Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Sainte Famille

    Billet spirituel 13      

    En écho à l’Evangile de la Sainte Famille.

    Ste famille.jpg

                Il est très difficile de parler de la sainte famille. On idéalise les choses et du coup, on en perd la saveur et le message. Les lectures de ce dimanche peuvent nous éclairer.

                « Vivez dans l’action de grâce…tout ce que vous faites, faites-le pour la gloire de Dieu. » St Paul en conseillant cette attitude aux chrétiens, reprend un mode de vie juif, un mode de vie sans cesse soutenu par la prière. D’abord une attitude d’action de grâce, fondamentale devant la vie, devant tout ce qui se présente, fondée sur une extraordinaire confiance en Dieu, puis une vie qui est conçue comme louange à Dieu. C’est toute la vie qui est le culte rendu à Dieu. Pas un acte, pas une attitude, pas une parole qui ne puisse  convenir à Dieu. Sûr que Marie et Joseph ont vécu ainsi.

                Un rapport homme /femme : « femmes, soyez soumises à vos maris, maris aimez vos femmes, ne soyez pas désagréables avec elles » L’Evangile de ce jour nous montre ce rapport très fin : il s’agit de fuir en Egypte, puis de revenir, puis de savoir où s’installer. Chaque fois, c’est Joseph qui est averti en songe et qui réveille Marie et l’enfant et les guide ! Marie suit l’avis de Joseph, elle, la « comblée-de-grâce », n’est pas offusquée que la grâce de la conduite de la famille passe par Joseph, elle ne vérifie pas ce que Joseph dit, elle ne propose pas de consulter Dieu, elle, pour plus de sûreté… c’est tout de même elle qui a été choisie pour être la Mère de Dieu ! Il n’ya pas de concurrence de grâce ou de mission… De la même manière, on sent dans le texte la déférence très grande de Joseph pour Marie et Jésus, sa délicatesse, sa pondération, sa recherche de la meilleure solution. Voilà un mode équilibré de rapport, d’estime et d’écoute mutuelles, de vénération,  de certitude que Dieu aime l’un autant que l’autre, que Dieu veut le bien de toute la famille par l’action de chacun… une véritable antidote à la tentation de domination et de convoitise qui guette toute relation dans le couple, autant aujourd’hui qu’hier même si c’est différent.

                Enfin, un village, Nazareth. La patrie de Jésus qui va façonner son rapport au monde : les paysages – de grandes plaines bordées de montagnes, la mer toute proche – la vie quotidienne que Jésus a tant observée et goûtée comme en témoignent toutes les paraboles, les gestes familiers, les attitudes, les petits côtés… la maison paternelle, les travaux des champs, le commerce à Séphoris la ville toute proche, le métier d’architecte artisan… Nous sommes tous façonnés par notre maison, notre ville, notre village… jusqu’à notre accent, Jésus avait celui du Nord comme Pierre. Même le nom de Nazareth est plein de sens. Il est construit autour d’une racine NZR, sans voyelles comme dans l’hébreu. On peut alors voyeliser différemment : NaZiR, NaZaRa, NeZeret… et chaque fois un sens nouveau jaillit ! Nazir : le consacré, Nazara : le caché, le mis en réserve, Nezeze, le Rejeton… tous les sens conviennent à Jésus : il est le Consacré à Dieu par excellence, le caché pendant 30 ans à Nazareth et le mis-en-réserve, enfin est aussi le Rejeton de David.

  • Noël

    Billet spirituel 12

         En écho à l’Evangile du Jour de Noël

    IMG_1393.jpg

    Pour entrer dans le mystère de Noël et de l’Incarnation, l’Eglise a prévu trois étapes essentielles qui correspondent aux trois messes de Noël : la nuit, l’aurore et le jour, comme une illumination progressive jusqu’au plein éclat du jour.

    La nuit, nous sommes conduits à la crèche, au lieu de  l’événement raconté en une phrase : « elle mit au monde son fils premier-né, l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire car ce n’est pas une place pour eux dans la salle commune. » La simplicité extrême sied à Dieu… comme la pauvreté des premiers visiteurs, ces bergers méprisés et originaux que Dieu avait choisis comme premiers et uniques invités, outre la famille proche.

