Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Paroisse - Page 3

  • ANNONCES DU 12 OCTOBRE AU 20 OCTOBRE 2019

    Télécharger le fichier

     

    ANNONCES

    En ce dimanche le pape François canonise à Rome le cardinal Newman (1801-1890), anglican, professeur à Oxford entré dans la pleine communion de l’Eglise en 1845, devenu prêtre catholique, fondateur en Angleterre de l’Oratoire St Philippe Néri, cardinal par le pape Léon XIII en 1879.Un des plus grands théologiens du 19 ième siècle

     

    Mercredi 16 octobre

    20H30 : Salle St Vincent de Paul, deuxième rencontre Repartir du Christ : Jésus a-t-il vraiment existé?

    Jeudi 17 octobre

    14H30 : salle St Jean- Paul II, réunion mensuelle du Mouvement Chrétien des retraités.

  • Vaudémont et Vézelise

    Chaque année depuis presque 10 ans, un dimanche de la rentrée regroupe tous ceux qui sont actifs dans la paroisse d'une manière ou d'une autre. Le but de cette journée est de mieux se connaître, de passer un temps joyeux et festif entre nous... le vie chrétienne en se fait pas qu'avec des réunions de travail ! Après le repas, nous faisons connaissance avec notre terre lorraine... car nous ne sommes pas "hors sol"... dans le virtuel... ou le rêve. Jésus a vécu sur une terre particulière qu'il a aimée et parcourue; Il a aimé les paysages du lac, de la vallée du Jourdain, du désert... des bords de mer... Il a pris ses repas calmement et simplement avec ses amis, avec ses interlocuteurs (comptez le nombre de repas de Jésus évoqués dans l'Evangile et vous verrez;...) Ce dernier dimanche, nous avons (re)découvert le Comté de Vaudémont, sur la colline de Sion et Vézelise la capitale du Comté; De très beaux paysages, deux belles églises avec, à Vézelise, de merveilleux vitraux et un très bel orgue que nous avons eu la joie d'entendre. Nous vous partageons nos découvertes avec ces quelques photos.

    Aperçu :

    L'album en grand ICI

  • Concert de dimanche

    Beaucoup de monde, paroissiens et amis, dimanche après-midi dans la crypte de St Pierre pour le concert de l'Ensemble de chambre d'instruments à vent de Châtenois et de Benoît Schwinden, notre co-titulaire de l'orgue. Dépaysement complet de sonorité et de présence instrumentale dans les morceaux dont certains étaient bien connus ! Le public était ravi. Nous avons ainsi participé à la réfection de l'orgue de l'église de Châtenois dans les Vosges.

  • Activités et rencontres de l'année

    Télécharger le tract

  • Lettre mensuelle de septembre.

    REPARTIR DU CHRIST

    Notre évêque nous a donné un parcours de réflexion et de conversion pour les 3 années à venir : REPARTIR DU CHRIST : connaître le Christ, aimer le Christ et annoncer le Christ. C’était également un souhait très fort du Pape Saint Jean Paul II après les célébrations de l’entrée dans le 3èmemillénaire.

    Pour notre diocèse, - comme pour notre Eglise en France et peut-être même en Europe - L’ENJEU EST CAPITAL ...

    Lire et télécharger la suite ICI

  • PROCESSION DU SAINT SACREMENT DES PAROISSES DE NANCY

    Il y avait foule dimanche après-midi à St Sébastien pour la procession d la Fête Dieu. Une célébration de la Parole et une belle prédication du Père Paul Nazotin a ouvert la célébration. Puis nous sommes partis en procession vers la cathédrale par la Place Charles III, la rue de la faïencerie, la rue de la Primatiale, la rue du cloître et le parvis de la cathédrale où nous attendaient d'autres fidèles venus pour la dernière partie de la célébration: adoration silencieuse du Seigneur puis chant joyeux des vêpres avant la bénédiction du St Sacrement. Il était 18H, deux bonnes heures de prière et  d'adoration dans la joie. Comme autrefois l'Arche d'Alliance entrait dans Jérusalem, la Présence du Seigneur dans l'Eucharistie est passée dans les rues de notre cité. Cela faisait 52 ans que cela n'avait pas eu lieu...

