UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Christ Roi

En écho avec l’Evangile du dimanche

IconeJacquesValentin2007-012-mail.jpg

Tout le sens de la fête du Christ Roi est explicité dans le lecture de l’épitre, le passage des Colossiens que nous chantons le mercredi aux vêpres.

Dans ce poème, nous assistons, en quelque sorte, au déploiement de la compréhension du Mystère du Christ rencontré par St Paul,  de Damas  en l’an 36 jusqu’en l’an 60 environ.

Tour d’abord, le Christ ressuscité : St Paul est fasciné par cet événement du salut et dans ses premiers textes, il ne parle que de cela. Les mots sont forts : par le Christ pascal, le Père nous a arrachés à la puissance des ténèbres pour nous planter dans le Royaume du Fils.

2ème temps : le Christ Ressuscité est contemplé comme le Fils de Dieu créateur : là éclate sa centralité : tout – le visible comme l’invisible - est créé PAR lui, POUR lui et EN Lui tout subsiste. Il est l’Alpha et l’Oméga de l’histoire comme nous le gravons sur le cierge pascal.

3ème temps : le Christ ressuscité est la Tête du Corps nouveau de l’humanité qu’est l’Eglise, fruit de la résurrection. Il faut joindre alors l’hymne aux Ephésiens et un passage de la 1ère aux corinthiens (ch. 15) pour achever le texte d’aujourd’hui : le Christ comme tête de l’Eglise récapitule tout en lui et ayant tout repris en Lui, il offre l’humanité au Père et se donne lui aussi au Père pour que « Dieu soit tout en tous », définition du Royaume chez St Paul.

Enfin, affirmation magnifique : tout trouve en Christ son « accomplissement total. »… traduction liturgique de l’expression paulinienne complexe « plérôma » : plénitude de plénitude pour chaque être.


Les commentaires sont fermés.