Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SOLENNITE DE SAINTE MARIE MERE DE DIEU

    COMMENCEMENT DE L’ANNEE A BONSECOURS

    Marie.png

    MERCREDI 31 DECEMBRE 

    17H30 VÊPRES ET 18H MESSE

    Action de grâce pour l’année écoulée.

     

    JEUDI 1ER JANVIER 2015 

    11H MESSE

    Pour offrir l’année qui commence.

    Animation des chants par la Chorale « La joie du Mélode »

  • La Sainte Famille

    Billet spirituel                          

    En écho à l’évangile du Jour de la Ste Famille (année B)

    mains.jpg

                « Il n’y a que des vieux »… dans les lectures de ce dimanche !  Abraham, Sarah, Siméon, Anne … Alors comment en pas méditer sur la vieillesse… Notons rapidement pour commencer que c’est un des problèmes majeurs de notre temps : beaucoup de personnes âgées…  alors que le monde médiatique, publicitaire ne valorise que la jeunesse… provoquant comme une exclusion réciproque jeunes/vieux…  Mais regardons la Bible et l’action de Dieu.

                Premier étonnement : quand Dieu commence son dessein d’amour pour ramener les hommes à Lui, Il ne choisit pas un jeune homme mais un vieillard ABRAM. Et Lui qui veut créer un peuple, il choisit un couple âgé stérile ! Comment comprendre ? C’est sans doute que l’avancement en âge correspond chez un être humain qui se laisse faire par Dieu à une avancée dans la sainteté et la disponibilité à l’œuvre de Dieu en soi et par soi.

    Ne nous trompons pas : sauf accident, nous avons la vieillesse de notre vie ! Tout ce qui n’a pas été corrigé durant l’âge actif, tout défaut qui n’a pas été dominé, les ressentiments qui n’ont été dépassés, l’aigreur qui n’a pas été adoucie, l’inquiétude dominée… tout cela éclate dans le grand âge, sans pudeur, sans retenue – nous n’avons plus la force – et rend notre vie insupportable à notre entourage !

                Rien de tel chez Abraham ou Siméon, ou Anne : leur travail spirituel sur eux-mêmes dans la grâce te la force de Dieu, les a faits « monter vers Dieu » dans une confiance totale en Lui. L’épitre aux Hébreux souligne cette foi d’Abraham, cette confiance en Dieu même dans les choses impossibles : avoir un enfant quand on est vieux puis l’offrir en sacrifice alors que la promesse divine repose sur lui ! Commentant cette même vie, St Paul parlera de l’espérance d’Abraham : une foi qui s’exprime dans l’espérance indéfectible dans les promesses de Dieu… « Espérant contre toute espérance ».

                Nous commençons à percevoir ce que nous devons entretenir en nous pour faire de notre vieillesse une montée vers le Seigneur : la « foi/ confiance » totale en Dieu, l’espérance parfaite en Dieu qui tient ses promesses, un abandon à l’œuvre de Dieu en nous, une collaboration à la grâce pour convertir notre être. Dans le fond, il faut aussi savoir abandonner au cours de la vie, ce qui doit être abandonné, au moment où il faut, quand Dieu le demande, ce qui est inutile, espérance vide, futilité, perte de temps …

                Un des points de l’espérance est celui-ci qui éclate bien dans les vies des anciens que nous regardons aujourd’hui : jusqu’à la fin, Dieu fait du neuf, de l’inattendu, Dieu est  nouveau, imprévisible, extraordinairement prévenant… pour Abraham une grande descendance, pour Siméon tenir les Salut dans ses bras, pour Anne voir la Face de Dieu comme le dit le nom de son père Phanuel…

                Et si l’homme âgé, si la femme âgée regarde le monde, ses enfants, petits enfants, neveux… dans cette lumière divine qui l’habite, il est capable de discerner ce qui est bon sans pour autant bénir bêtement toute nouveauté, mais il peut voir ce que Dieu fait en son temps, dans sa vie et celle d’autrui. Il est libéré de la tristesse.

  • Nuit de Noël

    537022143-2.jpg

    Sermon de la nuit de Noël 2014

             Nous voici donc rassemblés ce soir autour d’un « nouveau-né emmailloté, couché dans une mangeoire ». Humble histoire : un jeune couple arrivé à Bethléem, installé dans une des maisons de leur famille ; la jeune femme est prête à accoucher : on l’installe dans la grotte qui est l’étable de la maison ; elle sera au chaud, les femmes pourront s’occuper d’elle dans le calme et hors du monde des hommes car, comme le dit St Luc, « ce n’était pas une place pour eux dans la salle commune ».

             Nous sommes autour de cet enfant… comme le furent tant d’hommes et de femmes depuis 2000 ans chaque année ! Que vient-on chercher dans la visite à cet enfant comme les autres ?

             Certes toute naissance apporte la joie d’une vie nouvelle et de promesses nouvelles. On se réjouit de ce que la vie continue, plus forte que tous les obstacles et Dieu sait que depuis que l’humanité existe, la vie a rencontré des obstacles de mort et elle les a vaincus ! C’est sans doute la joie des habitants de la maison de Bethléem : il est né un fils à Joseph ! Dieu en soit béni !

