissées, nées du désir de se représenter les choses éternelles et la venue du Maître… ce que Jésus ne fait jamais et par là, nous invite à une très grande sobriété. ! Puis ce sera les trois temps de Joachim de Flore repris par Hegel au 19ème siècle… et puis tant d’autres imaginations.

            Avec le 18ème siècle arrive la sécularisation de l’espérance : l’homme prévoit l’avenir, rapatrie le désir de bonheur et de plénitude du ciel sur la terre, le bonheur de tous est maintenant non plus aux mains de Dieu mais aux mains de l’homme et surtout, du pouvoir. L’avenir est pensé dans la continuité du présent… alors que la venue du Christ est justement imprévisible et d’une autre nature : il vient du Ciel, de Dieu et non de la terre ! Il n’est pas dans la continuité… alors que les espérances séculières sont toujours dans la continuité… qui peut penser la nouveauté radicale, totale ? L’avenir de l’humanité n’est plus au Ciel mais sur la terre –sécularisé – et en même temps cet avenir de l’humanité est divinisé dans les utopies et les idéologies ! Que de morts dans nos cimetières, morts provoquées par ces utopies, ces rêves, ces idéologies ! La « régénération » par la Terreur française… l’idéologie du Progrès de la science… mais voilà que l’atome merveilleux a fait la bombe, la génétique si précieuse permet l’eugénisme aujourd’hui et tant avortements… Et que du nationalisme exacerbé –hélas encore aujourd’hui ! - du nazisme,… du marxisme sous ses différentes formes, et l’écologie radicale aujourd’hui, l’homme nouveau ou le libéralisme sauvage… enfin des millions de morts et une immense déception, une immense tristesse, peut-être même une révolte aujourd’hui. Après le tout « politique », aujourd’hui le tout « individualiste » ! L’un comme l’autre détruit et fait du mal.

             Il est temps pour nous disciples du Christ de revenir à un sain équilibre :

L’avenir de l’humanité, il est à Dieu et à Dieu seul !

La politique est pour la gestion honnête et juste des affaires publiques et pour rien d’autre ! Surtout pas pour « faire rêver » ou « donner des raisons » de vivre !

Que chacun occupe vraiment sa place, avec souci d’accomplir la volonté du Seigneur, avec ardeur et générosité, « pour le bonheur des autres », sachant que le Seigneur est le Compagnon de route et qu’il peut venir à tout instant. C’est cela la veille. C’est cela qui nous est demandé aujourd’hui par le Maître.

Amen.

Commentaires

  • *Merci ,Père ,de nous aider à remettre à leur juste place les choses de ce monde,par rapport à Dieu.
    Parce qu' "Il Est ",la volonté souveraine et aimante de l' "Au Delà de Tout" , s'accomplit et s'accomplira pour notre salut,quels que soient les espoirs ,orientations,faits et actes terrestres.
    Mais notre tâche de disciples du Christ est d'être collaborateurs ,coopérateurs du Dieu qui sauve.À chacun de nous de le faire en vérité en cherchant ,à notre place, comme vous dites, à discerner sa volonté pour nous ,à travers nous,et à l'accomplir.
    **Vous parlez de la place de la politique.
    En dehors de l'aspect politicien, il y a indéniablement une face noble de la politique:s'occuper des affaires publiques pour le bien de tous, et ce n'est pas rien...
    Je prie avec l'Eglise,pour les gouvernants.J'ai pour ma part ,entre autres,beaucoup d'admiration pour les hommes (ou les femmes )politiques chrétiens ou les chrétiens engagés en politique. Ceux,celles qui écoutent leur conscience profonde, forgée et éduquée par les mystères du Christ et les grandes vérités de foi de l'Eglise, et agissent audacieusement en conséquence.Dommage qu'ils soient si minoritaires et si peu suivis,parfois par des chrétiens.
    ***Enfin,vous parlez d'être peut-être révolté(e). Je l'ai été en écoutant et voyant comment ont été traités ceux qui s'opposent au projet de loi sur le délit d'entrave numérique à l'avortement et qui luttent pour que soient proposées une écoute et une information objectives donc une possible alternative à cet acte.Et je suis contente de la lettre si claire et courageuse ,adressée par Mgr Pontier au nom des évêques de France,au Président de notre pays.

Les commentaires sont fermés.