Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sermon de Noël 2018, messe de la Nuit.

062d0a8ed0adf0b8176fb411cbab7b2c.jpg            Nous venons d’entendre une nouvelle fois le merveilleux récitde la naissance de Jésus selon l’évangéliste St Luc : « Marie mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car ce n’était pas une place pour eux dans la salle commune. » (2/7)

            Une réalité inouïe que les anges annoncent aux bergers.

            Une réalité impensée, Un Dieu qui se fait homme ! Qui aurait osé penser cela ? Le prophète Isaïe nous avait prévenus. Ecoutons : « Maintenant, je te fais entendre des choses nouvelles, secrètes, inconnues de toi…
Eh bien non, tu n’avais rien entendu de pareil, non, tu ne savais rien de pareil, non. » 48/7-8 et St Paul lui-même écrit dans la première épître aux Corinthiens faisant écho à Iaïe : « nous parlons du Christ et de la sagesse du mystère de Dieu… et ce que nous proclamons, nous, c’est, comme dit l’Écriture : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé. »(1 Co. 2/7-9)

            Qui aurait pensé ce que nous vivons ce soir, à Noël, parmi les hommes même religieux, pieux de toutes les religions, surtout religieux…

            Le Dieu l’Eternel entre dans le temps des créatures

            Le Dieu Invisible se fait voir et toucher dans un enfant

            Le Dieu Infini se montre dans ce petit bébé emmaillotté !

            Le Dieu Grand  s’humilie en devenant ce bébé par amour pour les hommes

            Le Dieu Père qui donne son Fils et son Esprit Saint pour que les hommes qui le veulent puissent devenir ses enfants bien aimés, Dieu par participation.Nous venons de le chanter : « Par un échange admirable, le Verbe a pris chair de Marie et Il nous fait participer de sa divinité par la puissance de l’Esprit »

 

Tout cela pourrait paraître une belle histoire de Noël, un de ces contesqu’on aime à raconter dans ce temps béni… Mais qui ne sont QUE des contes ! … avec leur magie enfantine certes… mais qui n’ont rien de réel. Ils sont bons pour un soir.

            Je ne vous raconte pas un conte ce soir !

            Ce bébé qui vient de naître va grandir comme un enfant juif dans son village de  Nazareth, caché de tous, apparemment banal, simple, effacé.

            Il deviendra un adulte mûr, paisible et ferme à la fois, clair et net dans ses propos, maître de sagesse qui prendra la parole et montrera les conditions nécessaires pour une vraie fraternité humaine : il parlera du Père commun– son Père – et parlant du Dieu Père, il pourra être le frère de tous, soulageant toute douleur et toute misère avec compassion. Il osera rappeler la dignité de la vie humaine et du cœur humain et montrer les exigences d’une telle vocation humaine.

            Non ce n’est pas un conte que je vous raconte ce soir !

Car cet homme si fraternel, si humble et doux, ses contemporains le rejetteront, surtout le chefs et les responsables religieux. On l’exclura du peuple, on le rejettera, on le mettra à mort avec acharnement. Rappeler aux hommes les exigences de la foi et de la fidélité du CŒURà Dieu, les exigences d’une vie fraternelle RÉELLE, lui vaudra le mépris, la souffrance et la mort.

Et pourtant tout le monde goûte la fraternité, la justice, le respect mutuel, du moins tout le monde en parle avec des sanglots dans la voix ! Et Dieu sait si on nous en parle de la fraternité ! dans les journaux et les discours !!

            Mais en réalité… en réalité, chez nous,  l’attrait du pouvoir, de l’argent, de la possession sous toutes ses formes, l’envie… habitent leur cœur des hommes et le tuent peu à peu.  Enfoui dans l’envie, le cœur humain meurt, l’argent tue le cœur des pauvres qui envient les riches et l’argent sclérose jusqu’à la mort, le cœur des riches qui ont tout.

            Tant que la fraternité est un conte, une belle histoire qui émeut, un thème de discours, une évocation qui dorlote un soir de Noël, au coin du feu ou après une bonne bouteille, cela plaît. Cela berce.

Mais quand il s’agit de la vivre !... il n’y a plus personne. Il n’y a plus que les intérêts personnels ou particuliers à des groupes.

            Noël qui nous dit cette extraordinaire Bonne Nouvelle de notre filiation divine et de notre fraternité humaine nous dit AUSSI notre cœur blessé de tout homme.Avoir tué Jésus le Juste, le Bon, le Vrai – « je suis le chemin la vérité et la vie » avait-il dit – avoir tué Jésus a révélé l’ampleur de la blessure du cœur de tout homme. Le rejet du Père commun qui se donnait dans le Fils et nous faisait frères, nous a laissés individus sans amour fraternel et dans la tristesse de n’avoir pas assez ou trop !... peut-être beaucoup trop.

            Noël n’est pas un conte.

            Noël nous revoie à notre véritable histoire, à notre ÂME, au meilleur de nous-mêmes, à notre dignité humaine, tout cela souvent enfoui, englouti dans la consommation et la fausse idée que des choses peuvent nous combleret que si nous nous sentons  insatisfaits, c’est que nous avons pas assez de choses à notre portée ! NOËL NOUS RAPPELLE QUE L’HOMME N’EST PAS FAIT POUR LES CHOSES MAIS POUR DIEU ET POUR LE CŒUR DES AUTRES.

Et Dieu a tout risqué pour NOUS le dire, nous le redire et nous aider à en sortir, nous les adultes.

Et Dieu a tout risqué pour redire cela aux ENFANTS qui croulerontce soir sous les cadeaux dont beaucoup sont inutiles, fruits de la vanité et seront délaissés ou revendus demain.

Frères et sœurs, cessons de nous enfouir dans le périssable, levons la tête ! Nous valons bien plus que d’être des consommateurs pour faire marcher le business.

C’est le cadeau de Noël de nous le redire chaque année… et il faut être Dieu pour avoir une telle patience avec nous. Saurons-nous saisir notre chance cette année ? Amen 

Écrire un commentaire

Optionnel