UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vatican ii

  • Le 50ème anniversaire du Concile Vatican II (4)

    Constitution Lumen Gentium, enseignement du 21 Nov.  2011

    Vatican-II.jpg

    CHAPITRE PREMIER : 
Le Mystère de l’Église        

    7. L’Église, corps mystique du Christ

    La comparaison de l’Eglise avec un corps vient de St Paul. (1 Corinthiens 12)… avec deux aspects : l’Eglise forme un tout organique comme le corps ; l’Eglise est comme corps l’épouse du Christ : il ne fait qu’un avec elle. Cette image a été reprise par le pape Pie XII dans une célèbre encyclique « Mystici corporis »1943 que le concile suit ici. Le Corps du Christ, c’est donc le Corps eucharistique du Christ et aussi le Corps mystique du Christ (l’Eglise) indissolublement.

    La participation à l’Eglise dans le salut : une incorporation au Christ.   Le Fils de Dieu, dans la nature humaine qu’il s’est unie, a racheté l’homme en triomphant de la mort par sa mort et sa résurrection, et il l’a transformé en une créature nouvelle. En communiquant son Esprit à ses frères, qu’il rassemblait de toutes les nations, il les a constitués, mystiquement, comme son corps.

    Dans ce corps la vie du Christ se transmet par les sacrements, baptême et eucharistie surtout. Dans ce corps, la vie du Christ se répand à travers les croyants que les sacrements, d’une manière mystérieuse et réelle, unissent au Christ souffrant et glorifié. Nous devenons ainsi les membres de ce corps, « étant chacun pour sa part membres les uns des autres».

    Diversité de membres et de fonctions dans ce Corps. Dans l’édification du Corps du Christ règne également une diversité de membres et de fonctions. Unique est l’Esprit qui distribue des dons variés pour le bien de l’Église à la mesure de ses richesses et des exigences des services.

    Unité du Corps par l’Esprit.  Le même Esprit qui est par lui-même principe d’unité dans le corps où s’exerce sa vertu et où il réalise la connexion intérieure des membres, produit et stimule entre les fidèles la charité.

    Le Christ Tête et cohésion du Corps. De ce corps le Christ est la tête … et, par sa perfection et son action souveraine, il comble des richesses de sa gloire le corps tout entier. Tous les membres doivent se conformer à lui jusqu’à ce que le Christ soit formé en eux. De lui « le corps tout entier, par les ligaments et jointures, tire nourriture et cohésion pour opérer sa croissance en Dieu ». Dans son corps, l’Église,… nous nous apportons mutuellement, grâce à sa vertu, les services nécessaires au salut.

    L’Esprit est comme l’âme de la jeunesse de l’Eglise  Pour que nous puissions nous renouveler en lui sans cesse, il nous fait part de son Esprit qui, unique et présent, identique à lui-même dans la tête et dans les membres, vivifie le corps entier, l’unifie et le meut, si bien que son action a pu être comparée par les saints Pères à la fonction que remplit dans le corps humain, l’âme, principe de vie.

    L’Eglise, l’épouse aimée du Christ, croît jusqu’à sa plénitude. Le Christ aime l'Église comme son épouse, et il est le modèle de l'homme qui aime sa femme comme son propre corps; l'Église, pour sa part, est soumise à son Chef. "Parce qu'en lui corporellement réside la plénitude de la divinité", il comble de ses dons divins l'Église qui est son corps et son plérôme, afin qu'elle tende et atteigne à toute la plénitude de Dieu.