Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Catéchèse

  • ACTIVITES PASTORALES DE L’ANNEE 2016-2017

    Télécharger le tract

    misericorde.pngDimanche 11 septembre 14H-17H

    Pèlerinage paroissial à la Porte Sainte à St Sébastien.
    Rendez-vous à la crypte de St Pierre à 14H. Fin 17H

     

     

     

     

     

    Saint Pierre.pngMardi 28 septembre salle St Vincent de Paul 20H30

    Etude biblique commune : la beauté de l’Eglise.

    Dates :    11octobre, 15 novembre, 13 décembre, 17 janvier, 28 février

                      21 mars, 25 avril, 16 mai, 20 juin.

     

     

     

    Saint Pierre.pngConnaissance de l’histoire de notre Eglise diocésaine

    3 jeudis pour commencer à la découvrir dans sa richesse… par le Père Jacques Bombardier les jeudis de 20H à 22H , Maison de l’Asnée les 13 octobre, 24 novembre et 15 décembre 2016.

     

     

     

     

    concert.pngDimanche 16 octobre 16H30        Musique sacrée

    à Bonsecours, Concert de la Toussaint

    Stabat Mater de Palestrina, Miserere d’Allegri…

    Autres concerts : 11 décembre concert de Noël,

    26 février en l’honneur de Stanislas, 23 avril concert de Pâques et

    25 juin, concert de Pentecôte.        

     

     

    misericorde.pngDimanche 13 novembre à Bonsecours et à St Pierre

    Durant les messes, clôture de l’année Jubilaire de la Miséricorde.

     

     

     

     

     

     

    bible.pngRécollections bibliques

    Samedi 19H30-22H avec pique nique, dimanche 9H15-12H avec messe

    Salle St Vincent de Paul.  

    10-11 décembre 2016      Abraham
    11-12 février 2017            David
    18-19 mars 2017                Moïse

        

          

    fourier.pngalix.pngConcert lecture   Connaissance de notre patrimoine spirituel.

    Cette année, St Pierre Fourier et Bienheureuse Alix Le Clerc

    Dimanches 29 janvier et 5 février 2017. 16H30-17H30 Bonsecours

     

     

     

     

     Saint Pierre.png  Samedi 4 mars 2017 avec le secteur de Nancy

    Pèlerinage à Toul aux sources de notre Eglise diocésaine.

     

     

     

     

     

    Saint Pierre.pngDimanche 2 avril   14H30- 17H30

    Un après-midi pour découvrir la riche histoire religieuse de Nancy

     

     

     

     

     

    troyes.pngJeudi de l’Ascension

    « Dans le cadre de la connaissance religieuse de notre nouvelle région du Grand Est, pèlerinage à Troyes ».

     

     

     

    foi.pngApprendre à exprimer et partager sa foi.

    Plusieurs propositions seront faites durant l’année pour progresser dans cette transmission et expression de notre foi à l’école de B’Abba.

  • Pour approfondir la lecture de la Bible… VILLES ET LIEUX DE TERRE SAINTE

    Sous forme de courte récollection :

    Samedi 19H30-22H

    Dimanche 9H-11H et messe

    Paroisse St Pierre
    Salle St Vincent de Paul

    Sous l’église, rue Lionnois, en face de l’ancien établissement français du sang.

    12-13 décembre 15, Bethléem et Nazareth

     

    bé.png

    na.png

     

    30-31 janvier 16, Capharnaüm

     

    k.png

     

    5-6 mars, Jérusalem

    jér.png

  • LECTURE COMMUNE DU PROPHETE MICHEE

    MICHÉE.png

                                        A chaque séance :

     

    -        lecture d’un chapitre

    -        échange sur le texte lu à l’avance : quel écho a ce texte dans mon cœur, dans mon expérience, dans l’histoire.

    -        Enseignement : remise dans le contexte, reprise de l’échange et explications.