             Mais cela ne suffit pas à expliquer cette persistance depuis tant de siècles autour de cet enfant-là, si petit, si faible, si fragile. Que peut-il apporter ? Qui est-il pour être à ce point regardé, admiré ou refusé avec mépris, prié ou rejeté dans le folklore ? Peut-il quelque chose pour enrayer la tristesse de ce monde qui nous guette ou nous envahit ?

             La tristesse… qui ne se sent pas vulnérable devant elle aujourd’hui malgré les flons-flons de la soit disant fête ? Il y a quelques décennies, notre société en se libérant du christianisme, pensait retrouver une liberté illimitée que l’Eglise lui refusait. Le Pape Benoît XVI écrit : « les plaisirs interdits perdirent vite leur attrait dès l’instant où ils ne furent plus interdits. Même poussés à l’extrême et indéfiniment renouvelés, ils semblent fades parce qu’ils sont tous finis et que nous avons besoin d’infini. Aussi voyons-nous aujourd’hui précisément dans le visage des jeunes gens une étrange amertume, une résignation qui est bien loin du départ juvénile dans l’inconnu. La racine la plus profonde de cette tristesse, c’est l’absence d’une grande espérance, l’inaccessibilité du Grand Amour. » Et le Pape d’ajouter prophétiquement car il écrit cela en 1986, on croirait lire un commentaire de l’actualité de ces derniers jours : « Ainsi se concrétise davantage cette vérité que la tristesse conduit à la mort : seul le flirt avec la mort, le jeu cruel delà violence est suffisamment excitant pour créer un semblant de satisfaction. »[1]

             Comment un enfant peut-il nous guérir de cette tristesse, de ce vide qui conduit à la violence et à la mort ? Comment peut-il faire naître ou confirmer en nous une espérance ?

             C’est d’abord une expérience étonnante  que nous faisons : l’espérance ne naît pas en nous à la suite d’un raisonnement… l’espérance,  elle est sans raison ! Elle surgit comme cela…en nous, elle ne donne pas de solutions mais elle ouvre des passages, elle est ouverture à l’avenir, elle redonne confiance… Et nous croyants, nous savons que cette espérance qui est offerte à tout homme, est un don de Dieu : elle rend modeste mais souple, capable de nouveauté, confiant et elle se nourrit de ce qui l’attaque : pas d’espérance sans combat, sans volonté, sans décision.

             La tristesse de l’homme se nourrit d’une illusion : « vouloir être dieu par lui-même, se débarrasser du surveillant qu’est Dieu, reprendre en soi le Dieu projeté au ciel et dominer soi-même la création à l’égal de Dieu. »[2] D’où d’ailleurs une vie surexcitée d’activités, d’invention, de nouveauté sans cesse recherchée… L’enfant de la crèche est là devant nous dans le silence, la paix qui rien en trouble et en venant parmi nous, si nous l’accueillons, il nous fait devenir Dieu en lui : - « Par lui, dit une préface de Noël, s’accomplit l’échange merveilleux où nous sommes sauvés : il devient tellement l’un de nous que nous devenons éternels ».

             La tristesse de l’homme se nourrit du mépris de lui-même. Aujourd’hui, il y a une curieuse haine de la part de l’homme contre sa propre grandeur. L’homme se considère comme « l’ennemi de la vie, de l’équilibre de la création, comme la créature manquée… » L’enfant de la crèche qui est Dieu fait homme nous dit au contraire la grande dignité de chaque homme  - « lorsque ton Fils prend la condition de l’homme dit la préface, la nature humaine en reçoit une incomparable noblesse » - de chaque homme, de chaque enfant.

             La tristesse de l’homme se nourrit de la déception devant la vie : on avait cru qu’on serait heureux par la possession infinie de biens nouveaux… ce n’est plus vraiment possible et cette course semble en panne. On avait cru être heureux en étant comme tout le monde, dans l’indolence, en créant le vide des convictions religieuses, des raisons spirituelles de vivre, en les renvoyant dans le privé ou dans la dérision, la moquerie, en interdisant toute expression particulière – voyez l’affaire des crèches -… et voilà que le vide produit la violence et la mort. L’enfant de la crèche nous parle par son silence : sa simple présence humble, discrète, chaleureuse défie, dans la paix, la société désespérée qui est la nôtre… tellement que certains ne voudraient plus la voir !


    [1] Retraite prêchée par le cardinal Ratzinger en 1986 à Rimini « Regarder le Christ ».

