UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le ministère du prêtre à l’école de St Paul (2)

saint-paul-hors-les-murs.jpg

L'apôtre n'a pas le rôle principal qui revient à Dieu mais un rôle d'intendant des mystères de Dieu ( 1 Co 3 et 4/1-4 ). Les « mystères » pour l'apôtre, c'est d'abord l'annonce de l'Evangile. Comprenons bien : quand St Paul parle d'Evangile, il n'y a encore aucun de nos évangiles (St Matthieu, St Marc, St Luc et St Jean) écrits ! Pour St Paul, l'Evangile c'est le CHRIST aussi bien dans son mystère pascal que dans son enseignement mais c'est aussi le baptême et l'Eucharistie qui permettent au Christ d'agir dans l'homme. Pas de Parole  sans sacrement mais la Parole active dans les sacrements, « les mystères ».

Dans la première épître aux Corinthiens, nous avons au chapitre 15 le premier credo de l'Eglise reçu par Paul à Damas lors de son baptême dans les années 34-36. Et au chapitre 12 le rituel de l'Eucharistie qu'il a reçu à la même époque et qu'il transmet fidèlement aux communautés chrétiennes qu'il fonde.

L' apôtre est ministre de la réconciliation

Cette réconciliation est le fruit de la Pâque du Christ. Si l'apôtre est sacrement du Christ pascal, il en donne donc les fruits de Pâques : c'est toute la présentation de l'apôtre comme  serviteur de la réconciliation :

voir 2 Co 5/11- 6/13 et Eph 2/11-22 ( ce n'est pas tant le ministère qui est décrit que la réconciliation elle-même mais on voit bien que cette réconciliation décrite est donnée aux fidèles par l'apôtre St Paul.)

L'apôtre enfante au Christ / le Christ dans le disciple

Cet enfantement est même le but de son apostolat, même si parfois c'est un enfantement dans la douleur:  Ga 4/19-20:« mes petits enfants que, dans la douleur,j'enfante à nouveau jusqu'à ce que Christ soit formé en vous; oh je voudrais être auprès de vous en ce moment pour trouver le ton qui convient car je ne sais comment m'y prendre avec vous. »

C'est la paternité pour une communauté :cela apparaît bien souvent sous la plume de l'apôtre. En 1 Co 4/14-15 :« je vous écris...pour vous avertir comme mes enfants bien aimés.En effet quand vous auriez dix mille pédagogues en Christ, vous n'avez pas plusieurs pères. C'est moi qui par l'Evangile, vous ai engendrés en Jésus Christ. »

ou la paternité pour un disciple particulier: 1 Co 4/17 où Timothée est appelé : « mon enfant chéri et fidèle dans le Seigneur » cf aussi : 1 Tm 1/18, 2 Tm 1/3-5, 2/1. Idem pour Tite ( Tte 1/4) et même Onésime ( 10).

Parfois cette paternité prend des allures de maternité comme avec les Thessaloniciens que St Paul aime particulièrement: « nous avons été au milieu de vous pleins de douceur comme une mère réchauffe sur son sein les enfants qu'elle nourrit. Nous avions pour vous une telle affection que nous étions prêts à vous donner non seulement l'Evangile de Dieu mais même notre propre vie tant vous nous étiez devenus chers. » ( 1 Thess. 2/7-8)

(à suivre)                             relire la première partie

Les commentaires sont fermés.