Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12/49-53

            L’Evangile de ce dimanche nous livre quelques confidences de Jésus sur sa mission. Elles sont passionnantes à méditer pour une fois que Jésus nous découvre un peu son cœur et son tempérament. Car s’il a eu une nature humaine comme la nôtre mais sans le péché, il a eu un tempérament comme chacun d’entre nous. Ce n’était pas une humanité abstraite ! Eh bien aujourd’hui Jésus nous dit son caractère passionné et ardent, peut-être même impatient « Je suis venu apporter un feu sur la terre 
et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
 » mais aussi sa tension intérieure pour réaliser cette mission, jusqu’à une certaine angoisse : «  Je dois recevoir un baptême – il parle ainsi de sa mort et de résurrection -
 et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! »  D’ailleurs une confirmation de cette tension un peu impatiente est la fréquence de l’adverbe «  aussitôt » dans l’Evangile de St Marc dès que la mission de Jésus commence ; Jésus paraît comme un homme pressé, attiré et passionné par l’essentiel de sa mission.

            Mais on peut aussi faire une lecture plus théologique de ces confidences.  «  Je suis venu apporter une feu sur la terre » : le Feu est élément qui nous approche de Dieu ! Le Feu du ciel qui est le Saint Esprit donné aux apôtres à la Pentecôte, « sous forme de langues de feu qui se posèrent sur chacun d ‘eux ». Jésus résumerait alors sa mission en déclarant qu’il est venu apporter sur la terre le feu de Dieu, le Feu l’Esprit saint lui-même. Et c’est vrai que l’Eglise a compris que l’Esprit Saint était LE DON par excellence de Jésus : « Donum Dei Altissimi » dit le Veni Créator : « Don du Dieu Très Haut ». Et Jésus déclarait en parlant de la prière : « si vous qui êtes mauvais, donnez de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » Que Dieu pourrait-il nous donner de plus ? Donner l’Esprit pour Dieu, c’est se donner lui-même !! Donner l’Esprit qui nous conduit au Christ, nous unit à Lui par le baptême et la communion qui nous font devenir « une seule Chair avec le Christ » ; ainsi l’Esprit et le Christ nous conduisent au Père qui nous aime dans l’amour qu’il porte au Fils.

            Que nous faudrait-il de plus ?

            Puis Jésus ajoute : « Pensez-vous que je sois venu
 mettre la paix sur la terre ?
Non, je vous le dis, 
mais bien plutôt la division.
Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées :
trois contre deux et deux contre trois ;
ils se diviseront :
le père contre le fils 
et le fils contre le père,
 la mère contre la fille
 et la fille contre la mère,
 la belle-mère contre la belle-fille
et la belle-fille contre la belle-mère. » Comment comprendre cette affirmation si énigmatique ?

            Jésus vit au milieu du peuple juif, le peuple saint duquel on fait partie par naissanceOn naît juif et à l’époque du Christ, par la circoncision à 8 jours, on célèbre son entrée dans l’Alliance divine. Avec le Christ, les choses changent : chacun choisit de suivre le Christ ou non. Et tout le monde, dans la même famille, ne fait pas le même choix. Et le choix de l’un provoque souvent des incompréhensions, des tensions… Nous ne connaissions plus cette « division » liée à l’engagement chrétien : presque tout le monde était chrétien ou de morale et de sensibilité chrétienne. !  Mais aujourd’hui nous voyons notre société renier ses sources judéo-chrétiennes et s’effondrer : mais demeurer chrétien devient comme un « délit » devant la pensée unique qui gouverne partout, à la chambre des députés comme dans les médias et sur les réseaux dits sociaux. ! Nos catéchumènes adultes disent bien les tensions suscitées dans leur famille à l’annonce de leur baptême … sans parler de la situation très délicate de nos frères et sœurs musulmans qui deviennent chrétiens. Il faut bien lier cette « division » annoncée par le Christ au « choix personnel et libre » qu’il attend de tout disciple : c’est la marque suprême de la dignité de l’homme que Dieu souhaite dans ses disciples : des personnes libres et non serviles, de êtres de choix libre et non imposé par la coutume, l’habitude ou la pression sociale.

Commentaires

  • C'est nouveau de voir s'exprimer le empérament de Jésus comme nous le décrit le P. BOMBARDIER :ardent, passionné, impatient...bien concret en somme ccar je voyais son humanité, sa mission d'une manière générale .
    C'est une invitation à fuir l'abstrait et le conventionnel pour être pleinement nous -même mais en Lui, en passant par son mystère pascal , lui qui est le vrai chemin vers la vraie vie.
    Ouverts au don par excellence qui est le feu de son Esprit,nous devenons petit à petit pris dans sa vive flamme d'amour, avec toutes les tensions angoissantes que peut générer une vie de foi qui témoigne et qui dure.

Écrire un commentaire

Optionnel