Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lire l’Évangile selon St Mathieu

  • Offices à Bonsecours

    Mercredi 7 septembre à 18h messe d'ANNIVERSAIRE DE LA CONSECRATION DE BONSECOURS

    Jeudi 8 sept. NATIVITE DE LA SAINTE VIERGE
    18H15 Bonsecours vêpres et enseignement sur le concile
    19H messe

    Nativité_Vierge_Marie.jpg

  • 4 St Mathieu : Jésus et la Loi

    Retrouvez les séquences précédentes dans la colonne à ci-contre è

    Meteore.jpg

     

    Dans la suite du discours, Jésus s’oppose à la lecture habituelle de la Loi (Torah) et même corrige cette loi ! « Vous avez appris qu’il a été dit Tu ne tueras pas mais moi, je vous dis, ne te mets pas en colère… » Non seulement Jésus corrige l’interprétation des docteurs de la Loi mais plus encore, ils e met au-dessus de la Loi donnée par Dieu… il se met à la place de Dieu. Cette prétention du Christ est inimaginable dans le Judaïsme.

    Le Rabbin américain Jacob Neussner[1] qui a écrit un magnifique livre sur le Christ et qui a beaucoup dialogué avec le Pape Benoît XVI explique que c’est la raison pour laquelle il ne peut pas devenir chrétien : il admire de nombreux enseignements de Jésus mais il ne peut pas suivre un homme qui se met au-dessus de la Torah, qui la corrige, ce que Seul Dieu peut faire. Neussner ne met pas en doute cette prétention de Jésus : il déclare ne pas pouvoir le suivre à partir de ce moment et il explique par là pourquoi de nombreux juifs n’ont pas pu franchir le pas pour devenir disciple de Jésus.[2]

    Les corrections que Jésus apporte à la Loi de Moïse ne sont pas données pour atténuer la force du texte mais au contraire pour renforcer l’exigence. Là où le texte ancien disait de ne pas tuer, Jésus demande de ne pas se mettre en colère contre son frère, de ne pas l’insulter verbalement. Là où la loi ancienne demandait de ne pas commettre d’adultère, Jésus demande de ne pas regarder une femme avec désir ! Là où il  était demandé d’aimer son prochain et de haïr son ennemi, Jésus demande d’aimer même ses ennemis ! Tout est résumé dans cet avis du Christ : « si votre justice ne dépasse pas celle des pharisiens vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. »

    A chaque instant Jésus rappelle le soin que Dieu prend des hommes et les attentions qu’il a pour les disciples de Jésus. Le Maître appelle à la confiance complète en la providence de Dieu et à ne pas trop se soucier du matériel.

    Enfin la conclusion de ce vaste discours est faite par la petite parabole de la construction de la maison sur le roc… et non sur le sable ! Construire durablement sur le roc, ce n’est pas dire « Seigneur, Seigneur » mais c’est FAIRE ce que Jésus dit, la volonté du Père. Le christianisme est une pratique…cela n’a pas de sens d’être croyant et pas pratiquant ! comme on l’entend dire si naïvement souvent. Si on ne pratique pas l’Evangile (et la messe en fait partie) cela ne sert à rien de croire.



    [1] Jacob Neussner Un rabbin parle avec Jésus  traduit de l’américain Cerf collection lire la Bible

    [2] Monsieur Frédéric Lenoir qui dans son dernier livre déclare que c’est seulement au IVè siècle que els chrétiens ont dit que Jésus était Dieu montre qu’il ne connaît pas grand chose à la foi chrétienne dont il prétend parler et donner une juste interprétation.

     

  • 3 St Mathieu : le discours sur la montagne

    Retrouvez les séquences précédentes dans la colonne à ci-contre è

    Terre Sainte (438)-Centre des Néocatéchumènes.JPG

    Durant les dimanches qui vont du 30 janvier au 6 mars, nous lisons dans l’Evangile de St Matthieu les chapitres 5, 6 et 7… autrement dit, le « discours sur la montagne ». St Matthieu a rassemblé dans ce discours de nombreuses paroles de Jésus sans doute prononcées à des moments différents qui présentent la pensée de Jésus, le chemin de vie qu’il propose à ses disciples.

    Tout commence avec les béatitudes : ces courtes phrases paradoxales sont faites pour être apprises par cœur, pour être retenues dans le cœur, c’est-à-dire dans le centre de chaque personne là où se prennent les décisions de la vie. La première béatitude – Heureux les cœurs de pauvre – est expliquée par celles qui suivent : un pauvre de cœur, c’est un doux, un compatissant, un passionné de justice, un persécuté, un  pacifique, un miséricordieux, un cœur pur, un témoin du Christ qui accepte d’être méprisé pour le Nom de son maître.

