Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sanctuaire Notre-Dame de Bonsecours - Page 4

  • Bénédiction du nouvel orgue par Monseigneur Papin

    Mais où est cet orgue ?

    orgue.jpg

    Prière prononcée par Monseigneur Papin pour la bénédiction du nouvel orgue :
     
    Seigneur Notre Dieu, beauté toujours ancienne et toujours nouvelle, ta Sagesse garde l’univers dans l’harmonie, ta grâce donne à la terre sa beauté.
    A toi la louange incessante des chœurs des anges qui contemplent la splendeur de ta Face !
    A toi le chant des étoiles dans leur course régulière à travers l’univers !
    A toi l’acclamation unanime des rachetés qui te chantent, Dieu Saint, dans leur cœur, de leurs lèvres, par leur vie !
     
    Nous aussi ton peuple saint assemblé dans cette église, nous voulons joindre nos voix à ce concert universel, et pour que notre chant  qui monte vers Toi soit plus digne de ta Gloire,  nous Te demandons de bénir + cet orgue pour qu’il accompagne de son harmonie nos louanges et nos prières.
     
    Daigne aussi bénir tous les musiciens qui le feront sonner : que ton Esprit les inspire  afin qu’ils rendent gloire à ton Nom et soutiennent le chant de l’assemblée.
     
    Et comme cet instrument ne fournit qu’une seule musique à partir d’une multitude de tuyaux et de la richesse des timbres, fais de tous les membres de ton Eglise un seul peuple, le Corps de Ton Fils lui qui règne pour les siècles des siècles.
     
    EVEIL DE L'ORGUE 
    L’Evêque interpelle l’orgue qui répond en jouant :
     
    Eveille-toi, orgue instrument sacré :
     
    Entonne la louange de Dieu notre Créateur et Père
     
    Eveille-toi, orgue instrument sacré, célèbre Jésus notre Seigneur, mort et ressuscité pour nous
     
    Orgue instrument sacré, chante l’Esprit Saint qui anime nos vies du souffle de Dieu. 
     
    Orgue instrument sacré, élève nos chants et nos prières vers Marie, la mère de Jésus
     
    Orgue instrument sacré, fais entrer l’assemblée des fidèles dans l’action de grâce du Christ.
     
    Orgue instrument sacré, apporte le réconfort de la foi à ceux qui sont dans la peine
     
    Orgue instrument sacré, soutiens la prière des Chrétiens.
     
    Orgue instrument sacré, proclame Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
     

    Si cet orgue invisible vous intrigue, il vous sera présenté lors du

    concert inaugural qui aura lieu dimanche 30 mars à 16 h

    par Maître Frédéric Mayeur, organiste de l’église Saint-Eucaire de Metz

  • ORGUE DE BONSECOURS, BENEDICTION, CONCERT INAUGURAL

    220px-Organist-1568.png      Un des éléments importants de toute célébration chrétienne, c’est le chant de l’assemblée, louange, supplication, pénitence… Chez nos frères d’Orient, il n’y a pas d’autre instrument dans la liturgie que la voix humaine.

         En Occident, à partir du XIè siècle, l’orgue fait son entrée dans les célébrations comme soutien des chants et comme soliste. Il devient un instrument sacré et celui de Bonsecours sera béni par l’évêque avant toute utilisation.

            L’orgue soutient le chant de l’assemblée et fait monter vers Dieu les prières des fidèles. Mais l’organiste peut aussi enrichir la vie spirituelle et intérieure des croyants par son  jeu de morceaux solistes ou d’improvisation comme après l’homélie où l’orgue commente, à sa manière, le texte évangélique lu. A l’entrée de la célébration, il fait entrer dans le mystère de Dieu et à la sortie, il prolonge et exprime la joie de la Résurrection qui vient d’être vécue par l’assemblée.

       Le patrimoine du répertoire d’orgue est d’une extraordinaire richesse : pensons aux œuvres de Jean-Sébastien Bach mais aussi à Buxtehude, Schütz, César Franck, Jean Langlais, Olivier Messiaen, Le Padre Soler, Grigny, Daquin, Clérambault…

     

    Le Coin des spécialistes.

