Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'histoire du salut

     

    Après le sermon lors du baptême d’Antoine B., plusieurs m’ont demandé de donner par écrit le contenu de mon homélie… qui n’était pas écrite ! Voici le texte fidèle à ma pensée… peut-être pas à la matérialité des mots de ce jour-là … de ce que j’ai voulu dire à l’homélie.

    Version imprimable ici

    Antoinebaptême.jpg

    Histoire du salut

    L’homme jailli des mains de Dieu… est

                    A l’image de Dieu, c’est-à-dire, à l’image du Christ qui est l’Image. Capable d’aimer, de se donner, de parler, penser, dominer respectueusement la création qu’il doit achever…
                    A la ressemblance : l’homme vit d’une manière qui corresponde à l’image qu’il est.
                    Modelé de la terre (il est corps), il a reçu de Dieu son souffle (à la fois souffle de vie et Esprit Saint). Il est habillé de lumière et ne sait pas qu’il est nu.

    Cet homme est une créature de Dieu : il doit continuer à progresser, à acquérir une maturité spirituelle pour que tout son être soit divinisé. On peut penser que le Christ prendra, un jour du temps, la nature de la créature humaine pour la mener à sa perfection.
    Cet homme comme créature a une limite : il n’est pas Dieu même s’il est appelé à le devenir. Telle est l’ALLIANCE avec Dieu.

     

    Le refus de cette Alliance par l’homme a pour conséquences :

                    L’Image est enfouie mais jamais perdue.
                    La ressemblance est perdue comme l’Esprit Saint
                    L’homme se voit « nu », pauvre créature et la lumière l’a quitté
                    Les relations avec Dieu sont profondément troublées : l’homme en a peur
                    Les relations entre les humains sont bouleversées :

    • L’homme et sa femme se soupçonnent et tombent dans la domination et la convoitise
    • Le frère tue le frère (Caïn et Abel)
    • Le mal se propage  au point qu’il ne reste qu’un juste, Noé
    • La société elle-même est malade : folie de la puissance, domination et tyrannie, refus de la différence, totalitarisme… (Tour de Babel)

     

    Dieu poursuit son dessein bienveillant pour l’homme :

    Il appelle Abraham (auquel il fait un promesse : réunir un  jour toute l’humanité  dans une unique bénédiction), crée un peuple nouveau au sein duquel il choisit une tribu (Juda) une famille (David) pour préparer une    famille sainte quand sera venu le temps d’envoyer son Fils prendre une nature humaine de la Vierge Marie. Il devient semblable à l’homme en tout, sauf le péché.

                    Le Christ, Fils de Dieu UN avec le Père est Fils de l’homme UN avec nous !

                    Il nous réconcilie avec Dieu en Lui. Il est le premier homme totalement fidèle à Dieu.
                    Il décide de partager notre souffrance et notre mort : la mort atteint sa nature            humaine mais sa divinité tue la mort.

    Par le baptême, la confirmation et l’eucharistie, nous sommes en communion réelle, c’est-à-dire spirituelle et physique avec Lui

    Nous devenons un frère/une sœur du Christ
                                   un fils/une fille du Père
                                   un temple du St Esprit.
                                   L’image nous est rendue dans sa beauté
                                   La ressemblance nous est rendue possible par la grâce et notre combat spirituel
                                   Nous sommes devenues une créature nouvelle (vêtement blanc de lumière) et un enfant de lumière (cierge du baptême)

    Notre progression vers notre « perfection » se poursuit dans le Christ et peu à peu, notre divinisation s’accomplit dans l’Eglise avant d’être totale dans le Royaume de Dieu.

  • 3 St Mathieu : le discours sur la montagne

    Retrouvez les séquences précédentes dans la colonne à ci-contre è

    Terre Sainte (438)-Centre des Néocatéchumènes.JPG

    Durant les dimanches qui vont du 30 janvier au 6 mars, nous lisons dans l’Evangile de St Matthieu les chapitres 5, 6 et 7… autrement dit, le « discours sur la montagne ». St Matthieu a rassemblé dans ce discours de nombreuses paroles de Jésus sans doute prononcées à des moments différents qui présentent la pensée de Jésus, le chemin de vie qu’il propose à ses disciples.

    Tout commence avec les béatitudes : ces courtes phrases paradoxales sont faites pour être apprises par cœur, pour être retenues dans le cœur, c’est-à-dire dans le centre de chaque personne là où se prennent les décisions de la vie. La première béatitude – Heureux les cœurs de pauvre – est expliquée par celles qui suivent : un pauvre de cœur, c’est un doux, un compatissant, un passionné de justice, un persécuté, un  pacifique, un miséricordieux, un cœur pur, un témoin du Christ qui accepte d’être méprisé pour le Nom de son maître.

    Heureux les pauvres en esprit, 
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux les doux,
    car ils recevront la terre en héritage.
    Heureux les affligés, 
    car ils seront consolés.
    Heureux les affamés et assoiffés de la justice, 
    car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux, 
    car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs, 
    car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix, 
    car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux les persécutés pour la justice, 
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
    Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux. 

  • 2 Lire St Mathieu : un style rabbinique

    mathieu.jpg

    Nous avons vu la dernière fois que St Matthieu écrit pour ses compatriotes et coreligionnaires. En effet, les juifs qui lisent le texte de St Matthieu trouvent que l’évangéliste a bien su rendre le style rabbinique de Jésus, aussi bien dans les attitudes que dans le choix de formules courtes et frappées comme une médaille facilitant la retenue de mémoire de l’enseignement du maître. Par exemple :

    « Point ne jugeras
    Afin de n’être pas jugé.
    De la manière dont tu jugeras,
    Tu seras toi-même jugé ».