    -        Prière

     

    Dates des rencontres

    Salle Saint Vincent de Paul, sous l’église, rue Lionnois, en face de l’ancien Etablissement Français du Sang.    20H30 précises - 22H

    Lancement : mardi 29 sept. 20H30-22H salle St Vincent de Paul

    MARDIS

    10 novembre             
    15 décembre             
    5 janvier                    
    27 janvier    
    2 mars       
    19 avril    
    3 mai  
    7 juin

  • A propos de confirmation…

                Un groupe de jeunes de notre paroisse se préparent à recevoir ce sacrement.

    … Sacrement qui n’est pas facultatif : un chrétien est fait fils/fille de Dieu par le baptême, la confirmation et l’eucharistie…

                Or nous donnons de moins en moins ce sacrement… on le voit dans les préparations au mariage où les futurs mariés sont rarement confirmés - alors qu’il faut l’être normalement pour se marier – ou dans les préparations au baptêmes pour les parrains ou marraines… sans parler des parents.

                Pas étonnant que notre Eglise de  France soit faible… si peu des membres sont confirmés !

                Alors j’adresse un appel aux adultes qui ne sont pas confirmés : qu’ils se fassent connaître et nous préparerons avec eux ce sacrement. Il n’y a pas d’âge pour être confirmé !

    Père Jacques Bombardier curé

  • Lecture du catéchisme de l’Eglise catholique - sixième fiche

    N° 249 à 260

    bible.jpg

    TRINITE EN SOI

    249 – Le mot « Trinité » n’est pas dans l’Ecriture mais la réalité trinitaire est une réalité d’abord existentielle : nous sommes tous baptisés « au nom du Père et du Fils et du St Esprit », les deux « et » successifs montrant l’unicité de Dieu. Un chrétien c’est un frère ou une sœur du Christ, une fils ou une fille bien aimée du Père et un temple de l’Esprit. La vie chrétienne est une vie EN la Trinité.

    250 – Il fallut du temps pour trouver les formules justes pour parler d’un tel mystère ! Ce fut l’œuvre des grands Pères de l’Eglise et des Conciles. Il ; fallut trouver des « mots » : 

    + Substance divine=essence divine= nature divine servent à dire Dieu dans son UNICITE . Il n’y a pas 3 dieux ! Chacune des personne divine est Dieu tout entier (253)

                + Personne=hypostase servent à désigner le Père, le Fils et l’Esprit dans leur distinction réelle (ce n’est pas le même Dieu qui serait tantôt Père, tantôt Fils …) Dieu est unique mais pas solitaire (254)

                + Le mot « relation » dans relations trinitaires explicite le fait que les personnes divines sont sans cesse en référence les uns aux autres. Le Père est sans cesse Père par rapport au Fils qu’il engendre et à l’Esprit qu’il donne ; de même le Fils est toujours l’engendré du Père et l’Esprit l’Envoyé (= procédé) (et non pas le 2ème fils !) ; l’Esprit est celui qui procède du Père et du Fils, du Père par le Fils. (255)

    Voir le magnifique résumé de ST Grégoire de Naziance au n° 256.

    TRINITE A L’ŒUVRE

    Dieu est en soi trinité, échange d’amour éternel, béatitude d’amour éternelle et il n’a pas besoin de nous ni d’aucune créature. Il se suffit à lui-même dans ces relations trinitaires.

    Le n° 257 se fondant sur la Révélation, explique que Dieu a voulu se communiquer, se donner hors de lui-même, pour offrir sa vie à la créature qu’il faisait. C’est le DESSEIN BIENVEILLANT de DIEU : pure gratuité d’amour, sans d’autre raison que l’amour porté à la création ! Ce dessein, c’est la création, l’histoire du salut dans les missions du Fils et de l’Esprit, que prolonge la mission de l’Eglise.