    L’orgue déposé à Bonsecours, d’esthétique néo-classique, a été installé en 1954 à Vincennes par Victor Gonzalez. La console et la majorité de la tuyauterie proviennent d’un orgue américain Æolian-Skinner. Les sommiers, en chêne, sont l’œuvre de Gonzalez. Cet orgue de deux claviers et pédalier, est composé de plusieurs parties indépendantes : GO/Pédale, récit expressif, et console, la transmission étant électro-pneumatique. Tout ceci, qui peut paraître handicapant au premier abord, va se révéler être un atout majeur dans le cadre du projet de Bonsecours. En effet, il faut garder à l’esprit toutes les contraintes liées au caractère historique de l’édifice, notamment la règle absolue de ne pas occulter les fenêtres de façade et les trompe-l’œil des plafonds de la tribune, ceux-là même qui furent dégagés par le « démontage » de l’ancien orgue Cuvillier/Didier-Van-Caster. La tribune de Bonsecours comporte deux arcs en plein-cintre.  L’orgue de Vincennes en trois éléments, peut se loger sous les arcs et ainsi être dissimulé au maximum. La console est alors placée dans le même axe que la nef. Les travaux de transfert, de restauration et d’adaptation de l’orgue sont confiés à la Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues de Rambervillers.         

    270px-Organo_manuali_sancesareo.jpg

    Voici la Composition de l’instrument :

    Buffet grand orgue : contrebasse de 16 au pédalier, montre de 8, prestant de 4, bourdon de 8. Un plein jeu de 5 rangs et un cornet de 5 rangs. 

    Buffet récit : jeu principal de 8, salicional (Imite le violon) voix céleste et trompette de 8. 

    Les festivités

    Bénédiction de l’orgue par Mgr Jean-Louis Papin à la messe paroissiale de 18H le samedi 22 mars 2014. Vous y êtes tous invités.

    Le concert inaugural : le dimanche 30 mars 2014 à 16H par Maître Frédéric Mayeur titulaire des orgues de l’église St Euchaire à Metz.

    Entrée libre et quête à la sortie.

    Parlons finances !

    l-orgue-1476801117-1675036.jpgL’orgue coûte 51 000 euros

    (instrument, le démontage, la restauration, le remontage et l’harmonisation)

    Nous vous invitons à participer à cet achat en vous munissant de la feuille ci-jointe… achetant l’orgue tuyau par tuyau …un petit, un grand, un moyen, un jeu tout entier… !

    Il y a environ 700 tuyaux dans l’instrument…

    Merci d’avance de votre participation. Il n’y a pas de don inutile…

    Vous pouvez recevoir un reçu pour déduction fiscale de 66% en suivant scrupuleusement la démarche indiquée sur le bulletin de souscription.

  • Fête de l'Immaculée Conception

    2036998764.JPG

    A Bonsecours

    16H chapelet et 16h30 adoration 

    18H15 vêpres, oraison silencieuse et

    19H messe

  • Fête de la présentation de la Vierge au temple

    Presentation Marie.jpg

    Jeudi 21 novembre à Bonsecours

    18H15 vêpres suivies d’un temps d’oraison silencieuse guidée

    19 H messe pour Juliette BALBERDE

  • SOLENNITE DE NOTRE DAME DE BONSECOURS

    IMG_0816.JPG

    Mardi 21 mai

    20H30 BONSECOURS CELEBRATION DE LA PAROLE (Vigiles)

    Mercredi 22 mai 

    A Bonsecours : 16H chapelet, adoration du St Sacrement

    18H30 vêpres et 19H MESSE SOLENNELLE

  • Programme de l’année mariale de Bonsecours 2012-2013

    numérisation0003.jpg

    Vendredi 7 sept. Dédicace de l’église de Bonsecours (1741)      
    18H messe

    Samedi 8 septembre Nativité de la Ste Vierge
    17H30 vêpres de la fête et   messe à 18H

    Mercredi 21 novembre Présentation de la Vierge au Temple
    18H15  vêpres,  enseignement,  et  19H  messe

    Samedi 8 décembre Solennité de l’Immaculée Conception.   
    16H30 vigiles et 18H messe de la solennité

    Samedi 2 février  Présentation de Jésus au Temple
    17H30 vêpres de la fête et 18h  procession et messe

    Samedi 23 février
    18H messe pour le repos de l’âme de Stanislas et sa famille.

