UA-162752998-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je ne suis pas venu abolir mais accomplir

Billet spirituel 20

En écho à l’Evangile de St Matthieu 5/17-37

beatitudes_22_01.jpg

            Ce texte est d’une richesse exceptionnelle… dont je vais essayer de vous donner quelques clés de lecture.

            Notons d’abord le rapprochement entre l’enseignement de Jésus et la montagne… comme Moïse, Jésus donne la Loi sur la montagne. Même si le mont des Béatitudes n’a pas la majesté du Sinaï, il est magnifique et porteur  de la bonté de Dieu.

            Ce texte est assez « archaïque » dans sa formulation. Et la traduction liturgique a enlevé tous les termes araméens que Jésus emploie. N’oublions pas que selon la Tradition,  l’Evangile de l’apôtre Matthieu, dans sa première version, était écrit dans un dialecte hébreu. Il y a dans le texte d ‘aujourd’hui l’âpreté et la rugosité du texte primitif.

            Jésus donne son principe de lecture et d’interprétation de la Loi du Sinaï, la Torah donnée par Dieu lui-même à Moïse : « je ne suis pas venu abolir mais accomplir. »

Accomplir : c’est à dire « faire, réaliser ». Jésus est en effet le premier homme à vivre vraiment selon la torah, à accomplir parfaitement les commandements. Mais « accomplir » veut dire aussi mener à la perfection, à la totalité de ce qui est dit. Et Jésus radicalise et intériorise la Torah : « tu ne commettras pas de meurtre… » tu ne te mettras pas en colère contre ton frère, tu ne le maudiras pas… « Tu ne commettras pas d’adultère » … si tu désires une femme dans ton cœur, tu as déjà commis l’adultère avec elle…

            Mais il y a plus et c’est dans le dialogue du cardinal Ratzinger avec le rabbin Jacob Neussner que cet aspect est le plus explicitement explicité. Le rabbin explique en effet, que malgré son admiration pour l’enseignement de Jésus, il ne peut pas être son disciple car Jésus corrige la Torah. Jésus corrige Dieu ! Il se met au-dessus de la Parole énoncée par Dieu à Moïse… le Fils de l’homme est MAÎTRE MÊME DU SABBAT. La prétention divine de Jésus n’a eu besoin d’attendre le 4ème siècle ou le moyen Age pour Être « inventée » comme nous l’enseigne certains aujourd’hui qui ne comprennent rien. Corriger la Torah est cette prétention : vous avez appris qu’il a été dit MAIS MOI JE VOUS DIS.

            C’est ce que St Paul évoquait dans la deuxième lecture : Jésus Fils de Dieu est la seule nouveauté… mais « elle n’avait pas été entendue, elle n’avait pas été vue, elle n’était même pas monté au cœur de l’homme, cette nouveauté, ce mystère, cette sagesse que Dieu a réservée à ceux qu’il aime. ». Les fils d’Israël avaient plusieurs « portraits robots «  du Messie… mais tous faits avec du vieux. Quand s’est présenté en Jésus, il ne correspondait à aucun des portraits robots du Messie. « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre » demandera Jean Baptiste. C’était vraiment du neuf !! Et les fils d’Israël l’ont refusé. Dieu devait venir comme ils l’avaient prévu. Attention nous aussi ! Dieu peut venir dans nos vies là où nous ne l’attendons pas.

Les commentaires sont fermés.