    Ce dessein est l’œuvre des trois personnes divines chacune selon sa mission personnelle. (258)

    C’est dans ce dessein que Dieu est connu comme Trinité Une. La vie chrétienne est une doxologie (= louange) au Père au Fils et à l’Esprit. (259)

    Le but de ce dessein : l’entrée des créatures dans l’unité parfaite de la Bienheureuse Trinité. Voilà pourquoi et « pour quoi » nous sommes créés. Mais ce but commence dès maintenant dans l’inhabitation divine dans notre cœur.(260) 

    PRIERE DE LA BIENHEUREUSE ELISABETH DE LA TRINITE

    Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

    O mon Dieu, Trinité que j'adore,
   aidez-moi à m'oublier entièrement
pour m'établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l'éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
 ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte
 plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
 Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
 votre demeure aimée et le lieu de votre repos; 
que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
 tout éveillée en ma foi, tout adorante,
 toute livrée à votre action créatrice.      
    O mon Christ aimé crucifié par amour,
je voudrais être une épouse pour votre coeur; 
je voudrais vous couvrir de gloire,
je voudrais vous aimer...jusqu'à en mourir!
Mais je sens mon impuissance et
 je Vous demande de me revêtir de Vous-même,
d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre Âme;
 de me submerger, de m'envahir, de Vous substituer à moi,
 afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie.
 Venez en moi comme Adorateur,
comme Réparateur et comme Sauveur.    
    O Verbe éternel, parole de mon Dieu, 
je veux passer ma vie à Vous écouter,
je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous; 
puis, à travers toutes les nuits, tous les vides,
toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et 
demeurer sous votre grande lumière.
 O mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse 
plus sortir de votre rayonnement.       
    O Feu consumant, Esprit d'amour,
 survenez en moi afin qu'il se fasse en mon âme
 comme une incarnation du Verbe;
 que je Lui sois une humanité de surcroît,
 en laquelle il renouvelle tout son mystère.

    Et vous, ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature, 
ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel
Vous avez mis toutes vos complaisances.O mes Trois, mon Tout, ma Béatitude,
Solitude infinie, Immensité où je me perds,
 je me livre à Vous comme une proie;
ensevelissez-vous en moi, 
pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant
 d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs

    Ainsi soit-il

    Télécharger le fichier

  • Lecture du catéchisme de l’Eglise catholique - cinquième fiche

    du n° 232 à le Père.

    trinite_initiale-t_angleterre-medievale.jpg

    232-34 : le texte rappelle que nous sommes baptisés au nom de la Ste Trinité et que c’est en son Nom que nous commençons toute prière. « Au nom » un seul Dieu… et non pas « aux noms ».

    Ce qu’on appelle « le mystère de la Ste Trinité »  (le mot n’est pas dans le Nouveau testament) est le coeur de notre foi : nous héritons de nos frères aînés les juifs, la confession du DIEU UN ; le Christ nous fait découvrir que cette UNICITE est le fruit d’une communion intense entre le Père le Fils et l’Esprit.

    236 : paragraphe plus technique mais clé. Theologia = Dieu en soi, en son intimité, dont le mystère est inconnaissable ;  Oïkonomia (Economie)= les actions par lesquelles Dieu se révèle dans l’histoire des hommes et leur communique sa vie. On ne connaît Dieu que par l’Economie mais l’intimité divine ainsi connue éclaire les actions de Dieu.

    237 : Ce mystère trinitaire de Dieu n’est connu que dans la foi. C’est la confiance en la Parole de Dieu (Ancien testament) et en celle de Jésus qui nous ouvre à ce mystère.

    238-242 : Les Pères disaient : «  Le Père est révélé dans l’Ancien Testament et le Fils suggéré ; dans le Nouveau le Fils est manifesté et l’Esprit Saint annoncé ; l’Esprit est expérimenté dans l’Eglise. »

    239 : le mot Père désigne deux choses : Dieu est à l’origine, à la source de tout ce qui est. Il est l’auteur de tout et l’autorité sur tout. Mais en même temps, il est bonté et tendresse pour toutes ses créatures. Osée nous montre Dieu Père/mère avec les images de parents avec leur nourrisson.

