UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Joseph Vaz

1.png         Hier 14 janvier 2015 le Pape François a canonisé le Père Joseph VAZ de l’Oratoire de Goa, fondateur de l’Eglise du Sri Lanka (anciennement Ceylan). Dans la joie de cette canonisation, je vous présente le nouveau saint :

         Né le 21 avril 1651 à Goa en Inde, dans une famille catholique issue de la caste des Brahmanes, Joseph de langue konkani apprend le Portugais et le latin et étudie dans deux grandes institutions de Goa : le collège St Paul des Jésuites et l’Académie St Thomas pendant son séminaire. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Goa à 25 ans. 

         Comme tous ses concitoyens, Joseph suit de très près les événements de Ceylan : les Hollandais ont chassé les Portugais en 1658 et ils exercent une véritable dictature qui oblige les quelques catholiques de l’île à vivre dans la clandestinité. Joseph se porte volontaire pour aider ces chrétiens mais on l’envoie d’abord dans la mission de Kanara dans l’Inde du Sud.

         Il revient à Goa en 1684 et fonde avec quelques prêtres l’Oratoire St Philippe Néri de Goa. Sa communauté lui donne la permission de partir à Ceylan où il entre déguisé en paysan par le port de Jaffna. Il réconforte et développe les communautés chrétiennes qu’il rencontre et exerce son ministère très souvent de nuit. Il lutta de toutes ses forces contre les divisions internes aux Catholiques en raison des castes. Arrêté comme espion portugais, il est mis en prison… et apprend le cingalais. Il impressionne ses gardes par sa sainteté. Il est libéré par le roi de Kandy.2.png

         En 1692, il s’installe alors à Kandy capitale d’un petit royaume indépendant au centre de l’île. C’est le centre de sa mission et il faut de nombreux voyages. Il apprend la langue locale. « Un miracle de la pluie – il obtient par son intercession des chutes de pluie là où des moines bouddhistes avaient échoué – et son dévouement auprès des malades lors d’une épidémie de variole lui attire la bienveillance du roi et la liberté de prêcher… même dans les zones contrôlées par les Hollandais. »

         En 1697 des compagnons de l’Oratoire le rejoignent à Colombo et Joseph Vaz apprend qu’il est nommé par l’évêque de Cochin (au Kerala) vicaire général de Ceylan. À Kandy, il construit une nouvelle église et à la demande du roi, traduit plusieurs livres du portugais dans la langue locale. Dans son œuvre de réconfort souterrain à la communauté persécutée, il fonda plus de 15 églises et 400 chapelles. Sa traduction de l’Evangile dans les deux langues du pays, le tamoul et le cingalais, fut également très précieuse.

         Des renforts de missionnaires en 1705 permettent à Joseph Vaz d’organiser l’Eglise locale, en 8 districts, selon les différentes castes, avant de réunir ces différentes communautés en une seule Eglise. La faveur royale lui est toujours accordée.

3.png

        Joseph Vaz est infatigable. En 1710 alors que sa santé est déjà compromise il fait une longue tournée missionnaire avant de commencer sa retraite spirituelle au cours de laquelle il meurt à 59 ans le 16 janvier 1711.

canonisation à Colombo par le Pape François le 14 janvier 2015.

voir la messe de canonisation sur Ktotv 

 

Les commentaires sont fermés.