    Mardi 19 mars St Joseph.
    18H15  vêpres, enseignement, et  19H  messe

    Lundi  8 avril Solennité de l’Annonciation    
    Dimanche 7 : 18H vigiles de la Fête
    Lundi 8 : 9H laudes, 9H30 messe,
    16H chapelet,  17H-18H30 adoration,
    18H30 vêpres et 19 H messe

    Mercredi 22 mai Solennité de Notre Dame de Bonsecours                                                      
    Mardi 21 mai 18H Vigiles de la Fête                                             

    Mercredi 22   9H laudes 9H30 messe                                                      
    16H chapelet. 16H30-17H30 adoration                                         
    17H30 vêpres et 18H Messe

    Vendredi 31 mai  Fête de la Visitation 
    18H15  vêpres, enseignement, et  19H  messe

    Jeudi 15 août  Solennité de l’Assomption                 
    14 août :  18H messe et 21H30 Vigiles                                                     
    15 août  : 17H30 vêpres de la fête.

    Jeudi 22 août  Fête du Couronnement de la Vierge
    17H30 vêpres et 18H  messe

    Toutes ces liturgies de fêtes mariales sont animées par le chœur « La joie du Mélode ».              

     

    Thème de l’enseignement de cette année 2012-2013
    Nous continuons la lecture du Concile Vatican II dans le cadre du 50ème anniversaire de son ouverture le 11 octobre 1962 Par le Bienheureux Jean XXIII. Cette année, nous lirons les deux constitutions suivantes : Dei Verbum sur la Parole de Dieu et Sacrosanctum Concilium sur la liturgie.

    La neuvaine mariale du mois de Mai.
    Tous les dimanches du mois de Mai selon une antique tradition du Sanctuaire, a lieu un office marial qui comprend le chapelet médité ou un office biblique marial  suivi d’un temps d’adoration du Saint Sacrement animé et silencieux.

    Dimanche 5 mai : 16H30
    Jeudi de l’Ascension 9 mai : 16H30
    Dimanche 12 mai : 16H30
    Dimanche 19 mai PENTECÔTE : 17H30
    Dimanche 26 mai Fête de la Sainte Trinité : 16H30

    Chaque semaine à Bonsecours
    La messe est célébrée
    Le samedi : messe dominicale à 18H

    Le jeudi : messe de semaine à 18H  Suivie d’une adoration du St Sacrement jusqu’à 19H au cours de laquelle on prie pour la Ville de Nancy, nos concitoyens de l’agglomération et pour l’Eglise en cette ville.

    Le dimanche, la messe de 11H est la messe de la communauté polonaise, célébrée totalement en polonais.

    Télécharger le tract

  • Fête de la Vierge Marie, Reine

    Couronnement.jpg

    Le mercredi 22 août à Bonsecours :

    Vêpres à 17h 30 et messe à 18h

  • Itinéraire spirituel de la Vierge Marie. 11

    Descente de la croix.jpg

    Descente de la Croix, Giotto, chapelle Srovegni

    Nous retrouvons Marie au pied de la Croix, dans l’Evangile de St Jean (19/25) nommée la première, avant Marie de Magdala. Elle est appelée « Femme » comme à Cana et reçoit mission d’accueillir Jean comme son Fils. Pour St Jean, Marie est à côté de Jésus le Nouvel Adam, la nouvelle Mère des vivants (la Nouvelle Eve), elle est la Fille de Sion, le peuple saint personnifié, la Mère du peuple de Dieu.

    En revanche, tous les Evangiles sont muets sur une apparition du Christ Ressuscité à sa mère. Nous ne voyons réapparaître Marie qu’après l’Ascension, au milieu de la communauté des disciples qui attend la venue de l’Esprit Saint et qui le reçoit à la Pentecôte. Marie est au cœur de l’Eglise naissante, comme un lien entre « la famille naturelle » et « la famille des disciples, la famille née de la Parole et de la Foi ». (Actes des Apôtres 1 et 2)

    A un moment inconnu, Jean et Marie que l’Apôtre avait pris chez lui après la mort du Christ, se déplacèrent à Ephèse où la tradition rapporte la dormition de Marie. Le récit très long, très riche et très symbolique de cet événement est contenu dans un apocryphe – d’origine judéo-chrétienne de Jérusalem - très connu et très répandu dans l’Eglise dès la fin du IIème siècle : la Dormition de Marie.[1]



    [1] Voir analyse et citations dans Manns Heureuse … p. 165 à 179.

  • Itinéraire spirituel de la Vierge Marie. 1O

    Cana.jpg

    Jésus à Cana, Giotto, chapelle Srovegni

    Vers l’âge de 30 ans, Jésus commença sa manifestation messianique.

