UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Visitation

4ème dimanche d'avant, année C

1364570600.jpg            Dans ce magnifique récit de St Luc, il y a comme deux plans : la scène extérieure telle qu’un observateur pourrait la voir….et l’événement intérieur eux deux femmes et aux deux enfants en leur sein.

            Voilà Marie qui quitte Nazareth et descend « vers le haut Pays, dans une ville de Juda » comme dit le texte réel et non la vague traduction liturgique qui aplatit tout. Car « le Haut Pays », c’est là où, du temps de David, a séjourné l’Arche d’Alliance… c’est là où asse « en hâte » la véritable arche d’Alliance qu’est Marie en qui la Parole s’incarne !

            Et Marie est accueillie avec soin, comme toujours dans le vieil Israël – Joseph sans doute aussi car on ne voit pas une femme voyager seule - : l’accolade entre Elisabeth « vieille » femme de 40 ans ou plus peut-être et Marie jeune épousée de 16 ans.

            Et puis tout à coup nous passons au plan le plus intérieur :

Elisabeth prend la parole après avoir, comme elle en témoigne, senti en elle l’enfant, le futur Jean Baptiste, « tressaillir ». Elisabeth, envahie de l’Esprit Saint, chante sa propre joie … qui n’est pas d’avoir un enfant (et pourtant ! il fut attendu ! et demandé !) mais de se trouver devant Marie « Bénie entre toutes les femmes » et découvrir que la visite de Marie est, en fait, la visite de son Seigneur en Marie. ! « Comment ai-je ce bonheur que ma mère mon Seigneur vienne jusqu’à moi ! » Employer le mot Seigneur qui désigne Dieu dans la Bible grecque est une véritable prophétie, une véritable profession de foi qui est la première publique de l’Evangile. Pour elle aussi vaut la remarque de Jésus à Pierre : « ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont fait découvrir cela Elisabeth, mais mon Père qui est aux cieux ». Et Elisabeth de conclure en reconnaissant la foi de Marie « qui a cru dans l’accomplissement des paroles qui lui furent dites d la part de Dieu. »

            Et Marie répond en chantant son magnificat ! Elle aussi est envahie de joie puisque toute son existence est « en Dieu son Sauveur ». Marie qui ne nie pas sa grâce : « toutes les générations me diront bienheureuse » mais qui chante Dieu qui l’a choisie… Un Dieu qui bouleverse les hommes, remet le monde à l’endroit : « Il renvoie les riches les mains vides, Il élève les humbles, comble les affamés, dépose les puissants de leur trône. »

            Ainsi Elisabeth, l’enfant Jean Baptiste, Marie exultent chacun à sa manière dans cette si intérieure rencontre. Et l’enfant Jésus ?

            Luc ne nous en dit rien. Il ne tressaille pas… d’ailleurs sauf une fois, nous ne verrons jamais Jésus exulter dans l’Esprit… Jésus est égal, il ne connaît ses soubresauts de nos psychologies tantôt exultantes tantôt déprimées sans plus de raison que cela. Jésus est égal sa psychologie est paisible même si nous le voyons souvent ému devant la misère des hommes. Pour savoir ce qui se passe en l’enfant Jésus, il nous faut aujourd’hui recourir à l’auteur des Hébreux que nous venons d’entendre : lui nous dit ce qui est dans le Christ « qui entre dans le monde. Me voici Seigneur je viens faire ta volonté ». Ce qui habite le cœur de l’enfant, c’est la joie intense d’accomplir le dessein de Dieu qui est aussi le sien. Ce qui habite le cœur du Christ c’est une offrande totale de sa vie. Et cette offrande va être vécue tout au long de sa vie d’homme quand il va assumer pleinement notre nature humaine – jusqu’à la souffrance et la mort – pour nous ramener à Dieu, pour nous reconduire à notre dignité première, pour nous faire participer à la nature divine. C’es pourquoi l’auteur de Hébreux peut dire : « c’est dans cette volonté sainte que nous sommes faits saints. »

            Cette offrande la Seigneur va la renouveler, devant nous, sur l’autel de l’eucharistie : et il attend que nous aussi, nous nous joignions à lui pour cette offrande au Père, nous offrant nous-mêmes avec tout ce que nous sommes, « par Lui, avec Lui et en Lui ». Amen.

 

Les commentaires sont fermés.