Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carême 2012

  • Le mercredi des sous

    La méditation est faite à partir de l'évangile d'aujourd'hui

    4 Musee saint hugues de chartreuse arcabas (27).JPG

    Arcabas - le Christ aux outrages - église Saint Hugues de Chartreuse

    « Combien vous me donnez pour que je vous le livre ? » demande Judas ! La question a le mérite d’être directe ! 30 pièces d’argent… un peu plus que la somme reçue pour prix de la vente de Joseph par ses frères au temps du patriarche Jacob !

    Le lundi de Pâques on entendra encore le même bruit de sous : l’argent donné aux soldats gardiens du tombeau…Ils ont dormi… ils n’ont rien vu… on le protège et o leur donne des sous pour qu’ils mentent : ce sont ses disciples qui sont venus chercher le corps de Jésus pour faire croire à une résurrection. Les mêmes ont payé les deux fois !

    Jusqu’à quelle bassesse l’homme est-il capable de descendre pour l’injustice et l’argent ?

    Et moi ? Prier pour être préservé jusqu’à la fin de trahir le maître d’une manière ou d’une autre. Sens de ma fragilité, de ma faiblesse devant les tentations…

  • Le mardi de l’annonce de la trahison

    La méditation est faite à partir de l'évangile d'aujourd'hui

    Duccio-di-Buoninsegna-La-Cene.jpg

    L’Eglise nous fait lire l’annonce de la trahison de Judas que fait Jésus au début du repas du jeudi saint. Le traître est celui qui prend la bouchée dans le plat avec Jésus… tout un symbole ! C’est l’intime qui trahit !

    Et c’est le geste intime qui le livre à Satan : jusque-là il n’avait eu que l’idée de trahir… par ce geste il accomplit sa trahison… « Satan entra en lui » dit Jean… et un peu plus loin, « quand il eut pris la bouchée, il sortit aussitôt - impossible de rester plus longtemps face à Jésus !- : il faisait nuit. » On sent le froid de la nuit nous tomber dessus.

    Sans atteindre à la gravité de Judas, certaines de mes trahisons du Christ…

  • Le lundi des parfums

    La méditation est faite à partir de l'évangile d'aujourd'hui

    lonction-c3a0-bc3a9thanie-vitrail-de-serge-nouailhat-2009-callao-pc3a9rou.jpg

    L'onction à Béthanie, Vitrail de Serge NOUAILHAT, 2009, CALLAO, PÉROU

    « Six jours avant la Pâque » Jésus est revenu de sa cachette pour un repas d’action de grâce pour la réanimation de Lazare, sans doute un de ces repas fraternels sacrés qui regroupaient chaque semaine les disciples d’un rabbi.

    Marie la sœur de Lazare touche profondément Jésus qui en est fort ému en versant sur ses pieds tout le parfum mis de côté pour la sépulture de Jésus. En voyant la résurrection de Lazare et en méditant sur ce fait, Marie a compris qu’il était inutile de garder du parfum pour le Christ : il ne restera pas au tombeau mais il ressuscitera. « Elle l’avait gardé pur mon ensevelissement » dit Jésus.

    La merveilleuse délicatesse de Marie vis à vis de Jésus… au milieu de la rudesse avare de Judas et des discussions rustiques des apôtres.

    Quelle délicatesse pourrais-je avoir, moi, pour Jésus aujourd’hui ?

  • Méditation du samedi de la 5ème semaine de Carême

    La méditation est faite à partir des lectures du dimanche

    DSC02809.JPG

    Jésus alors parle de la croix… d’une manière voilée : « Quand je serai élevé des terre, j’attirerai à moi tous les hommes »… si voilée que Jean doit décrypté pour que nous ne nous trompions pas de sens. Mais remarquons comment Jésus parle de la croix : comme d’une élévation féconde !

    Et cette élévation est un JUGEMENT : « le monde » – c’est-à-dire la création en tant qu’elle s’oppose à Dieu – « est jugé » mais aussi « le Prince de ce monde » qui « est jeté dehors ». Nous retrouvons dans ces mots un enseignement de Jésus où il se présentait comme le plus fort qui venait prendre la maison d’un fort et tous ses biens : « Personne ne peut entrer dans la maison du fort (= Satan) piller ses affaires, si d’abord, il ne lie pas le fort (Jésus le plus fort ligote Stan par l’expulsion des démons mais surtout par sa victoire sur la mort). Et alors, la maison il la pillera (c’est-à-dire il délivrera l’homme et la création -  biens de Dieu - de l’emprise indue de Satan sur eux). » (Marc 3/27) La Croix manifeste le mal des hommes et par l’amour infini du Christ sur elle, vainc le mal el l’humanité et détruit la mort qui est le salaire du mal. En Jésus « glorifié sur la Croix » l’homme est sauvé et divinisé.

