UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La joie de Noël

« Elle enfante son fils, le premier né, elle l’emmaillote et l’installe dans une mangeoire, car ce n’était pas une place pour eux dans la salle commune. » (Lc 2/7)

   Voilà le récit de l’événement que nous célébrons ce soir, cet événement qui est centre de l’histoire, à partir duquel nous comptons les années. Une phrase… 3 verbes « enfante, emmaillote, installe »… pas un mot de trop. On ne peut pas plus simple, plus modeste, plus discret. C’est toujours ainsi quand Dieu agit. Jamais dans le paraître, l’éclat inutile, le tumulte…comme pour Elie le prophète… le murmure d’une brise légère et Dieu est là.

     Qu’avons-nous à regarder ? Un petit enfant, un bébé. L’Evangile nous ramène d’abord à une grande joie de l’humanité : mettre un enfant au monde ! L’Evangile de ce soir nous remet devant une des grandes causes de la joie de l’homme : la naissance d’un enfant, la promesse de la vie, la merveille d’un tel avènement. Il nous rappelle à notre joie de parents, de grands parents, de famille… car nous avons tous connu un tel événement.

    Qu’avons-nous à regarder ? Un jeune couple… Joseph, - il a 18 ans – il est simple même s’il est d’une illustre famille, celle du roi David de Bethléem, Marie – elle a 16 ans – sa promise, son épouse. Chez eux aussi tout est simple, discret. Leur amour n’en est pas moins fort, tendre, joyeux… ils n’ont rien à prouver… ils sont heureux, ils portent un secret incroyable en eux mais n’en disent rien. Pas de publicité, par de coup de communication, pas d’effet… pas de sexualité débridée, scandaleuse, pour frapper l’opinion ou faire moderne… pas d’amour de la transgression ni de mépris pour des coutumes… Ils n’ont pas besoin de cela pour exister, leur vie intime et intérieure est si forte qu’il n’ont pas besoin d’autre chose pour remplir leur vie et pour être comblés de joie malgré la fatigue du chemin et de la grossesse pour Marie.

    Qu’avons-nous à regarder ? l’hospitalité qui leur est donnée. Il faut être un occidental pour penser qu’ils sont à l’hôtel ! Ils sont dans leur famille, accueillis avec joie, même s’il faut se serrer un peu ! La joie de la grande famille… après celle de l’intimité… la joie de la famille élargie réunie avec tous les âges ! Autre fait simple de nos vies, la joie de se retrouver, de passer un moment ensemble, d’échanger des nouvelles, des idées, des avis même différents… la joie de se disputer un peu peut-être!

     Chers frères et sœurs, chers amis, il faut nous désencombrer pour nous accorder à la joie de Noël : notre vie s’est compliquée par commerce sûrement, par orgueil sans doute, par plaisir, par besoin de paraître, par individualisme, par l’amour de la possession d’objets – vous savez cette avalanche de cadeaux dont presque la moitié sont revendus ou échangés le lendemain de Noël - … encombrés par une surinformation inutile mais bruyante… Ce soir, l’Evangile nous ramène aux joies simples… d’abord… avant de nous introduire dans l’inouï. Il nous ramène d’abord à la belle création humble… parce que c’est Dieu qui l’a faite et nous la donne sans cesse : c’est Lui, Dieu, qui sans cesse fait naître en nous l’amour, c’est Lui Dieu qui associe les parents à la création de la vie d’un enfant, c’est Lui qui veut nous rassembler en famille… jusqu’à faire de l’humanité entière « la famille de Dieu ». C’est lui qui nous veut simple, humble comme lui. C’est lui qui nous ramène à l’ordinaire…qu’il a vécu lui-même car « après tout, il y a mieux que de faire des choses extraordinaires : c’est d’illuminer l’ordinaire de l’intérieur[1] »… d’en montrer la profondeur divine.

      Marie et Joseph contemplent leur enfant au milieu de la joie familiale de la maison où ils habitent. Ils n’ont besoin de rien d’autre. Dieu leur a découvert déjà ses secrets. Mais nous ?

     L’arrivée des bergers dans l’étable de la maison où est né Jésus apporte un surcroît de lumière. Les bergers disent ce que Dieu leur a fait découvrir alors qu’ils étaient au champ à garder leur troupeau et à contempler le silence du ciel étoîlé. L’enfant qui vient de naître… c’est le Messie tant attendu, le Sauveur. Il est le Messie Seigneur, une grande joie pour tout le peuple. Voilà que cette humble naissance, c’est rien moins que la venue de Dieu sur terre parmi les hommes… pas un petit tour et puis s’en va… non ! une union qui dure pour l’éternité. Il naît aujourd’hui pour être toujours avec nous et pour que nous soyons toujours avec Lui. C’est la Paix sur la terre par la présence de Dieu en tout homme qui l’accepte… puisque Dieu aime tout homme.

    Marie est donc la Mère de Dieu…. Joseph le père adoptif de Dieu devenu homme, … la Famille royale de David après tant de purification, donne son plus beau fruit. La longue attente n’a pas été inutile. Elle fut secrètement féconde !

    Mais alors le mariage, en retour, est saint, beau et grand… l’amour qui vient de Dieu pour embellir celui des époux est là pour les rendre infiniment heureux… et la mise au monde d’un enfant, c’est chaque fois comme l’arrivée de l’enfant de la Promesse ! C’est cette beauté simple de la vie que Dieu a épousée… et parce qu’il l’a épousée, sa beauté est plus belle encore car la grâce ne détruit pas la nature mais l’embellit et la parfait.

    Alors ne sortons pas de cet univers de la simplicité ! … pour sa beauté, sa douceur, sa Paix divine. Revenons à ce cœur, dépouillons-nous de l’inutile, du trop, de ce qui nous encombre… faisons comme Bar Timée l’aveugle, qui, pour courir vers le Christ, jette son manteau qui l’encombrait et crie : fais Seigneur que je voie ! Fais que je voie les merveilles de ma vie où tu resplendis, Seigneur, puisque tu as voulu vivre la même vie que moi. Newman définit ainsi le chrétien : « le Chrétien c’est celui qui a un sens souverain de la Présence de Dieu en lui et autour de lui. » Or Noël nous apprend que Dieu habite les simples et nobles réalités de la vie ordinaire qui sont les nôtres. C’est là qu’il nous attend et qu’il transparaît si nous regardons longtemps notre vie avec l’émerveillement de l’enfance. Amen

 

[1] Fabrice Hadjadj Résurrection mode d’emploi p. 13

Les commentaires sont fermés.