UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Que devenons-nous dans notre mort ?

Billet spirituel…     En écho à l’Evangile de la Toussaint

chrysantheme.jpg

L’homme est UN, âme-corps. On ne doit pas dire dans la Bible « j’ai un corps » mais « je suis mon corps ». C’est mon âme personnelle – insufflée par Dieu – qui fait de la matière mon Corps personnel.
Quand l’homme meurt tout est fini : comme dit le livre de la Sagesse, « quand l’homme meurt, le corps retourne à la terre d’où il a été tiré et l’âme – le souffle divin dans l’homme – retourne à Dieu qui l’a donnée. » 

Pendant des siècles – d’Abraham à Job – aucun discours sur l’au-delà dans la Bible… sinon le shéol où on finit de mourir.
Avec Job et Quohélet, une crise : Dieu na peut-être pas tout dit sur l’homme…
Le livre de la Sagesse- 50 ans avant Jésus – déclare pour la 1èrefois explicitement : « Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable. Il l’a fait à son image », il y a une part divine éternelle en l’homme.

Quand Marie Madeleine va au tombeau le matin de Pâques et qu’elle trouve le tombeau ouvert et vide,elle ne dit pas : le Christ est ressuscité. Elle crie : on a enlevé la corps de mon seigneur ! Comme les apôtres, elle n’attend rien. C’est fini.
Il faudra aux apôtres du temps pour se faire à cette évidence si intense, si forte, si bouleversante : celui qu’on a mais au tombeau le vendredi soir est vivant le matin de Pâques, on a pu le toucher, l’embrasser, le voir manger avec nous. C’est le cœur de la foi chrétienne : le Christ est ressuscité.

Oui mais pour nous ? Il faudra 14 siècles pour que soit définitivement explicité notre avenir : quand nous mourons, notre âme personnelle se sépare de notre corps qui devient « une dépouille mortelle »c’est-à-dire de la matière qui retourne à la terre.
Tout notre être personnel se réfugie dans notre âme qui est la gardienne temporaire de tout notre être historique, de tout ce que nous avons été. C’est cette âme qui est bien nous-même qui jouit de la béatitude éternelle, de la communion avec Dieu, de la joie de Dieu, de la vision de Dieu,tout de suite à notre mort si nous sommes prêts à une telle rencontre, soit après purification.
Mais l’accomplissement final est quand le Christ se manifestera à la fin des temps : comme dit St Jean « nous lui serons semblables -c’est-à-dire corps et âme ressuscité comme luiparce que nous Le verrons tel qu’il est ». Tout notre être UN, âme-corps sera ressuscité, divinisé.

Les commentaires sont fermés.