Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vœux de Noël de la part du Conseil paroissial, du diacre et du curé de St Pierre Bonsecours

    IMG_2999.jpg

    « Gloire à Dieu ...     Paix aux hommes sur la terre »

    « La Gloire de Dieu, c’est l’homme vivant.

    La vie de l’homme, c’est la vision de Dieu ».

    (St Irénée de Lyon 2ème siècle)

     

     Tel est le message de Noël.

                Et Jésus va le proclamer dès son premier discours: il refuse toute violence, proclame « heureux les doux, heureux les artisans de paix, heureux les miséricordieux »

                Dans sa manière de vivre, de parler, de s’approcher de tout homme, d’aimer, de sauver du mal moral ou physique, dans sa tendresse et sa douceur, mais aussi dans sa fermeté contre le mal et la fermeture du cœur, Jésus nous montre comment est Dieu : un Dieu ami des hommes … Lui qui est « Fils de Dieu » peut seul nous montrer le Dieu Bon.

                Et Jésus va vivre ce message de paix : Les hommes vont lui infliger la violence… arrestation, procès injuste, torture, insultes, brutalités

     

    physiques, crachats, violences verbales, mise en croix, cœur transpercé par la lance… Le gêneur est tué… les hommes pensent ainsi rétablir la paix.

                Mais au matin de Pâques, le rejeté est Vivant !

                Sans rancœur, ni appel à la vengeance ! Sans même réclamer justice !

                Dieu en le ressuscitant atteste la véracité de son message. La violence ne sert à rien, elle ment quand elle prétend construire la paix… Seule la fascination de la vie est digne de l’homme.

                Mais Jésus n’est pas un magicien… celui dont nous rêvons quand tout va mal ! Comment peut-il y avoir un Dieu quand on voit cela … ?

                Jésus a donné son message

                Jésus a subi la violence dont il a montré l’inutilité

                Jésus appelle les hommes qui sont libres à démasquer en eux la violence

                Jésus donne à chacun la force de lutter contre sa propre violence si on le lui demande 

    Jésus le Vivant rappelle que seule la Vie pour laquelle Dieu nous a créés, est digne de l’homme et qu’il faut lutter contre la fascination de la mort qui vient du Mauvais. 

     

  • La Visitation

    4ème dimanche d'avant, année C

    1364570600.jpg            Dans ce magnifique récit de St Luc, il y a comme deux plans : la scène extérieure telle qu’un observateur pourrait la voir….et l’événement intérieur eux deux femmes et aux deux enfants en leur sein.

                Voilà Marie qui quitte Nazareth et descend « vers le haut Pays, dans une ville de Juda » comme dit le texte réel et non la vague traduction liturgique qui aplatit tout. Car « le Haut Pays », c’est là où, du temps de David, a séjourné l’Arche d’Alliance… c’est là où asse « en hâte » la véritable arche d’Alliance qu’est Marie en qui la Parole s’incarne !

                Et Marie est accueillie avec soin, comme toujours dans le vieil Israël – Joseph sans doute aussi car on ne voit pas une femme voyager seule - : l’accolade entre Elisabeth « vieille » femme de 40 ans ou plus peut-être et Marie jeune épousée de 16 ans.

                Et puis tout à coup nous passons au plan le plus intérieur :

    Elisabeth prend la parole après avoir, comme elle en témoigne, senti en elle l’enfant, le futur Jean Baptiste, « tressaillir ». Elisabeth, envahie de l’Esprit Saint, chante sa propre joie … qui n’est pas d’avoir un enfant (et pourtant ! il fut attendu ! et demandé !) mais de se trouver devant Marie « Bénie entre toutes les femmes » et découvrir que la visite de Marie est, en fait, la visite de son Seigneur en Marie. ! « Comment ai-je ce bonheur que ma mère mon Seigneur vienne jusqu’à moi ! » Employer le mot Seigneur qui désigne Dieu dans la Bible grecque est une véritable prophétie, une véritable profession de foi qui est la première publique de l’Evangile. Pour elle aussi vaut la remarque de Jésus à Pierre : « ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont fait découvrir cela Elisabeth, mais mon Père qui est aux cieux ». Et Elisabeth de conclure en reconnaissant la foi de Marie « qui a cru dans l’accomplissement des paroles qui lui furent dites d la part de Dieu. »

                Et Marie répond en chantant son magnificat ! Elle aussi est envahie de joie puisque toute son existence est « en Dieu son Sauveur ». Marie qui ne nie pas sa grâce : « toutes les générations me diront bienheureuse » mais qui chante Dieu qui l’a choisie… Un Dieu qui bouleverse les hommes, remet le monde à l’endroit : « Il renvoie les riches les mains vides, Il élève les humbles, comble les affamés, dépose les puissants de leur trône. »

                Ainsi Elisabeth, l’enfant Jean Baptiste, Marie exultent chacun à sa manière dans cette si intérieure rencontre. Et l’enfant Jésus ?