    Le verbe jugé est mis à la fin du vers, les temps se correspondent ainsi que le balancement tu juges/tu seras jugé. C’est un verset du discours sur la montagne que le Français – pour une fois – permet de traduire en rendant les assonances du texte original.

    Matthieu est aussi un homme d’ordre : il rassemble en  4 grands discours beaucoup d’enseignements de Jésus qui ont du être donnés de manière séparée : Discours sur la montagne (5 à 7), discours des paraboles (13), discours sur la vie en Eglise (18), discours sur la fin des temps (24). Cette manière de faire fait allusion au livre du Deutéronome où Moïse donne son enseignement par de grands discours au peuple. Jésus est  bien le Nouveau Moïse, le Grand Prophète attendu comme l’avait prédit Moïse lui-même (en Deutéronome 18)

    Matthieu insiste beaucoup sur le soin que Jésus apporte à bien enseigner Israël et à s’adresser au peuple élu en premier, en raison de l’élection faite par Dieu et des promesses faites par Dieu à Abraham. C’est dans la partie ajoutée à son texte, lors  de la traduction grecque, que certains actes ou discours de Jésus plus universalistes sont  introduits dans le nouveau texte.

    à suivre...

    le début est ici

  • Vierge au manteau : Gendreville

    La représentation de ND de Bonsecours, vierge au manteau, se retrouve assez souvent dans notre région. Nos ancêtres ont aimé voir en Marie la protectrice des croyants, la Mère des croyants, la Mère de l'Eglise comme dira le Concile Vatican II.

    Vierge au manteau de Gendreville dans les Vosges (88140) envoyée par Heidi

    gendreville.png

    Si vous rencontrez une Vierge au manteau lors de vos promenades, envoyez sa photo, elle sera publiée.


    Agrandir le plan

  • Baptême d'Antoine

    Etre baptisé, c'est entrer dans l'Eglise, - la communauté chrétienne locale qui fait entrer dans la grande Eglise - et, grâce à Elle,  être incorporé au Christ, tellement uni à Lui pour vaincre en Lui la mort et vivre de la Vie éternelle la vie même de Dieu. Antoine est ainsi devenu ce dimanche au sein de la communauté paroissiale de St Pierre un enfant bien aimé du Père, un frère du Christ et un Temple du St Esprit. Cécile sa maman, notre ancienne organiste, a joué à l'orgue le morceau d'entrée: "pour ma part, je jouerai le prélude en ré majeur de Bach qui illustre ce sacrement avec les symboles de la mort, de la résurrection, et de la lumière"

    Le texte de l'homélie est ici

    Antoine3.jpg

    Antoine2.jpgAntoine1.jpg

    Antoine5.jpg
    Antoine4.jpg
  • 1 Lire l'Evangile selon Saint Mathieu

    saint-mathieu-guido-reni.jpg

    Durant toute cette année 2011, nous allons lire à la liturgie l’Evangile écrit par St Matthieu. C’est un des plus longs parmi nos quatre Evangiles puisqu’il comporte 28 chapitres.

    La Tradition unanime attribue ce texte à l’apôtre St Matthieu, le chef des collecteurs d’impôts de Capharnaüm que Jésus a appelé alors qu’il était à son bureau. La ville de Capharnaüm était un véritable carrefour économique où s’arrêtaient de nombreuses caravanes qui sillonnaient la région reliant le centre de l’Empire – Rome – et ses frontières… jusqu’en Inde ! Matthieu était donc un juif, personnage riche et puissant qui travaillait au service des Romains : on le détestait pour cela dans la cité, pour sa richesse et sa collaboration avec l’occupant. Son appel par Jésus fit scandale, surtout quand Jésus alla diner chez lui avec les amis de Matthieu dont certains étaient du même métier que lui !

    La Tradition assure que son Evangile fut un des premiers écrits - peut-être le premier - et qu’il le fut dans la langue des juifs et pour eux : soit en araméen soit en hébreu. Il semblerait que ce soit plutôt en araméen que le premier texte fut écrit. On pense que ce fut dans les années 40 (Jésus étant mort le 7 avril 30).

    Puis ce texte fut traduit en grec – langue commune à tous les habitants du bassin méditerranéen – et sans doute aussi augmenté, sous la conduite de St Pierre alors que l’apôtre résidait à Antioche de Syrie.

    St Matthieu veut montrer à ses compatriotes et coreligionnaires que le Christ Jésus est vraiment le Messie attendu et annoncé par les prophètes. D’où cette formule qui revient si souvent dans son texte : « tout ceci arriva pour que  soit accompli l’oracle du prophète qui disait.. ». Jésus lui-même refait l’histoire du peuple juif décrite par l’Ancien testament : Jésus va en Egypte puis Dieu l’en rappelle comme lors de l’exode, puis il passe par l’eau, vit les tentations du désert comme son peuple, il parle du haut de la montagne comme Moïse…

    à suivre...

  • Qui a envie d'être aimé ?

    Vendredi 11 février à 20H15 au cinéma CAMEO

    qui-a-envie-d-etre-aime.jpg

     

    Projection du film qui vient de sortir le 9 février suivi d’un débat :

    « Qui a envie d’être aimé ? »

    Film sur la conversion de Thierry Bizot, réalisateur de télévision 
    Qui a témoigné au cours de la mission « Dieu sur la Place «  et qui a écrit un livre de sa conversion qui s’intitule « catholique anonyme »

    Ceux qui ont eu la chance de le rencontrer à « Dieu sur la place » ont beaucoup aimé de manière unanime la discrétion, l’humilité et la force de son témoignage. C’est l’occasion de la revoir ou de faire connaissance avec ce témoin.