    D’après St Jean – notre meilleur chroniste – cette inauguration eut lieu en 28, à Cana, lors de noces auxquelles Marie avait été conviée. Peut-être était-ce dans sa parenté. Dans le dialogue entre Marie et son fils, on sent une certaine résistance de Jésus : « Femme, quoi entre toi et moi ? Mon heure n’est pas encore venue ». Il a saisi que sa mère le pousse, en quelque sorte, à remédier au manque de vin, par le don du vin messianique : « ils n’ont PAS de vin », a-t-elle dit.  Jésus répond que ce n’est pas encore le moment, l’Heure…mais, il agit comme Marie avait demandé. Le caché de Nazareth devient le Manifesté de Cana.

    Ensuite, pour la première fois, Jésus « descend à Capharnaüm, lui, sa mère, ses frères et ses disciples » (Jn 2/12) « Mais ils n’y restèrent que peu de jours à cause de la fête de Pâque toute proche. Jésus monte à Jérusalem. » (Jn 2/13) Avec ou sans Marie ? l’Evangile ne dit rien. Comme elle sera à ses côtés pour la dernière Pâque de 30 et assistera à la crucifixion, on peut penser que pour les fêtes, Marie montait à Jérusalem avec le Christ et qu’au moins à certains, moments elle était dans le groupe des disciples.

    Car d’autres épisodes supposent que Marie n’était pas avec Jésus. A un moment du ministère de Jésus en Galilée, les « frères »,- la famille – trouvent qu’il en fait un peu trop. Profitant d’un séjour de Jésus à Capharnaüm, « ils partirent pour se saisir de lui car ils disaient : il a perdu le sens. » Seul St Marc nous rapporte cet épisode.(Mc 3/20-21) Pour venir chercher Jésus, ils ont pris avec eux Marie, pensant sans doute mieux attirer Jésus. Ils restent dehors et font appeler Jésus : « ils lui disent : Voici ta mère et tes frères et tes sœurs – une belle délégation – dehors ils te cherchent. » Et Jésus de répondre après avoir regardé à la ronde ses disciples assis autour de lui : « Qui est ma mère et mes frères ? Voici ma mère et mes frères : qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi frère et sœur et mère ! » (Mc 3/31-35) St Jean note lui aussi que les frères de Jésus ne croyaient pas en lui de son vivant. Marie semble seule au sein de la famille à Nazareth, à croire en son fils et à se mettre à son écoute comme un véritable disciple.

  • Itinéraire spirituel de la Vierge Marie. 9

    Jésus au temple.jpg

    Jésus au Temple, Giotto, chapelle Scrovegni

    Rien ne vient troubler la vie de Nazareth. Jésus observe toutes les choses qui réapparaîtront plus tard dans son enseignement, en particulier les gestes de la vie quotidienne qu’il exploitera dans ses paraboles. Jésus est initié à la vie religieuse par Joseph avec qui il va régulièrement à la synagogue pour les sabbats. La semaine l’enfant apprend à lire, à écrire et à compter ainsi que la loi juive à l’école de la synagogue. A la maison, tout est repris et médité avec Marie pour vivre la Loi de Dieu avec intériorité.

                Un seul fait émerge de cette sainte monotonie : le pèlerinage à Jérusalem pour la Pâque aux douze ans de Jésus et sa rencontre avec les docteurs. Robert Aron raconte cela merveilleusement : « les docteurs l’ont accueilli comme ils avaient coutume de le faire pour les enfants nouveaux venus qui préparaient ou accomplissaient leur initiation religieuse, leur bar-mitswa. Ce devait donc être parmi les docteurs au temps de Jésus, un usage assez fréquent que d’accueillir les enfants en période d’initiation soit afin de vérifier leurs connaissances soit afin de les faire participer à des dialogues incessants sur la Loi qui constituera un procédé propre à la recherche religieuse juive : dans ce cas le nouveau venu n’est pas simplement un auditeur, il pouvait faire des suggestions et apporter des critiques. Les docteurs n’étaient pas pour lui des maîtres parlant ex cathedra mais des partenaires ou des guides dans cette véritable « tribune libre » que constituait la tradition rabbinique. »[1] Certains opposent à cette vision que la bar-mitswa n’apparaît dans nos textes juifs qu’au XIVème siècle. Peut-être mais des textes du talmud du temps du Christ affirment explicitement la majorité religieuse du garçon à 13 ans  - « à 13ans, on accepte les commandements » dit la Mishna Abot 5/24 – et le talmud est rempli d’histoires édifiantes de choix de Dieu à 13ans. En tout cas, l’événement raconté par Luc s’insère parfaitement dans les traditions juives sur cet âge !