    Puis à l’aurore nous suivons les bergers à l’étable de la maison où est né Jésus. Ces bergers sont modèles pour notre foi : c’est Dieu par ses anges qui les avertit de cette naissance et surtout de QUI est né : le Messie, le Sauveur, le Fils du Très Haut. Un signe leur st donné : un nourrisson dans une mangeoire, signe suffisamment éloquent, qui, hormis Dieu, pourrait mettre un nourrisson dans une mangeoire ? Si Dieu ne leur avait révélé qui était ce bébé, ils n’auraient rien vu. Il en est de même pour nous : c’est Dieu qui nous révèle son fils, pour peu que nous allions là où il est, même si c’est étonnant ! Seul Dieu peut nous initier à Dieu, pour peu que comme Marie nous méditions ces événements dans notre cœur..

    Et voilà qu’à la messe du jour, sous la conduite de Marie, de l’apôtre Jean et du mystérieux auteur de la lettre aux Hébreux nous sommes conduits à la révélation plénière : « Au commencement, le Verbe était Dieu… » avec ce bel imparfait qui dit le présent éternel de Dieu depuis toujours, ce calme divin qui nous apaise. « Le Verbe était tourné vers Dieu, tout fit fait par Lui »… Avant les temps et depuis les temps… L’intimité divine pressentie par les dernières décennies de la Bible trouve ici sa pleine lumière : la sagesse est la Parole…le logos, comme dit St Jean, la Parole divine, personne en Dieu unique. Et cette Parole est venue parmi nous : « Et le Verbe s’est fait chair et , selon le mot de Jean, il a dressé sa tente parmi nous. ». La tente, la tente de la rencontre au désert, celle qui fut dressée à Jérusalem avant de devenir temple en dur, Présence de Dieu, la Shékina selon Israël. Mais plus que la tente : car le Verbe s’est fait chair, pas simplement Dieu devant nous, Dieu au-dessus de nous, mais Dieu en nous et nous en Dieu ! « Consubstantiel au Père selon la divinité » comme dira le concile de Chalcédoine, « consubstantiel à nous quant à l’humanité… » ce que le concile Vatican II, en Gaudium et spes 22, traduira : « le Christ en s ‘incarnant s’est en quelque sorte uni à tout homme. ». La nature humaine assumée par Dieu, Dieu en l’homme et nous, promis à la divinisation, et un homme en Dieu.

    IMG_1385.jpg

    IMG_1388.jpg

    IMG_1387.jpg

    IMG_1386.jpg

  • Saint Joseph

    Billet spirituel 11

    en écho avec le 4ème dimanche de l’Avent

    StJoseph.jpg

    Pauvre Joseph ! Les chrétiens l’ont bien affligé… vieilli, privé d’une relation de couple avec Marie… et j’en passe.

    Reprenons l’Evangile…

                Nous sommes à un moment très précis : le mariage de Marie et de Joseph a été célébré par les deux familles et les deux époux sont repartis vivre chez leurs parents. C’est facile à retenir : le contraire de chez nous ! Nous, on cohabite puis éventuellement on se marie. En Israël à l’époque de Jésus, on se marie et pendant un an, on vit séparés… et à la date anniversaire des noces, l’époux conduit son épouse dans sa maison.

                Et nous sommes juste entre ces deux moments… entre les noces et l’habitation commune.

                Et voilà Marie enceinte !

                Joseph est troublé. L’Evangile explique… pas besoin de faire du cinéma complémentaire !!  l’ange nous dit ce que craint Joseph : prendre chez lui dans sa maison son épouse qui vient d’être choisie pour être la mère du Messie. Marie a dû parler à son époux de la visite de l’ange et des paroles qui lui ont été dites. Et Joseph se sont indigne, indigne d’être l’époux de la Mère du Messie. D’où le scénario qu’il a  imaginé : non pas répudier Marie – c’était la dénoncer comme adultère – mais se retirer de ce mariage discrètement en laissant Marie assumer son rôle, celui que Dieu a voulu pour elle.

                Et Dieu, en songe,  manifeste à Joseph que son dessein n’est pas celui-là : il veut que Joseph prenne chez lui son épouse et donc mène une vie de couple avec elle, et que Joseph donne son nom à l’enfant, ce qui est, du point de vie biblique, lui transmettre tout son héritage familial, autrement dit, faire de Jésus un vrai fils de David… et donc de Joseph, un vrai Père pour Jésus.

                Ecoutons le Père Jean Jacques Olier (1608-1657), fondateur des Sulpiciens, parler cette place de St Joseph pour Jésus :   « L’admirable St Joseph fut donné à la terre pour montrer les perfections adorables de Dieu le Père. Dans sa  seule personne, il portait ses beautés, sa pureté, son amour, sa sagesse et sa prudence, sa miséricorde et sa compassion.

