UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nul n'est prophète en son pays

synagogue-nazareth.jpg

Billet spirituel

                                    A propos de Marc 6/1-6

 

                  « Il vint dans sa patrie ». Voici donc Jésus à Nazareth pour quelques jours au milieu de sa famille et de son village. Le Sabbat, il est à la synagogue. La synagogue ? Une école pour étudier entre hommes la Parole de Dieu chaque jour au coucher du soleil ; étude commune pour échanger sur la Parole du seigneur avec les maîtres du passé et les hommes du village. «  Là où il y a quatre fils d’Israël, dit le proverbe, il y a cinq avis ! »Mieux connaître la Parole pour mieux la mettre en pratique. Une école de prière aussi, surtout le sabbat où se déroulent les trois offices. Une école… en lorrain, la synagogue se dit la « schoule » comme à Lunéville…La schoule… die schule en allemand, l’école. La communauté d’une synagogue n’est pas très nombreuse, tout le monde se connaît. Jésus revient chez lui : normalement, on lui donne la parole pour le commentaire des textes du jour… ce que tout homme sait faire depuis sa Bar Mitswa.

                  « Ils étaient choqués à son sujet. » : ils l’ont bien connu pendant trente ans, ils savant qu’i n’a pas étudié dans les écoles des grands rabbins de Jérusalem. Comme tout homme il a étudié à l’école de la synagogue[1], il sait lire, écrire, commenter l’Ecriture… Mais comme dit Marc un peu plus loin, Jésus parle « avec autorité ». Quand un israélite explique l’Ecriture, il se réfère à des autorités – tel ou tel rabbi célèbre, tel maître connu des contemporains -, il cite d’autres frères. Jésus lui, parle de lui-même : « Vous avez appris … mais moi, je vous dis :… » Ils admirent et en même tems doutent, sont choqués… « Il est l’artisan »… et non pas seulement le charpentier. Dans les évangiles, il y a plus de comparaisons avec la construction de maison qu’avec le charpente[2]. « Il est LE fils de Marie », Joseph est déjà mort… « UN frère de Jacques, José, Simon et Jude ». La Sœur Jeanne d’Arc commente : « Dans ce milieu d’ancienne polygamie qui donne plus d’importance au clan et à la tribu qu’à la famille étroite, le mot frère a un sens très large de cousins ou parents. D’ailleurs il n’existe pas de mot ni hébreu ni araméen pour dire « cousin ». Et Jacques et José ont une autre mère que la Vierge Marie puisqu’elle est nommée à la croix « Marie, mère de Jacques et de José » (Mt 27/56, MC 15/40) pour la différencier de Marie mère de Jésus et de Marie Madeleine. Ce qui est intéressant, c’est de noter que dans les Douze apôtres il est possible qu’il y ait des « cousins de Jésus » : Jacques dit le petit (le mineur), Simon et Jude… qui est sans doute le même que Thaddée de Marc 3/18. On lui donne son surnom pour ne pas le confondre avec l’autre Judas…

                  « Il est pour eux une occasion de chute ». Et Jésus confirme en avouant son échec : « un prophète n’est méprisé que dans son patrie, parmi ses proches et dans sa maison. ». La faiblesse du Christ qui n’impose rien mais propose et accepte donc le refus de l’homme. Il ne vient pas en puissance. Leur absence de confiance et de foi interdit tout miracle car la miracle n’est pas pour conduire à la foi mais pour répondre à la confiance totale exprimée par l »’homme dans sa foi en Jésus.

                  St Paul dans l’épitre du jour explicite ce fait capitale : « Ma puissance se déploie dans ta faiblesse » répond Dieu à Paul qui se plaint de sa faiblesse. D’où sa conviction : « Je me glorifierai de mes faiblesses pour la puissance du Christ établisse en moi sa demeure. » Le chrétien témoin n’a pas de puissance ; il est comme il est, fort et faible, avec des blessures et des défauts et des péchés… Mais habite en lui le Christ. Et c’est dans cette présence, que nous témoignons. Dieu habite ce disciple mais ne lui enlève pas ses défauts, ses blessures… il les lui laisse mais travaille, dans cette faiblesse, pour se faire connaître. Nous voulons aller à Dieu avec nos vertus et c’est avec nos faiblesses qu’il faut y aller pour que Dieu déploie en notre faiblesse sa puissance à Lui.



[1] A l’époque de Jésus, 8 hommes sur 10 savent lire et écrire en Israël et 6/7 femmes sur 10.

[2] Une seule mention : « pour quoi t’occuper du copeau qui est l’œil de ton frère sans voir la poutre qui est dans le tien. »

Les commentaires sont fermés.