Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jésus et les tout petits

Evangile selon St Matthieu 11/25-30          année A /14ème dimanche

            Ce texte d’aujourd’hui est doublement surprenant : c’est d’abord une des rares fois où nous connaissons le contenu de la prière de Jésus. C’est une action de grâce adressée au Père pour ce qu’il a caché sa révélation aux sages et aux savants et l’a réservée aux « tout petits ». Et c’est le deuxième motif surprenant : c’est une volonté délibérée du Père, c’est « sa bienveillance » qui le fait agir ainsi !

            Qui sont « les sages et les savants » désignés ici ? La fin du texte le suggère : en parant de « joug et de fardeau » Jésus désigne, avec des mots communs à l’époque, les commandements que les docteurs de la Loi ont tirés de la Parole de Dieu, l’ensemble des prescriptions juridiques qui s’imposent à chaque croyant, les 613 commandements à appliquer chaque jour pour être parfait devant Dieu, « quant à l‘application de la loi, devenu irréprochable » comme dit St Paul en parlant des mêmes choses ! Cet ensemble de préceptes forme comme un corset autour de la Loi, comme une barrière entre l’homme et Dieu ; il fait de la relation une affaire de donnant/donnant ; il fait de la relation à Dieu un système qui assigne à Dieu sa place et le montre comme le comptable des actions des hommes. Et bien Dieu se refuse à entrer dans un tel type de rapport ; il se cache à ceux qui savent ce que Dieu veut et comment on lui plaît !

            C’est toujours une tentation de tout sage ou de tout savant de « s’enfermer dans sa position ou dans son système. » Quand médecin Harvey, au 17ème siècle, découvre la circulation sanguine et en parle à l’académie de médecine de Londres, on lui rétorque : ce n’est pas possibles, Hippocrate ne l’a pas dit ! Même le grand Einstein, se montera réticent à admettre les nouvelle physique de Max Planck et sa théorie de la mécanique quantique ! Donc même en science !!

            Car derrière tout système, - scientifique ou religieux ou autre - il y a toujours des enjeux de pouvoir, d’habitude, d’argent, d’intérêt… seuls les tout-petits qui sont « comme Jésus doux et humble de cœur », sont libres pour accueillir librement le Dieu libre !

            Alors Dieu peut se montrer « aux tout petits » : c’est à dire dans le langage de l’Evangile de St Matthieu aux disciples de Jésus, à ceux qui se laissent surprendre par Dieu, qui se savent indignes et se présentent à Dieu tels qu’ils sont… Ils s’appellent Abraham et se mettent en route à l’appel de Dieu, Marie, les apôtres …chaque disciple jusqu’à aujourd’hui.

            Et alors, le Fils, qui connaît le Père, veut leur révéler qui il est vraiment ! Et il le leur fait connaître. Et le fardeau de l’Evangile est léger… Pourquoi ? parce que le Christ « fait entrer les disciples dans le monde de la grâce et les y établit » dit St Paul.[1] Ce fardeau déposé dans le cœur des disciples ne les atteint plus de l’extérieur mais la grâce en fait leur centre intérieur – leur trésor - et l’accomplit en eux et avec eux. C’est l’expérience de la « petite voie » de Ste Thérèse de Lisieux : Dieu me demande cela, je ne peux le faire tant je suis faible, alors le fera en moi.

 

[1] Romains 5/1-2

Écrire un commentaire

Optionnel