    IMG_20190623_165725.jpg

    IMG_20190623_170509.jpg

    IMG_20190623_171209.jpg

     

     

  • Pentecôte

  • Pèlerinage paroissial de la fête de l’Ascension

    Album photo grand format  ICI

                Voici quelques souvenirs photographiques de notre pèlerinage paroissial de l’Ascension. Nous avons poursuivi notre connaissance de notre nouvelle Région, le Grand Est… Après la Champagne (Troyes en 2017, Reims et Notre Dame de l’Epine en 2018) nous étions cette année dans les Ardennes, terre inconnue de beaucoup d’entre nous !... et si différente, tantôt Pays Bas espagnols, tantôt française, terre catholique… principauté protestante…

                Magnifiques paysages forestiers et montagneux. Campagnes paisibles.

                Une magnifique abbaye à Mouzon où nous avons retrouvé la communauté chrétienne pour la célébration de la messe. Nous avons été très bien accueillis par les fidèles… leur curé avait profité de ma présence pour pouvoir célébrer dans un autre « clocher »… Un très bel orgue… construit au 18èmesiècle par un facteur d’orgue toulois !

                Après le repas nous avons traversé Sedan – patrie de Turenne - pour nous rendre à la basilique Notre Dame de l’Espérance de Charleville-Mézières : splendide édifice  du 14èmesiècle où s’est marié de roi de France Charles IX. Les 68 verrières sont toutes dues au même peintre qui a dessiné les cartons … dans le mouvement cubiste dont il faisait partie, élève de Picasso. Mais le peintre était croyant et les verrières chantent toute l’histoire du salut. Nous sommes souvent déroutés par l’art contemporain… une conférencière nous a initié à ce langage cubiste et ceux qui l’ont voulu, ont pu « entrer » dans cette figuration de notre histoires sainte. Comme il est bon de penser que des artistes contemporains prennent la suite des artistes des siècles passés pour dire la foi ! On ne peut pas toujours vivre sur des images passées si belles soient-elles !

             Comme à lire de la poésie de Rimbaud… dont la patrie est Charleville ! « Après un travail de purification par l’immensité de son désir, « l’ange de Charleville » - surnom de Rimbaud -rencontre Dieu et, tel le Psalmiste (au Psaume 138), il fait l’expériencede son omniprésence : « Ta tête se détourne : le nouvel amour ! Ta tête se retourne, – le nouvel amour ! ». C’est pourtant à cette étape que Rimbaud délaisse toute littératureCar la conversion de Rimbaud a ceci d’authentique qu’elle s’accompagne dûment de la conscience du péché, et donc de la nécessité de la Médiation, celle du Christ, celle de la Grâce, … Rimbaud écrit ainsi:  « Pourquoi Christ ne m’aide-t-il pas, en donnant à mon âme noblesse et liberté. Je suis de race inférieure de toute éternité».

             Ayant trouvé le lieu, Rimbaud devient impuissant à découvrir la formule… Ce sera le reste de son existence, africaine, errante, jusqu’au moment où adviendra la Grâce finale, in extremis, moment sublime qu’une lettre de sa sœur restitue : « l’aumônier lui a proposé de se confesser, et il a bien voulu. Quand le prêtre est sorti, il m’a dit : « votre frère a la foi, mon enfant, que nous disiez-vous donc ? Il a la foi, et je n’ai même jamais vu de foi de cette qualité ! » Quand je suis rentrée près de lui, il était très ému, mais ne pleurait pas. Il me regardait dans les yeux comme il ne m’a jamais regardée. Il me regardait toujours avec le ciel dans les yeux. Il appelle le Christ en croix, et il prie». Etonnement chez maint, sans doutes; mais Rimbaud n’avait-il pas prévenu : « J’ai dit : Dieu »

    Extraits de Maxence Caron :né en 1976 à Marseille, écrivain, philosophe, poète et musicologue français catholique.

  • Pèlerinage paroissial de la fête de l’Ascension

    PELERINAGE EN ARDENNES 

    ASCENSION 30 MAI 2019

                Dans la poursuite de notre connaissance du patrimoine religieux de notre région Grand Est, nous allons cette année dans les Ardennes, diocèse de Reims.

    Nous visiterons l’abbaye de Mouzon, la ville de Sedan, Charleville Mézières et nous reviendrons par le massif des Ardennes et la principauté de Bouillon.

                Ce voyage nous fera découvrir l’histoire religieuse de cette région aux confins du Royaume de France,  composée de la Principauté protestante de Sedan, de Charleville capitale de principauté et ville natale de Rimbaud et du Duché de Bouillon.

    Télécharger le tract d'inscription ou inscription en ligne

  • Bénédiction de l’autel de St Pierre

    13 janvier 2019

    IMG_0025.jpeg

    L’autel est aspergé au début de la célébration avant l’aspersion de l’assemblée.

