UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

S'offrir à Dieu avec Jérémie, Pierre, Paul...

Billet spirituel 14-15/1

        22ème dimanche dans le temps A

Jérémie.jpg

            L’Eglise dans sa liturgie a rapproché le prophète Jérémie de Jésus prédisant son rejet et sa passion à ses disciples. Jérémie, le prophète célibataire, vit à Jérusalem dans les années 600-586, dans ces décennies qui précèdent la destruction du temple et de la ville sainte et la déportation des hébreux en Babylonie. Après avoir commencé son ministère prophétique sous le doux Josias, Jérémie connaît alors un service de la Parole et du dessein de Dieu absolument terrible : son peuple rejette violemment ses conseils donnés au nom de Dieu. Il s’enfonce dans le refus, dans une politique suicidaire : la nation va dans le mur, on le sait mais on continue par orgueil, illusion, idéologie. Jérémie est frappé, jeté dans une citerne où on le laisse s’enfoncer, on le met en prison on le harcèle pour le faire céder… On comprend qu’un jour il puisse dire à Dieu : « tu m’as séduit et je me suis laissé séduire »…et puis « je ne parlerai plus… mais c’était un feu dévorant en moi ! » Jésus lui aussi va connaître pareille opposition, pareil aveuglement de la part des meilleurs du peuple ! Même orgueil, même sottise, même idéologie, … Comme dit Dieu à Jérémie :  « dans ce peuple, la fidélité est morte. On n’en parle plus ».

                  Jérémie doit découvrir que ce que Dieu attend de lui, c’est qu’il se donne tout entier à sa mission, qu’il se remette tout entier entre les mains de Dieu, qu’il s’offre à Dieu pour réaliser ce que Dieu attend de lui pour son peuple.

                  Pierre dans l’Evangile doit découvrir la même chose : parce qu’il a donné une bonne réponse il se croit arrivé, en phase avec Dieu. Jésus le ramène vite à la réalité : « Passe derrière moi Satan » Pierre doit apprendre à s’offrir à Dieu lui aussi pour accomplir vraiment sa mission : « quand tu étais jeune, tu te mettais ta ceinture et tu allais où tu voulais ; maintenant, un autre te mettra ta ceinture et te conduira où tu ne voudrais pas aller. » Pierre devra apprendre à se donner à Dieu et par amour pour être celui que Dieu attend.

                  C’est pourquoi St Paul aujourd’hui nous « exhorte à nous offrir à Dieu en sacrifice saint, c’est cela l’adoration véritable. » Et cet appel de Paul, nous pouvons le réaliser tout particulièrement dans notre participation sacerdotale à l’eucharistie. Nous exerçons notre sacerdoce baptismal en nous offrant à Dieu avec le Christ que le prêtre en notre nom offre au Père ! Après avoir été faits par l’Esprit Saint, dans la communion, « un seul Corps et un seul Esprit avec le Christ », « par lui, avec lui et en lui » nous nous offrons au Père », nous nous donnons à lui. Au lieu de nous garder pour nous, nous nous donnons. « Celui qui garde sa vie, dit Jésus dans l’Evangile aujourd’hui, la perdra, celui qui la perdra en mon nom, la gardera ». Le péché c’est de nous garder pour nous même au lieu de vivre pour Dieu. Et le service du prochain révèle si nous nous donnons ! Il faut laisser Dieu nous arracher à nous-mêmes. D’où la magnifique prière de St Ignace : « Prends Seigneur et reçois toute la liberté, ma mémoire, mo intelligence,  tout ce que j’ai. C’est toi qui le es a donnés je et les rends. Fais en ce que tu veux. » J’aime surtout qu’Ignace sachant combien cela nous est difficile le de nous donner, commence par dire à Dieu ; « prends »…puisque je ne peux pas, ne sais pas me donner. Amen

Les commentaires sont fermés.