    Heureux les pauvres en esprit, 
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux les doux,
    car ils recevront la terre en héritage.
    Heureux les affligés, 
    car ils seront consolés.
    Heureux les affamés et assoiffés de la justice, 
    car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux, 
    car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs, 
    car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix, 
    car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux les persécutés pour la justice, 
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
    Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux. 

  • 2 Lire St Mathieu : un style rabbinique

    mathieu.jpg

    Nous avons vu la dernière fois que St Matthieu écrit pour ses compatriotes et coreligionnaires. En effet, les juifs qui lisent le texte de St Matthieu trouvent que l’évangéliste a bien su rendre le style rabbinique de Jésus, aussi bien dans les attitudes que dans le choix de formules courtes et frappées comme une médaille facilitant la retenue de mémoire de l’enseignement du maître. Par exemple :

    « Point ne jugeras
    Afin de n’être pas jugé.
    De la manière dont tu jugeras,
    Tu seras toi-même jugé ».

    Le verbe jugé est mis à la fin du vers, les temps se correspondent ainsi que le balancement tu juges/tu seras jugé. C’est un verset du discours sur la montagne que le Français – pour une fois – permet de traduire en rendant les assonances du texte original.

    Matthieu est aussi un homme d’ordre : il rassemble en  4 grands discours beaucoup d’enseignements de Jésus qui ont du être donnés de manière séparée : Discours sur la montagne (5 à 7), discours des paraboles (13), discours sur la vie en Eglise (18), discours sur la fin des temps (24). Cette manière de faire fait allusion au livre du Deutéronome où Moïse donne son enseignement par de grands discours au peuple. Jésus est  bien le Nouveau Moïse, le Grand Prophète attendu comme l’avait prédit Moïse lui-même (en Deutéronome 18)

    Matthieu insiste beaucoup sur le soin que Jésus apporte à bien enseigner Israël et à s’adresser au peuple élu en premier, en raison de l’élection faite par Dieu et des promesses faites par Dieu à Abraham. C’est dans la partie ajoutée à son texte, lors  de la traduction grecque, que certains actes ou discours de Jésus plus universalistes sont  introduits dans le nouveau texte.

    à suivre...

    le début est ici

  • 1 Lire l'Evangile selon Saint Mathieu

    saint-mathieu-guido-reni.jpg

    Durant toute cette année 2011, nous allons lire à la liturgie l’Evangile écrit par St Matthieu. C’est un des plus longs parmi nos quatre Evangiles puisqu’il comporte 28 chapitres.

    La Tradition unanime attribue ce texte à l’apôtre St Matthieu, le chef des collecteurs d’impôts de Capharnaüm que Jésus a appelé alors qu’il était à son bureau. La ville de Capharnaüm était un véritable carrefour économique où s’arrêtaient de nombreuses caravanes qui sillonnaient la région reliant le centre de l’Empire – Rome – et ses frontières… jusqu’en Inde ! Matthieu était donc un juif, personnage riche et puissant qui travaillait au service des Romains : on le détestait pour cela dans la cité, pour sa richesse et sa collaboration avec l’occupant. Son appel par Jésus fit scandale, surtout quand Jésus alla diner chez lui avec les amis de Matthieu dont certains étaient du même métier que lui !

    La Tradition assure que son Evangile fut un des premiers écrits - peut-être le premier - et qu’il le fut dans la langue des juifs et pour eux : soit en araméen soit en hébreu. Il semblerait que ce soit plutôt en araméen que le premier texte fut écrit. On pense que ce fut dans les années 40 (Jésus étant mort le 7 avril 30).

    Puis ce texte fut traduit en grec – langue commune à tous les habitants du bassin méditerranéen – et sans doute aussi augmenté, sous la conduite de St Pierre alors que l’apôtre résidait à Antioche de Syrie.

    St Matthieu veut montrer à ses compatriotes et coreligionnaires que le Christ Jésus est vraiment le Messie attendu et annoncé par les prophètes. D’où cette formule qui revient si souvent dans son texte : « tout ceci arriva pour que  soit accompli l’oracle du prophète qui disait.. ». Jésus lui-même refait l’histoire du peuple juif décrite par l’Ancien testament : Jésus va en Egypte puis Dieu l’en rappelle comme lors de l’exode, puis il passe par l’eau, vit les tentations du désert comme son peuple, il parle du haut de la montagne comme Moïse…

    à suivre...