    Marie et Joseph sont confrontés assez violemment à l’absence de Jésus qu’ils ne retrouvent que le 3ème jour, après beaucoup d’angoisse et à sa personnalité qui s’affirme en face d’eux : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne savez-vous pas que je dois être aux affaires (choses) de mon Père. ». Il reste que Marie remet Jésus sous l’autorité de Joseph et fait comprendre à son fils que son lieu d’apprentissage « des affaires de son Père » n’est pas dans le Temple mais à Nazareth : il y consent aussitôt, repart avec eux à Nazareth et « il leur était soumis, grandissant en âge, en taille et en sagesse devant Dieu et les hommes ». St Luc note que ni Marie ni Joseph ne comprirent vraiment ce que leur jeune enfant voulait dire. L’angoisse devait tout empêcher, mais la méditation de Marie reprit à leur retour à Nazareth. Peut-être Marie mit-elle cet épisode en rapport avec la geste du jeune Samuel dans le temple de Silo, avec le souvenir contenu dans le livre des Rois (1 R 2/12) que Salomon commença à régner à l’âge de 12 ans ou encore avec le précepte mosaïque demandant à tout fils d’Israël de prendre sur lui la Loi et de devenir un fils de la Loi.

    Après cet épisode jérusalémite à 12 ans, tout retourne au silence et au secret de Nazareth pour 18 années. Même vie simple, effacée de joie, de travail et de peine au sein de la communauté villageoise entrecoupée de voyages à Séphoris et de séjour à Jérusalem.


    [1] Robert Aron  Les années obscures de Jésus Grasset 1960 p.142

  • Itinéraire spirituel de la Vierge Marie. 8

    La fuite en Egypte.jpg

    La fuite en Egypte, Giotto, chapelle scrovegni

     

    Commence alors 30 années de vie cachée, d’humble vie de paysan, de constructeur de maison, d’objets en bois, de charrues, 30 années de vie ordinaire, faite de joies, de fêtes et de drames dont celui, à un moment inconnu, de la mort de Joseph. Travaux à Nazareth et peut-être dans les villes et villages voisins, - Séphoris est en pleine reconstruction à,l’époque – voyages à Séphoris pour y vendre les produits des travaux des champs et de vergers, voyages -pèlerinages à Jérusalem pour les grandes fêtes juives qui ponctuent l’année qui est toujours « « une année sainte ».

     

    Le couple de Marie et de Joseph est un vrai couple, uni par l’amour et la joie de vivre ensemble. C’est un couple qui n’a pas eu d’autres enfants. Jacques et Joseph ou Joset qu’on présente comme les « frères de Jésus » dans l’Evangile sont les enfants d’une autre Marie (selon Mt 27/56 et Mc 15/40) que Jean dénomme femme de Clopas (19/25) : ce sont donc des cousins du Seigneur. Jude et Simon qui sont nommés après eux n’ont pas une parenté plus proche ! Enfin, à la mort de Jésus, le fait de confier Marie à Jean l’Apôtre confirmerait ce caractère de fils unique de Jésus. Il nous faut donc reconnaître comme une donnée des Evangiles le caractère de fils unique de Jésus.[1] La tradition de l’Eglise a de plus affirmé depuis toujours la virginité de Marie donc l’absence de relation conjugale entre Marie et Joseph. La mentalité actuelle a du mal à accepter une telle situation, certes extraordinaire ; aussi je voudrais simplement évoquer ici un mariage semblable, tout près de nous, celui de Jacques et Raïssa Maritain.

     

    Vœu de virginité du couple Raïssa et Jacques Maritain.