    IMG_0046.jpeg

    Procession d’arrivée de la pierre d’autel, déjà consacrée par Mgr Turinaz en 1900 et contenant des reliques de martyrs.

    IMG_0048.jpeg

    La pierre est montrée avant d’être insérée au milieu de l’autel.

    IMG_0054.jpeg

    La pierre est insérée dans l’autel par le diacre.

    IMG_0067.jpeg

    L’autel est encensé

    IMG_0077.jpeg

    L’autel est alors « vêtu »  des nappes. On allume alors les cierges.

    IMG_0084.jpeg

     

     
  • Présentation de l'autel

    L’autel est de forme carrée, en chêne massif. C’est la raison pour laquelle il na pas été consacré : on ne peut consacrer que des autels en pierre. Seule une pierre d’autel en marbre, contenant des reliques  et consacrée en 1900 par Mgr Turinaz évêque de Nancy et de Toul a été insérée dans la table de bois de l’autel.

    L’autel c’est le Christ.

    La façade porte une sculpture inspirée d’un sarcophage chrétien du 4ème siècle : Le Christ dans la jeunesse éternelle de sa Résurrection donne sa Croix à Pierre qui porte les clés du Royaume et transmet à Paul le rouleau de l’Évangile. Chaque apôtre est appuyé à une colonne en référence aux colonnes de l’Église qu’ils sont.

    La sculpture est l’œuvre de Gérard Charrier qui avait déjà sculpté la croix suspendue au-dessus de l’autel de la Crypte.

    fin.png

    Fin de la célébration.

  • CONCERT LECTURE

    DIMANCHE 3 FEVRIER 2019     16H30

     

    SALLE MAGDALA

    (sous l’église St Pierre. Entrée en descendant rue Lionnois côté pair)

     

     

    CONCERT LECTURE

     

    FRERE LAURENT DE LA

     

    RESURRECTION

     

     

    « LES MAXIMES SPIRITUELLES »

     

    DIALOGUANT AVEC LA MUSIQUE

    DE MONSIEUR DE SAINTE COLOMBE

    ET DE MARIN MARAIS

    A LA VIOLE DE GAMBE

     

    Père Jacques Bombardier

     

    Entrée  libre.

  • Interview de St Luc

    Journaliste : St Luc, nous aimerions faire davantage connaissance avec vous, l’auteur de l’Evangile que nous allons lire tout au long de cette année et des Actes des Apôtres dont la lecture nous accompagne chaque année durant le temps de Pâques. Merci de nous recevoir et de répondre à nos questions qui sont sans doute celles des lecteurs de votre Evangile.

     

    D’où êtes-vous originaire?

    Luc: Mon pays est la Syrie et je suis né à Antioche sur l’Oronte. C’est dans cette très grande ville que les disciples de Jésus ont reçu pour la première fois le nom de « Chrétiens ».

     

    J: Antioche est en effet une très grande ville.

    Luc: 500/600 000 Habitants. Ma ville natale est située dans une vaste plaine fertile au climat agréable, au bord du fleuve Oronte, bordée de deux hautes montagnes. C’est une ville cosmopolite où vivent des Grecs, des Chypriotes, des Syriens, et des Juifs, une des plus grandes colonies juives de l’Empire (50 000 juifs environ). C’est une ville de fonctionnaires, de diplomates, d’artistes, de commerçants et d’esclaves. De nombreux artistes en ont fait une ville magnifique, où l’eau coule partout. Ce qui est remarquable, c’est, en particulier,  notre grande avenue de 4 km de long, bordée de 4 colonnades de marbre, qui traverse la ville. Antioche est devenue la rivale d’Alexandrie d’Egypte !

     

    J: On voit poindre en vous une légitime fierté de votre ville d’origine! Vous avez fait vos études à Antioche?

    Luc: Oui, à l’université de la ville. J’ai étudié la littérature et la philosophie grecques  et j’ai aussi appris la médecine. Dans le milieu des étudiants de cette époque, le bouillonnement religieux était intense. Tout le monde cherchait, s’interrogeait sur le sens de l’existence et les réponses habituelles paraissaient vieilles et sans intérêt.

     

    J: C’est dans cette atmosphère que vous êtes devenu chrétien?

    Luc: je suis païen d’origine. Vous savez à Antioche les religions sont prospères! Tout est mêlé: les déesses locales comme Astarté à qui on sacrifie des enfants et des adultes, les dieux romains: Hercule, Apollon. Les temples, très nombreux, sous le couvert d’un culte rendu au mystère de la nature et de la fécondité, sont des lieux de prostitution sacrée. Plus tous les cultes à mystère: Cybèle venue d’Asie mineure, Attis venue de Phrygie, Isis et Osiris hérités d’Egypte, Dionysios et ses orgies venu par la Grèce des profondeurs de l’Asie.