    « Ephraïm est-il donc pour moi un fils si cher, un enfant tellement préféré que chaque fois que j’en parle, je veuille encore me souvenir de lui ? C’est pour cela que mes entrailles s’émeuvent pour lui, que pour lui déborde ma tendresse, oracle du Seigneur. »  Jérémie 31/20)

    « Quand (tu) étais jeune, je t’aimai et de l’Egypte j’appelai mon Fils... Et moi je t’ai appris à marcher, je te prends dans mes bras, je te mène avec des attaches humaines, avec des liens d’amour. Je suis pour toi comme ceux qui soulèvent un nourrisson tout contre leur joue, je m’incline vers toi et je te fais manger... Comment t’abandonnerais-je ? »

    (Osée 11/1-4 et 8)

    Mais attention : ce langage de la foi est vrai et faux : Dieu n’est pas père comme nous le sommes, même si la foi emprunte son langage à l’expérience humaine ! Personne n’est père comme Dieu !

    240 : Jésus a révélé que Dieu est d’abord Père du Fils qu’il est ! Et pourtant même cette expression doit être corrigée : le Fils n’est pas plus jeune que le Père comme dans les relations humaines ! Etre Père, c’est se donner tout entier au Fils ; être fils, c’est se recevoir tout entier du Père.

    242 : c’est  ce que veut dire « CONSUBTANTIEL » : non seulement Dieu et le Christ sont « de même nature divine » mais ils sont « un seul être vivant, une seule substance ». D’où les titres donnés à la suite de cette affirmation dans le Credo » : « engendré du Père, lumière de lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu ».

    243-246 : Jésus annonce la venue de l’Esprit. Jusque là compris comme une force qui s’emparait des prophètes pour les faire prophétiser ou des rois pour qu’ils gouvernent, l’Esprit est annoncé par le Christ comme une Personne – le Paraclet, le Consolateur et non la Consolation -  qui viendra après le départ du Christ Ressuscité. D’où l’expression de t Grégoire de Naziance : « l’Esprit est expérimenté dans l’Eglise ». Et sa venue achève la révélation du mystère intime de Dieu.

    246-7-8 : le fameux filioque, pomme de discorde entre orthodoxes et catholiques pour eux motifs :

    a) 247 : les circonstances de l’ajout de cette formule dans un credo établi au concile de Nicée-Constantinople par une habitude liturgique qui n’a pas été discutée avec toute l’Eglise qui a écrit et voté le texte du Credo.

    b) 248 : les orthodoxes et les orientaux en général (y compris ceux qui sont catholiques) ont une vision dynamique et économique de la Trinité : le Père source de tout engendre le Fils et envoie l’Esprit par le Fils. Les Occidentaux ont une vision plus statique et plus égale de la Trinité. En Occident on aime l’égalité des personnes et sutout on aime dire que l’Esprit est aussi l’Esprit du Fils en ce sens qu’il n’annonce pas autre chose que ce que  le fils a annoncé ! (Contre la théorie des 3 âges qui sera développée au Moyen Age : l’âge du Père auquel succède l’âge du fils (âge de l’institution) auquel succède l’âge de l’Esprit (libération de toute institution au profit d’une spontanéisme inspiré) (cf théorie de Joachim de Flore qui a inspiré beaucoup de penseurs jusqu’à Marx y compris).

     Voici un bon résumé de la question du point de vue des sources bibliques.

    L’expression « filioque » fut ajoutée vers la fin du 7ème s. par l’Eglise latine au symbole de Nicée (325) –Constantinople (381). Elle signifie que le Saint Esprit procède du Père « et du Fils » comme d’un seul principe. Cet ajout s’appuie principalement sur Saint Augustin. Il vise aussi à maintenir plus fermement la consubstantialité du Père et du Fils.