                Luc ne nous en dit rien. Il ne tressaille pas… d’ailleurs sauf une fois, nous ne verrons jamais Jésus exulter dans l’Esprit… Jésus est égal, il ne connaît ses soubresauts de nos psychologies tantôt exultantes tantôt déprimées sans plus de raison que cela. Jésus est égal sa psychologie est paisible même si nous le voyons souvent ému devant la misère des hommes. Pour savoir ce qui se passe en l’enfant Jésus, il nous faut aujourd’hui recourir à l’auteur des Hébreux que nous venons d’entendre : lui nous dit ce qui est dans le Christ « qui entre dans le monde. Me voici Seigneur je viens faire ta volonté ». Ce qui habite le cœur de l’enfant, c’est la joie intense d’accomplir le dessein de Dieu qui est aussi le sien. Ce qui habite le cœur du Christ c’est une offrande totale de sa vie. Et cette offrande va être vécue tout au long de sa vie d’homme quand il va assumer pleinement notre nature humaine – jusqu’à la souffrance et la mort – pour nous ramener à Dieu, pour nous reconduire à notre dignité première, pour nous faire participer à la nature divine. C’es pourquoi l’auteur de Hébreux peut dire : « c’est dans cette volonté sainte que nous sommes faits saints. »

                Cette offrande la Seigneur va la renouveler, devant nous, sur l’autel de l’eucharistie : et il attend que nous aussi, nous nous joignions à lui pour cette offrande au Père, nous offrant nous-mêmes avec tout ce que nous sommes, « par Lui, avec Lui et en Lui ». Amen.

     

  • O Emmanuel

    23 décembre

    T0127.jpg

    O Emmanuel, notre roi et notre législateur, Espérance des nations et leur Sauveur, viens, pour nous sauver, Seigneur notre Dieu !

    Composée à partir des textes suivants

                «  La Vierge est enceinte et va enfanter un fils qu’elle appellera Emmanuel »

                            Isaïe 7/14

                « Le Seigneur est notre législateur et notre roi, c’est lui qui nous délivre. »

                            Isaïe 33/22

                « Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef d’entre ses pieds jusqu’à          la venue de Celui à qui appartient le sceptre. Les peuples espéreront après Lui. »

                            Genèse 49/10 Bénédiction de Jacob à son fils Juda.

     

                            Méditation                  Jésus est l’Emmanuel, Dieu en nous

                « Son amour pour moi a humilié sa grandeur. Il s’est fait semblable à moi pour         que je le reçoive, il s’est fait semblable à moi pour que je le revête. Je n’ai pas eu    peur en le voyant car il est pour moi miséricorde. Il a pris ma nature pour que je      le comprenne, mon visage pour que je ne me détourne pas de lui. »

    Odes de Salomon cité dans Sources 37

    44 poèmes chrétiens écrit par un chantre judéo-chrétien, sans doute ancien prêtre juif, en syriaque au tout début du 2ème siècle pour des hymnes liturgiques. Sous le pseudonyme de Salomon.

  • O Rex gentium

    22 décembre

     

    O Roi des nations, objet de leur désir, pierre angulaire qui unis en Toi les deux peuples, viens et sauve l'homme que Tu as pétri du limon de la terre.

    Composé à partir des textes suivants :

                            « J’ébranlerai des nations et alors viendra Celui que désirent tous les                                 peuples » Aggée 2/7 selon la traduction latine de St Jérôme.

                            « Voici que je pose en Sion une pierre angulaire de fondation » Isaïe 28/16

                            « La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle »                                    Ps 117/22

                            « Car c’est Lui qui est notre Paix, lui qui des deux (juifs et païens) n’a fait              qu’un peuple. »  Ephésiens 2/14

                            « Le Seigneur modela l’homme avec la glaise du sol » Genèse 2/7

                            Méditation      Jésus est le Désiré des Nations

                Il est celui que tous les hommes désirent au fond de leur cœur sans le savoir,            obscurément. « Tu nous as faits pour Toi Seigneur et notre cœur est sans repos   tant qu’il ne demeure en toi. » St Augustin.

                Demandons la grâce de ne désirer que Jésus.

  • O Oriens

    21 décembre

    visitation-1.jpg

    O Orient, splendeur de la Lumière éternelle, Soleil de justice, viens, illumine ceux qui sont assis dans les ténèbres et la nuit de la mort.

    Composée à partir des textes suivants :

                O Oriens «Voici un homme dont le nom est Germe (traduit en latin par St Jérôme            instruit des rabbins de son temps par « Oriens » Aurore) »  Zacharie 6/10-13

                « Le Fils est resplendissement de sa Gloire » épitre aux Hébreux 1/3

                « Dieu vient de Téman. Sa splendeur est comme la Lumière, deux rayons lui sortent        de ses mains » Habacuc ¾

                «  Mais pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de Justice brillera avec la                     guérison dans ses rayons. » Malachie 3/19-21

     

                Méditation     

    Jésus est la beauté même, la splendeur de Dieu qui illumine comme un Soleil levant.