  • Méditation du vendredi de la 5ème semaine de Carême

    La méditation est faite à partir des lectures du dimanche

    christ enseignant.jpg

    Dieu le Père n’abandonne pas le Fils de son amour ! Quelle douleur de penser que des chrétiens aient pu penser que Dieu haïssait son Fils dans la passion et que le fils devait, au prix de la haine de son Père, en « apaiser le courroux » ! Le Père affirme son soutien total et continu au Fils de son amour, sa présence continuelle à ses côtés.

    C’est une tentation également pour toute personne souffrante ou accablée par des fautes et des péchés de croire que Dieu ne peut voir pour elle que du « courroux ». Si Dieu hait le péché, il aime le pécheur, toute la Bible le montre et le Christ encore davantage ! Quant à la souffrance, Dieu ne la magnifie pas ! La preuve : dès que Jésus en rencontre une, il la guérit ! Ne laissons pas Satan faire naître en nous ou en des frères ou sœurs la désespérance.

  • Méditation du jeudi de la 5ème semaine de Carême

    La méditation est faite à partir des lectures du dimanche

    Duccio di Buoninsegna Maesta-Le Christ avertissant les Douze Sienne.jpg

    Et puis éclate le désarroi de Jésus, son bouleversement intérieur ... comme son agonie (= étymologiquement combat). Et Jésus dans sa prière, avec la confiance d’un enfant, libère son cœur devant Dieu ! Il dit ce qu’il ressent intérieurement, il dit la volonté humaine qui crie à Dieu de le délivrer de cette Heure… et sa reprise immédiate, sans un instant d’opposition, dans l’union de la volonté humaine et de la volonté divine de Jésus. C’est l’équivalent en St Jean de l’agonie de Gethsémani des synoptiques que Jean ne raconte pas. La volonté humaine frémit sous le choc de la vision de l’heure !  Jésus ne joue pas au héros sans peur et sans reproche mais calmement, au milieu même du trouble de la liberté humaine, il manifeste son obéissance au Père et sa volonté unie à la sienne.

    Contemplons le cœur de Jésus qui nous est montré, compatissons à sa douleur, osons dire devant Dieu comment est notre cœur sans jouer au héros, sachons avec humilité et calme conduite notre volonté humaine à vouloir ce que Dieu veut.

  • Méditation du mercredi de la 5ème semaine de Carême

    La méditation est faite à partir des lectures du dimanche

    DSC01866.JPG

    Jésus ensuite, poursuivant sa méditation, évoque la fécondité de sa mort avec la comparaison du grain de blé. Il va être jeté en terre, comme tout mort, mais cette mort va porter du fruit de Vie, va multiplier la Vie. Jésus regarde sa mort comme féconde de Vie. Et les paroles qui suivent son pour nous : il y a beaucoup de petites morts dans notre vie (vieillissement, dépouillement, pertes et échecs, humiliations…) Jésus nous invite à les vivre dans son dynamisme, dans le don de nous-mêmes, comme un détachement de nous-mêmes, de notre vie… comme une suite du Christ jusqu’au Paradis.

  • Méditation du mardi de la 5ème semaine de Carême

    La méditation est faite à partir des lectures du dimanche

    DSC01878.JPG

    La réaction de Jésus est inattendue ! Il y voit le signe de son Heure, c’est-à-dire du moment de sa Passion et sa Résurrection. De nombreuses fois dans l’Evangile de St Jean, nous avons lu : « ce n’était pas son Heure, son Heure n’était pas venue ». Aujourd’hui cette demande de juifs grecs est pour Jésus le signe. C’est l’Heure ! « L’Heure pour le Fils de l’homme d’être glorifié ». Pas l’heure d’être crucifié… mais d’être Glorifié, c’est-à-dire de manifester la Gloire de Dieu en étant pris en Elle, en étant ressuscité. Pour St Jean à l’école de Jésus, la croix et la Résurrection ne sont qu’UN SEUL et UNIQUE Mystère ! Et le but de la croix est la glorification du Fils de l’homme.

    Si souvent notre méditation s’arrête à la croix…et notre approche est uniquement doloriste. Certes ce fut affreux mais Jésus ne regarde pas sa croix comme cela mais comme le geste de son amour extrême, de sa victoire et de sa Gloire !