UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le dessein de Dieu

Billet spirituel

            A partir du cantique qui ouvre l'épitre aux Ephésiens.

IMG_2510.jpg

            Quel texte extraordinaire ! Entre la rencontre de st Paul avec le Christ sur le chemin de Damas en 34-35 – rencontre ô combien violente et brutale – et la rédaction de cette épître au cours de la captivité à Césarée vers 60, il s’est passé presque 30 ans de méditation de  St Paul pour « digérer » ce qu’il a reçu de Dieu.

            Ce poème commence « avant la fondation du monde » et s’achève à la « récapitulation de tout dans le Christ, à la fin des temps et à l’accomplissement du Royaume » ! « Chacun de nous a été choisi avant la création »… et « a été prédestiné à devenir un fils, une fille adoptif/ve de Dieu dans le Christ ». Quelle centralité du Christ ! « Par Lui » « en Lui » ponctuent le texte avec force. Mais aussi quel sens de la création : Dieu crée les hommes pour faire d’eux ses enfants dans le Christ, récapitulant, incorporant, tout en lui dans le Royaume qui est la création accomplie. L’épitre aux Colossiens qui est de la même période précise : « tout a été créé par Lui et vers Lui et tout subsiste en Lui. » Nous avons dans le cœur, en lisant ce texte de Paul,  toutes les paraboles du Royaume que Jésus a enseignées qui nous montraient les petits débuts du Royaume mais aussi la splendeur de son accomplissement final : « l’arbre où tous les oiseaux viennent faire leur nid ! »

            Ce dessein divin, Dieu l’avait donné à l’homme dès le premier jour de la Création : c’est la lumière du premier jour. (Gn1/2) Mais l’homme n’a pu la recevoir puisqu’il a rompu avec Dieu. Aussi Jésus en donnant les paraboles – lumière cachée sur le dessein de Dieu – affirme qu’ « il révèle des choses cachées depuis les origines. » (Mt 13/35)

            Ce dessein se réalise dans l’histoire.

            Il doit s’affronter aux ténèbres, au péché et au refus des hommes : secrètement … «  Le Verbe était la Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde. La lumière est venue dans le monde (avant l’incarnation dans le texte de St Jean) et brille dans les  ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie. ». Le Christ rencontre l’opposition humaine et se trouve rejeté mis à mort. Et ce rejet devient pardon des hommes.

            Histoire aussi parce que les juifs ont été les premiers à attendre le Christ : c’est le « nous » des versets  11-12. Puis les païens ont été associés à la même promesse comme dit l’épitre aux Romains : ce sont les versets 13-14 de notre cantique.

            Concluons en retenant deux aspects pour notre vie chrétienne :

            1 – apprendre à penser et à situer tous les actes de notre vie dans ce dessein divin, loin de nos « politiques » mondaines, de nos logiques humaines, de nos intérêts. Tout voir et tout penser pour tout agir dans cette perspective qui donne sens et fécondité à notre vie.

            2 – Un refrain revient sans cette dans ce cantique : « à la louange de sa Gloire ». Franchement quand on nous voit vivre, est-ce si sûr que nous vivons « à la louange de la Gloire de Dieu » ?

Les commentaires sont fermés.