                « Tout, en Jésus, est d’une clarté de cristal. Pas de ténèbres déchirées par des éclairs. Il n’y a même pas de pénombre. IL arrive parfois que la présence de Jésus s’impose à nous… nous sentons sa lumière, sa beauté sans la voir, ou plutôt nous la pressentons… comme le soleil du matin filtre à travers les paupières closes du dormeur.

                Le Maître dont l’aspect quotidien est si doux et si humble nous fait tressaillir au contact de sa puissance lumineuse. Sois béni Seigneur de ce que ta lumière brille dans toutes les âmes. » (Un moine de l’Eglise d’Orient, Jésus, p. 45)

  • O Clavis David

    20 décembre

    3718186898.jpg

    Annonciation, Nancy, plafond de Notre Dame de Bonsecours

    O Clef de David, sceptre de la Maison d'Israël, Tu ouvres, et personne alors ne peut fermer ; Tu fermes, et personne ne peut ouvrir ; viens, faites sortir de prison le captif assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort.

    Composé à partir des textes suivants :

                « Je mets la clé de la Maison de David sur son épaule, s’il ouvre personne ne      fermera, s’il ferme personne n’ouvrira. » Isaïe 22/20-21

                « Moi le Seigneur, je t’ai pris par la main et je t’ai destiné à être la lumière des nations, à ouvrir les yeux des aveugles, à faire sortir du cachot le captif, hors de la        prison et de l’obscurité. » Isaïe 42/1-7

     

                Méditation                 Jésus est le Maître du Palais divin qui ouvre la                                    Porte de la Maison du Père

     

                Cette clé que Jésus a en propre, comme Fils, il l’a remise pour le moment à Pierre            et à ses successeurs et à l’Eglise.

                Rendons grâce au Christ qui ouvres la porte qu’Adam et Eve avaient     fermée. Il vient à Noël – homme parmi nous, Dieu parmi nous - pour nous    préparer une place dans la Maison du Père afin que nous soyons toujours     avec Lui. Mieux ! Dieu se fait homme pour que l’homme devienne Dieu.

                Demandons la grâce pour nous et nos proches et pour tous les hommes        d’être libéré de toute captivité spirituelle et morale et d’entrer au paradis.

     

  • O Radix Jessé

    19 décembre           

    TroyesSM81bas.JPG

    Troyes, arbre de Jessée, église sainte Madeleine

    O Fils de la race de Jessé, signe de ralliement dressé devant les peuples ; devant Toi les souverains resteront silencieux, Toi que les peuples appelleront au secours, viens nous rendre libres, maintenant ne tarde plus.

    Composée à partir des textes suivants :

                « Un rejeton sortira de la souche de Jessé, père de David. » Isaïe 11/1

                « La Racine de Jessé sera érigée en étendard devant les Nations. » 11/10

                « A son sujet des rois resteront bouche close » Isaïe 52/10

                « Encore un peu de temps, Celui qui vient arrivera, il ne tardera pas. »Is 26/20 

                Méditation                 Jésus est le Messie promis à David

     

                Dieu tient ses promesses, toujours.

                « Quand je serai élevé de terre… j’attirerai à moi tous les hommes. » disait Jésus.        La croix n’est pas loin de l’incarnation…

                Rendons grâce à Dieu qui tient ses promesses. Demandons au Messie de        venir régner en nous, dans notre intelligence, notre volonté, notre cœur,         notre action… nos paroles.

  • O Adonaï

    18 décembre

    Diapositive28 - copie.jpg

    Le mariage de la Vierge, Nancy, Notre Dame de Bonsecours

    O Adonaï (= Seigneur en hébreu), Chef de la maison d’Israël, Toi qui est apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent et lui as donné tes commandements sur le mont Sinaï, Viens afin de nous racheter à bras déployé.

    Composée à partir des textes bibliques suivants :

                           « Dieu parla à Moïse au buisson … Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de                   Jacob, Je Suis Celui qui Est » Exode 3./2-6

                           « Je ne me suis pas fais connaître d’eux sous mon Nom d’Adonaï »

     

                           Pour la méditation :         Jésus est la Parole de Dieu incarnée

                Celui dont la voix a retenti en Palestine en Jésus, est Celui qui a parlé à Moïse au Buisson et au peuple au Sinaï. Il est la Parole qui a créé et qui a libéré Israël de       l’oppression d’Egypte.

                Rendons grâce à Dieu qui nous parle. Demandons la grâce de toujours           recevoir cette Parole et de faire grandir en nous, grâce à Elle, notre liberté.