    La modification n’est pas acceptée par les Grecs, même si au concile d’union de Florence (1439) les deux parties se soient retrouvées d’accord sur le caractère justifié du « filioque ». Aujourd’hui, catholiques et orthodoxes reconnaissent cependant que la question du filioque fut un prétexte au schisme (1054) plus qu’une cause réelle.

    Pour les orthodoxes, le Père seul est le principe sans principe des deux autres Personnes trinitaires, l’unique source du Fils et du Saint Esprit. Le Saint Esprit tirerait donc son origine du Père seul, comme le confirme Mt 10, 20 : « Ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parlera en vous ».

    Mais si nous prenons Ga 4, 6 : « Et la preuve que vous êtes des fils, c'est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! », ce sont plutôt les catholiques qui semblent avoir raison.

    Compliquons encore les choses : Jn 15, 26 : « Lorsque viendra le Paraclet, que je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il me rendra témoignage ». Les orthodoxes ont raison de dire que « l’Esprit vient du Père » ; les catholiques ont raison de dire que c’est Jésus qui nous l’envoie d’auprès du Père…

    La compréhension commune, qui respecte les divers passages bibliques qui font allusion à l’envoi de l’Esprit serait : « le Père nous envoie l’Esprit par le Fils », comme semble l’enseigner Ac 2, 32-33 : « Dieu l'a ressuscité, ce Jésus ; nous en sommes tous témoins. Et maintenant, exalté par la droite de Dieu, il a reçu du Père l'Esprit Saint, objet de la promesse, et l'a répandu. » 

    Télécharger le fichier

  • Photos de la mission de Noël

    Pendant la Mission de Noël espérance pour tous, nous avons accueilli au repas paroissial de cette mission (nous étions 110) un groupe des Travailleuses missionnaires de Domremy qui a présenté plusieurs danses ou mimes de passages de l'Evangile pour nourrir aussi notre réflexion... et nous réjouir davantage ensemble.

    P1010269.JPG

    P1010271.jpg

    P1010272.jpg

    P1010274.jpg

    P1010276.jpg

    P1010283.jpg

    P1010285.jpg

  • Lecture du catéchisme de l'Eglise catholique - quatrième fiche

    n° 175 à 227 : Les symboles de la foi et la foi en Un seul Dieu.

    bible.jpg


    Les n° 185 à 197 présentent les formules pour professer sa foi. Car comme le dit le n° 185 : « la communion dans le foi a besoin d’un langage commun de la foi. » qui soit normatif pour tous, qui s’impose à tous. Le n° 186  explique comment cette formule de foi a été composée et le 188 ce qu’est un symbole de foi.

    Le symbole de foi baptismal 189-90 est composé d’une manière spécifique pour que le baptisé professe bien la foi en la Trinité : c’est celui que nous utilisons à la Vigile pascale pour renouveler nos promesses baptismales. La confession de foi est composée en articles c’est-à-dire en propositions articulées entre elles.

    Les n° 192-195 rappellent quelques-uns des nombreux symboles de foi qui ont existé dans l’Eglise et présentent les deux le plus couramment utilisés avant d’affirmer que le catéchisme suivra le Symbole des Apôtres (196). J’insiste sur le n°197 : « Réciter le credo, c’est entrer en communion avec le Père, le Fils et l’Esprit Saint, c’est entrer en communion avec l’Eglise tout entière. »

    Je crois en Dieu « le premier et le Dernier, commencement et fin,

    Le Père , première personne de la Trinité, Créateur car la création est le commencement et le fondement des œuvres de Dieu. » (198)

    Tout le symbole parle de Dieu et de l’homme et du monde par rapport à Dieu. (199). Je crois en UN SEUL Dieu dit le symbole de Nicée – Constantinople, ce que ne fait pas celui des apôtres. C’est toute l’œuvre d’Israël guidé par Moïse et les prophètes de porter la révélation que Dieu est l’Unique. (201). Et même si la foi chrétienne affirme que Jésus est Seigneur (=c’est-à-dire Dieu), elle confirme l’héritage juif : nous croyons en un seul Dieu, communion du Père du Fils et de l’Esprit Saint. (202. Voir la citation du Concile de Latran IV)

    Cette confession de l’Unique Dieu est le témoignage d’Israël à qui Dieu s’est d’abord révélé : n° 203-204. Le catéchisme fait alors l’inventaire des Révélations successives et progressives de Dieu.

