UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Personne ne va chez le Père sans passer par moi.

Billet spirituel 28

            En écho avec l’Evangile du dimanche Jean 14/1 et ss

christ-pantocrator.jpg

            Nous sommes quelques heures avant l’arrestation de Jésus et sa mise à mort. Les apôtres mesurant bien la gravité de la situation et sont  bouleversés.

            Ils le sont d’autant plus que pour eux, comme pour la majorité des juifs de l’époque, quand on est mort, tout est fini. Le souffle revient à Dieu qui l’avait donné et le corps retourne à la matière – la poussière – d’où il a été tiré. Peut-être, selon la croyance des pharisiens, ressuscitera-t-il avec tous les fidèles à la fin des temps.

            Jésus tente de leur faire saisir que sa mort est autre et qu’elle débouche sur la Vie. Pour cela, il emploie non pas un raisonnement, mais une comparaison : la maison du Père. Il y a beaucoup de places et Jésus part leur préparer la leur. Certes Dieu n’habite pas une maison… mais être attendu à la maison paternelle, y avoir sa place préparée c’est une expérience que nous pouvons faire et qui peut nous éclairer.

            Et puis Jésus va plus loin : « Je pars vous préparer une place »  - comme le fils aîné pour ses frères cadets – « et quand je serai aller vous la préparer, je viendrai vous prendre avec moi et là où je suis vous serez vous aussi ». Le Christ est celui qui nous fera entrer dans la maison… mais plus encore, il nous conduira dans le sein du Père : là où est Jésus, c’est dans le sein du Père. Le Prologue de St Jean nous l’appris : « le Fils unique de Dieu, lui qui est dans le sein du Père, nous l’a fait connaître ». Promesse merveilleuse, extraordinaire ! Bien plus que dans la maison du Père, dans le Père !

            Visiblement, c’est trop pour eux. Thomas affirme « nous ne savons pas où tu vas comment savoir le chemin ».

            Cette remarque de l’apôtre provoque une nouvelle affirmation de Jésus : C’est Lui le Chemin, la vérité et la Vie. Le chemin pour la vérité et la vie ; le chemin de vérité pour la vie… comme aime à le décliner St Augustin.

            Mais la seconde phrase du Christ est encore plus forte : « Personne ne va chez le Père sans passer par moi. » Jésus est donc le Passeur. Aucun homme ne meurt seul : le Christ l’accompagne, se présente à lui, offre le salut… tout homme croyant ou non. Chacun le rencontre dans sa mort, peut l’accueillir et entrer dans le Royaume avec lui. 

Les commentaires sont fermés.