                Un seul saint est destiné pour représenter Dieu le Père tandis qu’il faut une infinité de créatures, une multitude de saints pour représenter Jésus Christ; car toute l’Eglise ne travaille qu’à manifester au-dehors les vertus et les perfections de son chef adorable et le seul St Joseph représente le Père Èternel...

                Aussi faut-il considérer St Joseph comme la chose du monde  la plus grande, la plus célèbre, la plus incompréhensible... (le Père) s’étant choisi ce saint pour en faire sur terre son image, il lui donne avec lui une ressemblance de sa nature invisible et cachée et, à mon sens, ce saint est hors d’état d’être compris des esprits des hommes.

                Le Fils de Dieu s’étant rendu visible en prenant une chair humaine, il conversait et traitait visiblement avec Dieu son Père, voilé sous la personne de St Joseph, par lequel le Père se rendait visible à lui. »                               (la journée chrétienne  fin du volume)

                Telle est la beauté de Joseph ! Telle est sa mission, pendant presque trente ans, éduquer Jésus dans son humanité, ouvrir son humanité au Père… à la familiarité avec le Père lui qui est le Fils quant à sa divinité.

  • CÉLÉBRATION DE NOËL

    couronne 4.jpg

    MARDI 24 DECEMBRE

     22H St PIERRE : MESSE de la NUIT

    MERCREDI 25 DECEMBRE  

     9H30 BONSECOURS

     11H St PIERRE 

  • Jean Baptiste

    Billet spirituel… 10

                En écho avec l’Evangile du dimanche.

    Saint Jean Baptiste.jpg

                Jean Baptiste est au fond de sa prison… Ce battant, actif, brûlant de transmettre l’appel de Dieu et de préparer un peuple au messie qui vient, subit l’épreuve de la solitude et de l’accablement de la prison. Et puis Jésus qui prêche, ne parle pas et l’agit pas avec la violence prophétique de Jean que nous avons entendue dans l’évangile de dimanche dernier. Et voilà Jean troublé… se serait-il trompé ? Trompé de ton ? Trompé de Messie ? Trompé d’appel ? Aucun homme n’échappe à cette déstabilisation à un moment ou à un autre de s a vie… et les prophètes appelés par Dieu ne sont des surhommes : protégés par Dieu, ils sont pourtant exposés au doute, aux critiques, au violence verbale sou autres… et la prison pour Jean est une injustice …

                Et Jésus répond avec douceur. Sans sermonner le prophète, il le remet devant les faits : les aveugles voient, le sourds entendent, le lépreux sont guéris… tous ces faits qui sont annoncés par le prophète Isaïe, entre autres, comme des signes de la présence du Messie. A Jean de tirer les conclusions et à retrouver la paix.

                Et Jésus admire Jean : parmi les enfants des femmes, Jean est le plus grand ! Et nous voyons que son doute n’a pas entamé sa grandeur aux yeux de Jésus. C’est l’accomplissement de la prophétie. Mais Jean est surtout regardé par Jésus comme une « frontière » : Le plus grand mais le dernier de l’Ancien testament ; Car le plus petit dans le Royaume que Jésus est et qu’il inaugure, est encore plus grand que Jean ! Jean, c’est la fin de l’attente… Jésus est le commencement de l’accomplissement des Ecritures. Jean est le temps de la préparation, Jésus celui de la mise en œuvre. Jean annonce, Jésus donne.

    P Jacques Bombardier

  • La lettre de Noël

    Celle qui sera distribuée, à télécharger ici

    noel.jpg

             La situation que nous vivons est difficile et les obstacles de notre temps ressentis par tous. N’est-ce pas aussi une occasion de s’interroger sur le sens profond de notre vie ?

             Pour nous , notre  joyeuse espérance, malgré les difficultés, repose  sur le fait que Dieu est venu vivre notre vie humaine, en Jésus né à Bethlehem de Palestine il y a 2000 ans… anniversaire que nous allons fêter à Noël.

             Nous pouvons prendre appui sur sa Présence continuelle  à nos côtés, en nous dans nos souffrances personnelles ou familiales.

             Notre Dieu désire unir toute l’humanité dans la fraternité d’un seul peuple comme nous le voyons déjà commencé dans notre Eglise…

    … Et nous sommes  tous appelés à partager saVie Eternelle dans le bonheur, au-delà de notre mort, dans le plein accomplissement de notre être.

    Aussi, pour « faire le plein d’espérance », nous vous invitions cordialement à la messe de la nuit de Noêl, à Saint Pierre, le 24 décembre, à 22H.   Le 25 décembre, la célébration a lieu à 11H.

    On peut aussi visiter la crèche dans la même église le samedi 21 de 15H à 18H et le dimanche 22 de 15H à 18H.