UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Présentation au Temple

Billet spirituel 18

En écho avec l’Evangile du dimanche : la présentation au Temple en Luc 2

présentation.jpg

Ce récit de St Luc est très riche : il est conçu comme un condensé de toute le message chrétien, héritier de toute la première Alliance et ouvrant vers la Nouvelle et Eternelle Alliance.

Au cœur, un événement : le rachat à Dieu du 1er né en souvenir de la plie d’Egypte de la mort des premiers nés, en affirmation aussi que les enfants n’appartiennent pas aux parents. Marie et Joseph appliquent avec fidélité et soin les préceptes de Dieu. Ce rite nous place donc dans le cœur de la première alliance, la sortie d’Egypte, dans lequel le petit enfant entre.

Mais  nous est aussi présentés les deux grands modes de relation à Dieu qui court à travers toute la Bible : l’écoute et la vision. Siméon dont le nom signifie « Dieu écoute ou écoute Dieu » et Anne – la grâce - fille de Phanuel : « face de Dieu ».  L’ancien testament est beaucoup sous le régime de l’écoute : « Ecoute Israël le Seigneur notre Dieu est le seul » La voix met en relation Dieu et son peuple, mais le mystère de Dieu est expérimenté  dans la non vision … même si la voix le rend proche. Quand Moïse demande à « voir la Face », il lui est dit qu’il ne peut voir Dieu que de dos. Et pourtant, aujourd’hui, Siméon et Anne voient Dieu face à face comme le chante le répons que nous venons d éprendre dans la procession. La vision sera plutôt le régime du Nouveau Testament : « Qui me voit, voit le Père » dira Jésus à Philippe dans St Jean

Le récit de l’événement de ce jour  se poursuit en ouvrant l’avenir : tout d’abord en présentant l’enfant reçu dans le temple : « Lumière des nations et Gloire d’Israël » ! « Des deux peuples, dira un jour St Paul, le Christ ne fait qu’un seul peuple, un seul Homme nouveau. » (Ephésiens) C’est la vieille promesse à Abraham qui s’accomplit : en sa descendance qu’est cet enfant, toutes les nations se béniront !

Mais cette unification lumineuse, se fera dans le drame : Jésus ne sera pas reçu par tous, il sera un signe de contradiction ; on est pour ou contre… il ne laisse pas indifférent et à toutes les époques de l’histoire, Jésus est livré aux hommes comme signe de contradiction ; certains l’adorent, d’autre sont besoin de le salir comme on le voit si souvent aujourd’hui. Même  Marie sera associée à cette souffrance.

Cette fête de transition a toutes les lumières de Noël mais elle oriente déjà vers la Passion ; mais l’abondance de lumière d’aujourd’hui montre que la lumière vaincra les ténèbres au matin de Pâques.

Les commentaires sont fermés.