    Jean-Luc Barré Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du Ciel. Stock  1997 p. 162 à 166

                A leur retour de Hollande, le 2 octobre 1912, à la cathédrale de Versailles, Raïssa et Jacques Maritain prononce un voeu définitif qui engage toute leur vie de couple. Ce vœu sera tenu secret jusqu’à la publication hors commerce du Journal de Raïssa, 50 ans plus tard. Jacques Maritain donne la note suivante pour expliquer ce vœu :

                « C’est après avoir pris longuement conseil du Père Clérissac et avec son approbation et ses avis, que d’un commun accord, nous avons décidé de renoncer à ce qui dans le mariage, ne satisfait pas seulement le besoin profond de l’être humain, chair autant qu’esprit, mais est chose légitime et bonne en soi, et avons renoncé du même coup à l’espoir de nous survivre en des fils ou des filles. Je ne dis pas qu’une telle décision fut facile à prendre. Elle ne comportait pas ombre de mépris pour la nature mais dans notre course vers l’absolu et notre désir de suivre à tout prix, tout en restant au monde, au moins un des conseils de la vie parfaite, nous voulions faire place nette pour la recherche de la contemplation et de l’union à Dieu et vendre cette perle précieuse des biens en eux-mêmes excellents. L’espérance d’un tel but nous donnait des ailes. Nous pressentions aussi, et cela a été une des grandes grâces de notre vie, que la force et la profondeur de notre mutuel amour s’en trouveraient accrues comme à l’infini.

                Le vœu définitif dont il est question ici dans les notes de Raïssa avait été précédé d’un vœu temporaire d’une année. Maintenant qu’elle et moi, d’une manière ou d’une autre, en avons fini avec cette terre, je ne me sens plus tenu au silence que nous avons toujours gardé sur ces choses. »

                Nous sommes 11 ans après leur première rencontre et 7 ans après leur mariage. Rien ne laisse supposer que leur vie de couple ait été autre que celle de tous les couples amoureux. Raïssa écrit : « l’essence de l’amour est dans la communication de soi, avec plénitude d’allégresse et de délices dans la possession du bien aimé. »

                René Mougel grand connaisseur de Maritain écrit :

                « Le vœu de chasteté des Maritain n’était pas le fait de deux religieux vivant ensemble et prononçant un vœu de portée générale. Il était le fait de leur couple et les engageait l’un envers l’autre. Il importe de comprendre que non seulement le vœu des Maritain ne rompait pas dans leur mariage l’intimité de vie et  de communion des époux (alors que le vœu de chasteté des religieux les établit précisément hors de cette condition du mariage) mais que paradoxalement peut-être, ce vœu prononcé au sein de leur mariage, soudait encore leur couple dans la décision commune qui les engageait l’un envers l’autre, naturellement pour un but autre qu’eux-mêmes, qu’il n’est pas difficile de deviner. »

                Jacques Maritain lui est explicite : « Une des fins du  mariage, le compagnonnage spirituel entre époux pour s’aider mutuellement à aller vers Dieu, se trouvait affermie et réalisée de façon supérieure, dans l’amour foui pour Dieu. Quant à l’autre fin essentielle, la procréation, elle n’était pas reniée mais transférée à une autre place, c’est une progéniture spirituelle que ces époux attendaient de Dieu et c’est à elle qu’ils se donnaient. »  Amour et Amitié. cité p.164

                Comme le note Jean-Luc Barré, biographe des Maritain, « un engagement aussi absolu ne pourrait se comprendre s’il ne se fondait tout à la fois sur un amour d’une puissance hors du commun et sur une exigence de vie spirituelle, elle-même exceptionnelle. » (p.165)

                Les témoins nombreux qui fréquentèrent les Maritain à Meudon ou à New York, à Princeton et à Rome… essaient de rendre leur impression exceptionnelle lors de leur première rencontre avec le couple. Voici le témoignage d’Henri Massis : « Jacques Maritain m’accueillit en venant vers moi les deux mains tendues, le visage un peu penché, ce visage d’impressionnante pâleur, de la pâleur de ceux qu’éclaire la lumière du dedans. Derrière luis e tenaient sa femme et la sœur de sa femme. Ce qui me frappa, ce fut bien en effet, tout ce qui émanait de spiritualité, de lumineuse tendresse de ces êtres habités par la grâce. Et je sens encore sur nous l’exigeante ardeur des yeux  qui ne nous fixaient si fort que pour nous prendre dans leur lumière. Oui, nous avions le sentiment d’être soudain transportés dans un univers merveilleux de paix, de certitude, de joie : impression de bonheur qui venait d’au-delà du monde. » L’honneur de servir Paris Plon 1935

     

     

    Si deux simples fidèles ont pu comprendre un tel appel de la part du Seigneur et ont pu le vivre, pourquoi penser que c’est impossible pour Marie et Joseph, couple exceptionnel s’il en fut !!

