UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une seule humanité unie en Dieu

Billet spirituel

                                    En écho à Ephésiens 2/13 et ss

pape.jpg

                  Dans ces versets, Paul explicite le dessein de Dieu de créer une humanité nouvelle et UNE dont l’Eglise sur cette terre, est l’annonce et le commencement de réalisation.

                  Paul part de la division qui existe entre les juifs et les païens, division à la fois sociologique (6 millions de juifs dans la vaste Empire) et religieuse.

                  Qui est « Le juif » dont parle Paul dans le texte d’aujourd’hui ? C’est le fils d’Adam pécheur repris par Dieu en Abraham. Avec Abraham, l’homme qui donne foi à Dieu et accomplit ce que Dieu lui demande, Dieu fonde un nouveau peuple qu’il va façonner pour accomplir son dessein : réunir toute l’humanité en un seul peuple de Dieu. Par la foi, le don des Dix Paroles de vie sur le Sinaï, la formation des prophètes, peu à peu, avec beaucoup de difficultés mais aussi de réussite, Dieu forge un  peuple nouveau, témoin au milieu de tous, de la fidélité à Dieu et de la bonté de Dieu. C’est dans ce peuple que naîtra le Messie réalisateur de l’unité de l’humanité en Dieu. 

                  Qui est « le païen » ? C’est le fils d’Adam pécheur non repris, laissé à lui-même… superstitieux, idolâtre, idolâtre de la nature  de moralité douteuse, ne sachant pas vraiment ce qui est bien et ce qui est mal… C’est aussi le « persécuteur d’Israël », le « païen » c’est l’Assyrie, la Babylonie, les Perses, les Grecs, les Romains… tous ceux qui ont dominé Israël depuis 6 siècles !

                  Pour préserver l’identité de ce petit peuple nouveau perdu au milieu des autres, Dieu lui a donné des règles de protection (les prescriptions de la loi mosaïque comme dit Paul) : pas de mariage mixte païen/juif ; pas de table commune  on plus.

                  Les relations entre ces deux types d’homme sont difficiles… Paul parle d’ « un mur de haine »… les païens méprisants les Juifs… et les juifs le leur rendant bien !

                  Le Christ change tout. Il s’est d’abord consacré uniquement avec ses apôtres, « aux brebis perdues de la maison d’Israël »… avant de commencer à s’adresser aux païens. Les apôtres, après la résurrection feront de même ! Paul lui-même commence toujours dans une ville à s’adresser aux juifs. Puis avec le petit noyau qui a cru il fonde une communauté chrétienne avec les païens qui arrivent à la foi. Alors on comprend pourquoi Jésus a supprimé toutes les règles alimentaires qui séparaient les deux peuples : « Maintenant en Christ, il n’y a plus ni juif, ni grec, ni esclave ni homme libre ni homme ni femme mais vous êtes tous frères ne Jésus Christ. ». Du Juif comme du Païen, Jésus fait un seul HOMME NOUVEAU. Et du juif et du païen, il fait UN SEUL CORPS, l’EGLISE. « Il a abattu le mur de la haine, en sa croix, il a tué la haine ». Ce que Paul contemple c’est cette merveilleuse possibilité dans le Christ de recréer UNE SEULE HUMANITÉ UNIE EN DIEU,  et dès maintenant ! Les chrétiens vont donner, dans l’Empire, ce témoignage de charité entre hommes si différents par la culture mais unis dans la foi, par une égalité absolue.

Les commentaires sont fermés.