UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour le jour de l’anniversaire de la consécration de l’église St Pierre

Billet spirituel

Doura_Europos.jpg

Plan de la maison de Doura Europos
On remarquera l'entrée de la maison en bas à gauche et la cour d'entrée. En haut à droite le baptistère et à gauche la grande salle pour l'eucharistie (avec la sacristie derrière l'autel) ainsi que la bibliothèque entre le baptistère et la grande salle.

            Il y a 129 ans cette année que le nonce apostolique consacrait notre église St Pierre en 1885. Je voudrais méditer sur ce fait que l’Eglise, c’est le peuple de Dieu et que le bâtiment s’appelle « église » en raison du peuple qui s’y rassemble.

            Au commencement – de l’histoire et d’aujourd’hui – : le peuple de Dieu, la communauté locale, l’EGLISE DE DIEU comme dit St Paul dans ses épitres. Quelle soit nombreuse ou petite, la communauté locale est l’Eglise de Dieu.

            Dans les premières années de l’évangélisation, comme à Thessalonique par exemple dont nous lisons la première épitre en ce moment, la communauté est peu nombreuses : 15, 20 personnes, 30 peut-être. Elle se réunit le dimanche – c’est le plus vieux rite chrétien – dans la maison de l’un ou de l’autre, pourvu qu’elle soit un peu grande pour accueillir tout le monde. Le livre des Actes des Apôtres nous apprend qu’à Troas la communauté se rassemblait dans l’appartement d’un chrétien au 3ème étage d’une insula romaine.

            Au cours du 2ème siècle, dans la seconde partie, on commença à aménager des maisons existantes pour qu’elles soient plus commodes pour les assemblées. On construisit ensuite des « maisons églises » dont l’extérieur ne différait en rien d’une maison ordinaire – le christianisme est encore clandestin jusqu’à l’édit de Constantin en 313- mais dont l’intérieur était adapté aux célébrations : une entrée, un baptistère et une grande salle pour l’eucharistie ainsi qu’une bibliothèque comme dans les synagogues. L’archéologie nous a fait découvrir une telle maison, couverte de fresques illustrant le baptême et l’eucharistie, à Douta Europos en Syrie et une autre à Citra à Constantine en  Algérie.

            Avec l’édit de Constantin, le culte put devenir public. Constantin choisit le genre « basilique » pour les grandes constructions qu’il offrit à l’Eglise : A Rome, sur la tombe de St Pierre et St Paul, en Terre Sainte, sur le tombeau et devant le Golgotha ainsi qu’à Bethléem. Les chrétiens peu nombreux ( peut-être 10% de la population de l’Empire) et plutôt pauvres n’auraient jamais pu bâtir de telles splendeurs. Et l’Eglise entérina le choix impérial : la basilique – édifice romain public et civil – devint moyennant quelques changements le modèle du bâtiment où les chrétiens prirent l’habitude de se retrouver : un édifice rectangulaire – de tailles diverses - avec sur un petit côté, une abside tournée vers l’Est. Parfois la salle rectangulaire a trois nefs, séparées par des piliers. C’est le modèle qui s’est perpétué dans les styles romains, romans, gothiques et baroques.

            Mais la même théologie portait la construction : l’Eglise, c’était le peuple de Dieu qui se rassemblait dans la basilique qu’on appela peut à peu l’église. C’est la sainteté du peuple qui communique sa sainteté à l’édifice, c’est Dieu qui habite ce peuple qui communique sa sainteté à l’édifice : le bâtiment est le lieu où habite le peuple de Dieu et Dieu lui-même dans le St Sacrement.

Les commentaires sont fermés.