Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marie

  • Immaculée Conception

    Fichier audio (14 min) pour la fête de l'Immaculée Conception enregistré le 8 décembre


    podcast

     

  • Fête de L'Immaculée Conception

    Marie Immaculée, image de l’Église

    Immaculée Conception Bonsecours.JPG

    « Tu as préservé la Vierge Marie de toutes les séquelles du premier péché et tu l'as comblée de grâce pour préparer à ton Fils une mère vraiment digne de lui ; en elle tu préfigurais l'Église, la fiancée sans ride, sans tache, resplendissante de beauté. »

    Ce texte de la préface de la fête de l'Immaculée Conception présente l'Église comme la fiancée du Christ, avec les qualificatifs que saint Paul, dans l'épître aux Éphésiens, donne à l'Église que le Christ aime : sans ride, sans tache, resplendissante de beauté, l'Immaculée donc. Cette vision de Marie comme image, comme icône de l'Église est très ancienne. Saint Irénée au IIe siècle écrit : « Marie s'écria prophétiquement au nom de l'Église 'Mon âme exalte le Seigneur'. »  

    Ce qu'elle est et ce qu'elle doit être, l'Église l'apprend de façon concrète en regardant Marie. « L'Église doit, à partir de Marie, redécouvrir la nature de l'Église. » (Cardinal Ratzinger). Marie est son miroir, la vraie mesure de son être parce que Marie est toute à la mesure du Christ et de Dieu. Marie ne vit que pour le Christ, et l'Église doit faire de même. Marie est tout entière habitée par le Christ et l'Église doit l'être aussi puisqu'elle est la demeure de Dieu dans le monde !

    Dieu n'agit pas d'une manière abstraite : Dieu est une personne et l'Église est une personne, une femme. Saint Paul montre l'Église comme un « organisme » : elle est son corps en étant son épouse. C'est l'expérience sur la route de Damas qui a profondément marqué saint Paul: il persécutait les chrétiens et le Christ lui dit : « Pourquoi me persécutes-tu ? » Toucher aux Chrétiens, c'est toucher au Christ.

     

    à Notre Dame de BONSECOURS

    9H Laudes                  9H30 messe matinale

    16H chapelet              16H30-18H adoration du St Sacrement et confessions

    18H30 VIGILES        20H MESSE SOLENNELLE

    animées par le groupe « La joie du Mélode »

  • Notre Dame du Rosaire

    Podcast audio (8 minutes) de l'enseignement enregistré le 7 octobre :


    podcast

    Le début manque, "elles" fait référence aux béguines de Gand au XIIIème siècle.

  • 7 octobre : fête de Notre Dame du Rosaire

    "Marie gardait tous ces événements dans son coeur" dit St Luc. C'est une manière de nous indiquer qui a pu lui faire connaître les événements de l'enfance de Jésus. Mais plus profondément, c'est pour nous une invitation à la méditation continuelle des événements de la vie du Christ.
    Le salut, c'est le Christ. Etre sauvé, c'est communier au Christ.
    Communier au Christ, c'est participer aux saints mystères de l'Eucharistie et laisser cet événement retentir en nous.

    Comment ?
    par la méditation, la "rumination" des mystères du Christ.
    Le chapelet - le rosaire - est un de ces moyens privilégiés de "faire comme marie": garder tous ces événements dans son coeur et les approfondir.
    Rosaire.jpg
    18h15 Vêpres chantées, enseignement et méditation
    19h Messe à Bonsecours

  • 15 septembre, Compassion de la Vierge Marie, Notre Dame des Douleurs

    Au Calvaire, Marie est devenue Mère tout le genre humain racheté, Mère de l'Eglise.

    "Elle est de toute évidence la Mère des membres du Christ car elle a coopéré par la charité à la naissance des fidèles qui sont les membres de ce Chef." (St Augustin)

    Joris Van Ael.png

    Icône Joris von Ael 

    18h15 Vêpres chantées, enseignement et méditation - 19h Messe à Bonsecours

  • 8 septembre : nativité de la Vierge

    Strasbourg_Nativite.jpg

    La nativité de Notre Dame est pour nous comme une radieuse aurore qui porte en elle la promesse du salut à venir.
    St Jean Damascène appelle cette fête  « le jour natal de la joie universelle ».

    Vêpres à 18h15, messe à 19h à Bonsecours

    La Nativité de la Vierge, vers 1410, Strasbourg, Musée de l'Œuvre Notre-Dame

  • Méditation sur Marie (5)

    pietro-di-domenico-da-montepulciano-la-vierge-de-misericorde.jpg

    Marie, par l'Assomption, nous tourne vers la beauté de la fin des temps déjà commencée.

    Beno-t-XVI-et-les-enfants.jpgLa promesse de Dieu n'est pas vaine. Réalisée pleinement dans le Christ ressuscité, elle l'est déjà dans une créature Marie qui devient la prototype des Elus éternisés, divinisés et ressuscités. Elle est la première accomplie, gage de l'accomplissement des disciples, Aurore du monde à venir, Image du futur de l'Eglise accompli.

     

     

    Illustrations : Pietro di domenico, XVème ; Benoit XVI et les enfants

  • Méditation sur Marie (4)

    La correspondance Marie, Eglise, chaque âme.

    Paris-Mazarine-520.jpgH de Lubac écrit : « La vie spirituelle reproduit au-dedans de l'âme le mystère de l'Eglise elle-même. Bannissons toute extériorité. Pas plus de l'âme à Marie que de l'Eglise à l'âme, on ne passe véritablement d'un système d'interprétation un autre. Marie est la première aimée mais en elle, toute âme sainte et d'abord l'Eglise entière dont elle est la « forme » (=le modèle structurant) est aimée également. Le mystère chrétien est un. En Marie, en l'Eglise, en chaque âme. » (ME 321) Ainsi poursuit le cardinal de Lubac le culte marial remplit sa mission critique en purifiant l'Eglise des tentations récurrentes de se penser comme un collectif ou une organisation ; L'Eglise est Quelqu'un.

    Illustration : Ms. 520, Bibl. Mazarine, Paris, fin XIVéme