UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le ministère du prêtre à l’école de St Paul (1)

Notre St Père le Pape nous invite très fortement durant cette année 2009-2010 à prier pour tous les prêtres de l’Eglise Catholique par l’intercession du St Curé d’Ars et à redécouvrir la beauté du sacerdoce des prêtres au sein de la communauté chrétienne.

Pour répondre à son appel, plusieurs réalisations sont proposées dans notre paroisse. Un numéro spécial de Familles Chrétiennes consacré aux prêtres vous est remis ce dimanche. Vous y lirez les témoignages intéressants de jeunes prêtres français contemporains.

De plus je vous propose chaque mois une réflexion sur ce sujet.

Je le ferai d’abord en nous mettant à l’écoute de St Paul.

Père J Bombardier

 

predication_saint_paul le sueur.jpg
Prédication de Saint Paul par Le Sueur
Le ministère du prêtre à l’école de St Paul

 

       

Pour St Paul, le salut est une personne : Jésus Christ Mort et Ressuscité, Jésus Ressuscité portant les marques de la Passion.

            Comment est-on sauvé ?    Par communion personnelle au Christ Pascal.

Qui permet cette communion de salut ?

Un homme choisi par Dieu : l’Apôtre et son successeur l’Evêque, l’Ancien collaborateur de l’apôtre et de l’évêque (ancien= presbuteros en grec qui a donné « prêtre » en français).

St Paul est conscient d’avoir reçu la charge du ministère apostolique comme une grâce dont il était totalement indigne. (Eph 3/7-8) D’ailleurs qui est digne d’un tel ministère?  (2 Co 2/16b) Il a reçu cette vocation de Dieu et non des hommes (Ga 1/1). Ce qui ne l’empêche pas d’être très fier et jaloux de son ministère !

Mais l’envoyé de Dieu vit lui-même en sa propre chair le mystère pascal qu’il est chargé d’annoncer et de donner. IL n’est pas extérieur au mystère qu’il annonce. (2 Co 4; Ga 2/20-21)

St Paul se présente comme un homme habité par le mystère du Christ Pascal (Eph3/1-13) « Vous pouvez constater en me lisant quelle intelligence j’ai du mystère du Christ....j’ai reçu cette grâce d’annoncer aux païens l’impénétrable richesse du Christ. »; et il lui arrive de contempler en lui-même l’oeuvre de Dieu sachant que, dans son expérience personnelle, il devient exemplaire pour les autres croyants (1 Tm 1/12-17) « s’il m’a été fait miséricorde, c’est afin qu’en moi, le premier, Christ démontrât toute sa générosité, comme exemple pour ceux qui allaient croire en Lui, en vue d’une vie éternelle. ». En effet, l’apôtre – le prêtre - vit profondément  le mystère pascal, en sa propre chair, de bien des manières:

 

* Les apôtres sont exposés comme le rebut des hommes, méprisés « fous à cause du Christ » (1 Co 4/9-13)

 

* Combats et souffrances de l’apôtre sont sa participation à la Pâque du Seigneur Jésus (2 Co 2/14 et 10/3 à 11  fin) et leur acceptation par l’apôtre en fait une force apostolique pour perfectionner les disciples (2 Co 2/14-16; 4/15 et 13/9). C’est très explicitement dit en Col 1/24...:« je trouve maintenant ma joie dans les souffrances que j’endure pour vous et ce qui manque aux détresses du Christ, je l’achève dans ma chair en faveur de son corps  qui est l’Eglise. »

 

* Sa faiblesse, dans la parole comme dans la vie quotidienne et dans les aventures des routes apostoliques, manifeste la seule force de l’Evangile. (1 Co 2/1-5) (2 Co 4/7-15 et ch. 11). Cette faiblesse apparaît comme une condition nécessaire à la fécondité apostolique : « ma parole et ma prédication n’avaient rien des discours persuasifs de la sagesse mais elles étaient une démonstration faite par la puissance de l’Esprit afin que votre foi ne soit pas fondée sur la sagesse des hommes mais sur la puissance de Dieu. » (1 Co 2/4-5) . C’est le vase d’argile (2 Co 4/7...)

 

* L’inquiétude apostolique elle-même, si fréquente dans les écrits de St Paul, participe de cette passion (2 Co 2/12-13; 1 Thess 3/5-10) et la Consolation est  déjà douceur de la résurrection (2 Co 1/3-6; Ga 4/20)

 

* L’apôtre agit pour plaire à Dieu et non pour plaire aux hommes (Ga 1/10; 1 Thess 2/1-13)

 

* L’apôtre n’a pas le rôle principal qui revient à Dieu mais un rôle d’intendant des mystères de Dieu (1 Co 3 et 4/1-4 )

Les commentaires sont fermés.