UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cantique de l'Epître aux Philippiens

Billet spirituel  année 2014-2015  3

Sur l’épître aux Philippiens du 26è dimanche dans le temps

St Paul.jpg

St Paul nous livre aujourd’hui un hymne magnifique sur le Christ qui, dans une vue extraordinairement synthétique et riche,  nous offre notre profession de foi.

Lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu : à la différence d’Adam qui, lui, a cherché « à ravir comme une proie » (en grec harpagmon/ que Molière a choisi pour l’Avare Harpagon) une autre condition que la sienne en mangeant le fruit défendu qui lui rappelait qu’il n’était que créature, le Christ lui ne s’agrippe pas à sa condition divine.

Mais au contraire, il se dépouilla lui-même(en grec ekenosev : il se vida. A donné en français le mot « kénose » pour nommer  cette action du Christ qui assume une nature humaine) en prenant la condition de serviteur. Jésus se vide de lui-même, s’anéantit en prenant une condition humaine et ainsi, il est  devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement.

Mais plus encore, Jésus a décidé de partager notre mort pour la vaincre, il a voulu mourir lui qui, comme Dieu, pouvait s’en dispenser : il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et quelle mort, la plus ignominieuse qui soit, celle infligée à l’esclave figitif… et à mourir sur une croix.

Et Pâques renverse cette situation : C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms: le Nom, une manière bien juive de parler ; on ne veut pas nommer Dieu, ni même prononcer le mot commun alors, on dit « Le Nom » et on ajoute, béni soit-il… et quel est ce nom ?

afin qu'au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père. Le Seigneur, Kurios.  Kyrie eleison, avons-nous chanté, Seigneur prends nous en pitié. Kurios, c’est le mot choisi par les traducteurs grecs de la bible hébraïque pour dire « Dieu ». Jésus (c’est-à-dire sa dignité de Fils de Dieu mais toute sa personne, y compris cette nature humaine qu’il a pris de nous qui est elle-même divinisée, gage de notre propre divinisation) est donc DIEU à la gloire de Dieu le Père.

Alors on comprend les premiers versets qui sont la traduction en VIE NOUVELLE CHRETIENNE DE cette foi ! Si Jésus est tel, alors….

Dans le Christ, on se réconforte les uns les autres… on s'encourage dans l'amour, on est en communion dans l'Esprit, on a de la tendresse et de la pitié,… et, pour que la joie de Paul soit complète :

ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments
recherchez l'unité.
Ne soyez jamais intrigants ni vantards,
mais ayez assez d'humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.
Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de lui-même, mais aussi des autres.
Voilà les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus !

Les commentaires sont fermés.