     


    [1] D’ailleurs sur les 343 emplois du mot « adelphos » dans le NT, 268 sont au sens métaphorique ! dans la Bible grecque il signifie toujours « cousin » et couvre un large champ sémantique. Le seul emploi du terme cousin « anepsios » dans le NT est dans Col.4/10 par Paul qui parle grec et emploie la terminologie grecque pour dire  que Marc est le cousin de Barnabé. Le climat des Evangiles –Marc Mt et Jean- est sémitique et non pas grec.

     

  • Itinéraire spirituel de la Vierge Marie. 7

    Présentation de Jésus au temple.jpg

    Présentation de Jésus au temple, Giotto, chapelle Scrovegni

    Joseph, revenu de son effroi, va exercer pour Jésus sa mission de Père. Déjà lors de la circoncision de l’enfant ; huit jours après sa naissance. « Et quand sont accomplis les huit jours, pour sa circoncision, il est appelé par son nom, Jésus, comme il a été appelé par l’Ange avant qu’il ait été conçu dans le ventre de sa mère. » (Luc 2/21) Cette marque dans la chair de Jésus le fait entrer dans l’Alliance de ses pères selon le commandement donné par Dieu à Abraham et lui accorde le droit de participer un jour au culte. C’est un gage du salut et le nom qu’Il reçoit ce jour-là, rappelle ce salut et annonce la salut à venir : Jésus/ Josué/Yehoshua ou Yéshua signifie : « Dieu est généreux ou sauve ». St Matthieu nous précise que c’est Joseph qui donna à Jésus son Nom.

    Quarante jours après la naissance ont lieu simultanément deux événements : la présentation de Jésus au temple pour le rachat du premier-né et la purification de Marie. Tout cela montre la fidélité stricte de la famille de Jésus aux prescriptions de la Loi. Pendant ces quarante jours qui ont suivi la naissance, Marie s’est tenue à l’écart le plus possible : elle est impure – au sens de la loi – c’est-à-dire : en donnant la vie, elle a rencontré Dieu lui permettant de continuer de créer et comme elle a saigné, elle a été mise en contact avec la vie dont le sang est le symbole. Un rite doit maintenant la réintégrer dans le monde des humains, dans la vie sociale et lui permettre de retrouver son époux. St Luc parle de ce rite (2/22) mais seulement comme en passant – « et quand sont accomplis les jours de leur purification » - et s’attache surtout au second : le rachat du premier-né et la présentation à Dieu de l’enfant. Il cite explicitement le Lévitique pour le rachat des premiers-nés du bétail et des hommes en souvenir des premiers-nés des Egyptiens lors de la délivrance d’Egypte. Les deux petites colombes sont là pour le sacrifice de rachat. Mais Luc souligne surtout le côté intérieur de la démarche des parents : Marie et Joseph viennent surtout au Temple pour consacrer l’enfant à Dieu et manifester la propriété du Seigneur sur cet enfant.

    St Luc insiste sur la rencontre des jeunes parents portant l’enfant avec deux personnes âgées et saintes, Siméon (= Dieu a entendu ou celui qui écoute et obéit) et Anne (grâce, fille de Phanuel = face de Dieu). Tout est naturel et simple : les parents et l’enfant rencontrent le meilleur d’Israël, la part sainte du peuple qui attend le Messie et se trouve prête à l’accueillir dans la joie et la bénédiction. Dans ce climat intime, paisible, tout sous la mouvance de l’Esprit de Dieu, la bénédiction du vieillard élargit le rôle du Messie « à toutes les nations » tandis que sa prophétie introduit la future mission difficile de l’enfant devenu un  signe de contradiction en Israël et la passion du Fils qui associera sa mère à ce sacrifice.

    La prophétie de Siméon s’accomplit bien vite : la visite des nations en la personne des Mages venus d’Orient et en la fuite rendu nécessaire par la rage d’Hérode et son dessein de massacre. Le séjour en Egypte – nul ne sait où vraiment, mais le désert le long de la mer est très peuplé ! – fera déjà de Jésus un proscrit de son propre peuple. On peut deviner à travers tous ces événements  les peines et les angoisses de ce jeune couple avec leur petit enfant. Cet exil momentané s’achève avec la mort du tyran en 4 avant J C , mais la succession par Archélaüs interdit un séjour plus prolongé en Judée : le jeune couple remonte à Nazareth pour s’y réinstaller.