    205 : le Dieu Vivant, fidèle compatissant qui va libérer son peuple. Celui qui est : le sommet de la révélation à Moïse au Buisson ardent. Nom mystérieux – on ne saura jamais totalement qui est Dieu – le Dieu qui se révèle reste le Dieu caché, son Nom est ineffable, on ne doit pas le prononcer. (206) En fin de compte, on peut dire « je suis celui qui suis » mais aussi « je serai celui que je serai » mais aussi « j’étais qui j’étais » mais aussi « je suis qui je serai », « j’étais qui je suis, j’étais qui je serai »… Souvent l’Ecriture dit « Je suis » d’une manière absolue. Je suis l’Eternel, c’est-à-dire je suis le Dieu de tes Pères (Ex 3/6 passé) je suis avec toi (présent) je serai avec toi (Ex 3/12 futur).(207) Devant une telle grandeur, l’homme découvre sa petitesse : 208… que ce soit Moïse devant le Buisson ou Pierre devant Jésus dans la barque. C’est pourquoi l’homme ne prononce pas le Nom de Dieu. (209)

    Dieu de tendresse et de pitié (210-211) C’est le complément de la révélation du Buisson, c’est la révélation à Moïse dans l’anfractuosité du rocher. Première révélation que pour Dieu, Etre, c’est Aimer. (211). Approfondissement de la révélation que Dieu est : (212-213). La découverte du Dieu créateur, maître de l’histoire, le Dieu qui est toujours le même, fidèle à ses promesses,… Dieu Est : il est la plénitude de l’Etre, de toute perfection, sans origine ni fin. Toutes les créateurs ont reçu de Lui l’Etre.

    Pour Dieu, Etre c’est Aimer et Etre Vérité. (214-221) Celui qui Est, est Celui qui riche en grâce et en fidélité. Ce qu’Il dit, il le fait toujours, il est la Vérité même et le péché a justement été un mensonge ! Le Dieu qui Est, qui Aime et qui est Vérité est le Créateur qui tient le monde dans la Vie et l’ordre. (216). Malgré  tout, l’Etre de Vérité qu’est Dieu est aussi le Pardon qu’Israël a expérimenté longtemps et que les Chrétiens ont contemplé sur la Croix du Christ. « Dieu n’a cessé de sauver son peuple…Cet amour de Dieu est plus fort que l’amour d ‘une mère pour ses enfants, Dieu aime son  peuple plus qu’un Epoux aime sa bien- aimée, cet amour est vainqueur même des pires infidélités… » jusqu’à la mort sur la Croix !(218-19-20):« Père pardonne-leur ! »

    St Jean conclut ce « portrait de Dieu », héritier de toute l’expérience biblique : Dieu est Amour.(221)

    Les numéros 222-227 tire les conséquences pour notre vie de cette foi biblique en UN SEUL DIEU : Voilà quelques clés pour vérifier si notre vie est suffisamment le reflet de notre proclamation de foi !

    223 : connaître la grandeur de Dieu, vivre en sa Présence et le servir en premier.

    224 : vivre dans l’action de grâces puisque tout ce que nous sommes, nous l’avons reçu de Lui !

    225 : connaître l’unité et la vraie dignité de tous les hommes, créés par Dieu à sa ressemblance.

    226 : Bien user des choses créées comme données par Dieu… selon le belle prière de St Nicolas de Flue citée dans le catéchisme.

    227 : vivre dans la totale confiance en Dieu… Selon la belle prière de Ste Thérèse d’Avila.

    Imprimer le fichier