     

    J: Par quel chemin êtes-vous sorti de ce paganisme?

    Luc: C’est une grande insatisfaction devant ces religions qui m’a fait me tourner vers la religion des juifs, très nombreux, dans notre cité. J’ai fréquenté la communauté de la Synagogue de la Porte et peu à peu, j’ai lu les Ecritures juives dans le Grec de la magnifique traduction des Septante. Je suis devenu alors un « craignant Dieu ». Et puis en l’année 34 -35, des Chrétiens chassés de Jérusalem par le martyre d’Etienne et la persécution qui avait suivi, sont arrivés à Antioche. A la synagogue, ils ont commencé à parler du Christ.

     

    J: Quel a été l’accueil de cette nouveauté?

    Luc: beaucoup de débats et de discussions animées. Mais certains juifs sont devenus chrétiens. Cette communauté nouvelle d’Antioche a attiré l’attention des apôtres de Jérusalem: ils ont envoyé Barnabé, un homme remarquable. Il est venu aussi parler à la synagogue et c’est lui le premier qui m’a ébranlé. Mais celui qui m’a attiré définitivement au Christ, c’est Paul de Tarse que Barnabé avait été cherché pour l ‘aider à Antioche. C’est Paul qui m’a baptisé.

     

    J: et vous ne l’avez plus quitté!

    Luc: presque! Une grande amitié est née entre nous et de ma part, une grande dette envers le maître Paul qui m’a tant appris sur le Mystère de Dieu et associé à son apostolat.

     

    J: Vous l’avez suivi dans tous ses voyages apostoliques?

    Luc: en fait, je l’ai rejoint dans son deuxième voyage à Troas et j’ai fait avec lui tous les autres voyages, à pied, à cheval, en bateau. J’ai mis par écrit tous ces souvenirs dans le livre des Actes des Apôtres que j’ai rédigé après mon Evangile. Lors du premier voyage de Paul avec Marc et Barnabé, je n’étais pas encore chrétien. J’ai accompagné Paul dans sa première captivité à Rome et surtout dans la seconde où il a été condamné à mort en 67.

     

    J: A Rome, vous avez rencontré Pierre.

    Luc: Oui, et ce fut un grand bonheur. J’ai vécu trois ans à Rome avec Paul, Pierre, Marc, Sylvain et tous les disciples de la communauté de Rome. Je me suis beaucoup entretenu avec Pierre: il m’a parlé beaucoup de Jésus, de sa vie et de son enseignement en Galilée et à Jérusalem. Il m’a raconté les commencements de l’Eglise à Jérusalem, les premières prédications qu’il a faites, ce qu’il disait. Je connaissais bien la prédication de Paul que j’entendais depuis des années; à Rome, j’étais heureux d’entendre Pierre et de lire ce qu’il écrivait.

     

    J: Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’écrire votre Evangile?

    Luc: je l’explique très bien dans le prologue de mon Evangile. J’ai écrit ceci: « après m’être soigneusement informé de tout à partir de origines, il m’a paru bon à moi aussi d’en écrire pour toi un récit ordonné très honorable Théophile, afin que tu puisses constater la solidité des enseignements que tu as reçus. » (1/3-4) J’avais besoin d’assurer, pour certains chrétiens, l’enseignement qu’ils avaient  reçu. J’ai fait alors une enquête minutieuse: j’ai interrogé les témoins, en plus de Pierre, Jean l’apôtre, Marie la Mère de Jésus et en particulier des Chrétiens venus de l’entourage d’Hérode Antipas, j’ai lu les textes qui circulaient entre les Eglises chrétiennes, j’ai rassemblé mes propres souvenirs. Et j’ai rédigé mon texte, l’Evangile et les Actes.

     

    J: Vous avez écrit à Rome?

    Luc: Non. Après le non-lieu de Paul en 62, j’ai quitté Rome et je me suis établi en Grèce: c’est là que j’ai écrit mon Evangile et les Actes, dans les années 62-63.

  • Repas paroissial

    Attention ! S’inscrire

     

    ce dimanche 19-20 Janvier

     

     

    REPAS PAROISSIAL

     

    SAMEDI 26 JANVIER

     

    12H -16H

     

    Salle Claude Deruet

     

    S’inscrire pour le repas (merci de dire le nombre)

     

    et  pour proposer un plat salé ou sucré

     

    (merci de dire pour combien de personnes)