    [2] idem p. 88

  • NOEL à SAINT PIERRE - NOTRE DAME DE BONSECOURS

    Noel.jpg

    Confessions

    Mercredi 24 de 16H à 18H à St Pierre

    MESSE DE LA NUIT

    22H St PIERRE

    MESSES DU JOUR

    9H30 BONSECOURS

    11H St PIERRE

  • enseignement du 11 déc. 2014 (résumé)

             Au niveau humain

             - L’espoir a un objet, alors que l’espérance n’en a pas. L’espoir vise un futur, escompté ; l’espérance se vit au présent. L’espérance ne donne pas de solutions, mais elle ouvre des passages. L’espérance ne résout pas les problèmes, mais elle découvre un passage là où l’on croyait ne pas pouvoir passer... Des millions d’hommes ont vécu et vivent  cette espérance. Nous en sommes les fils aujourd’hui. Pour nous chrétiens, La Bible est le livre des passages, le livre de l’espérance… passage de la mer rouge, passage du tombeau.

           - D’où vient l’espérance ? Elle survient en nous. L’espérance n’est pas au bout d’une argumentation, d’un raisonnement La source de l’espérance est plus intérieure, plus existentielle. C’est plus une attitude, une manière d’être.

             Au niveau chrétien : l’espérance théologale(vient de Dieu pour retourner à Dieu)habite et transforme la capacité humaine d’espérer. L’espérance théologale naît de Pâques.

             * L’espérance est l’ouverture de l’avenir. La résurrection du Christ ouvre l’avenirLà où l’on croit que la porte est définitivement fermée, que la mort a eu le dernier mot, que la pierre du tombeau bouche l’horizon..., l’espérance ouvre l’avenir. Le récit du tombeau vide  « Le récit laisse l’histoire de Jésus ouverte ; la pierre tombale qui bouche l’horizon de toute vie ne s’est pas refermée sur la vie de Jésus. L’histoire de sa vie terrestre ne dit pas le dernier mot sur sa destinée. Le récit renvoie le lecteur, qui cherche la solution de l’énigme, à la méditation silencieuse de sa vie et de sa parole. L’ouverture du récit sur l’espérance de la résurrection s’exprime dans son registre symbolique : le tombeau n’est pas seulement montré vide, mais ouvert.[1]» Le corps de Jésus n’est plus contenu dans le lieu de la mort : vide du tombeau. Mais il y a plus : le tombeau est ouvert. Ouvert pour que l’on puisse constater qu’il est vide, certes. Mais ouvert aussi pour emmener le lecteur ailleurs : « Il n’est pas ici... Il est ressuscité... Il vous précède en Galilée », tel est le message délivré par l’ange près du tombeau dans les Evangiles. Sortir de la mort, c’est être précédé...marcher à la suite du Ressuscité.

             * Que fait l’espérance théologale ?

    L’espérance vient remettre en route ce qui était bloqué, arrêté. Elle ouvre des passages. Elle permet de voir autrement le réel et remet en route.  Le passage de la Mer Rouge, dans le livre de l’Exode, montre cela à merveille : Il a fallu mettre les pieds dans l’eau, pénétrer dans la mer, pour que les eaux s’ouvrent. C’était une aventure d’une audace folle.Comme l’écrit la philosophe juive Catherine Chalier, « que traverser la mer Rouge à pied sec soit possible, nul ne le sait avant de s’y être engagé ; ce n’est qu’une fois la traversée accomplie qu’on estime que cela était une possibilité.[2]» L’espérance a ouvert un chemin dans la mer, mais nous ne le savons que parce que nous nous y sommes engagés.

             * L’espérance a aussi une force créatrice aussi dans le domaine des relations. L’espérance a le pouvoir de décloisonner. Une rencontre peut advenir avec ceux dont on n’attendait rien, ou qu’on ne voyait même pas. Le pardon est signe d’espérance ; il dit : « Tu vaux mieux que tes actes ; je ne t’enferme pas dans ce que tu as fait. Tu es capabled’autre chose »

    * Comment se vit l’espérance ? L’espérance, passée par le mystère pascal, est « sans garanties », elle est ouverture au don gratuit de Dieu. C’est ce qui leur donne une certaine légèreté. L’espérance est sans garantie, sans « assurances tous risques » - c’est sa force. Cela suppose souplesse et engagement, une certaine « grâce » aux deux sens du terme : elle est donnée, elle survient, je ne peux produire moi-même l’espérance, je ne peux me la donner à moi-même, je ne peux que l’accueillir ; et elle est gracieuse au sens de charmante car elle n’est pas crispée ni tendue.

             * Le secret de l’espérance, c’est de nous faire vivre « tendus vers »... un horizon... tout en étant « détendus » ! Saint Paul, associe l’espérance à la persévérance. Romains 5,4 : « La tribulation engendre la persévérance, la persévérance engendre une vertu éprouvée, et la vertu éprouvée engendre l’espérance ». L’espérance a la possibilité de se nourrir de ce qui l’attaque.           

             - Le contenu de l’espérance est « d’avoir part à la gloire de Dieu » c’est-à-dire à la communion avec Dieu, à la divinisation de tout notre être dans la béatitude divine. Car Dieu tient toujours les promesses qu’il fait. « Aujourd’hui, Tu seras avec moi dans le paradis »



    [1] Joseph Moingt, L’homme qui venait de Dieu, Cerf, 1993, p.358

    [2] Catherine Chalier, Présence de l’espoir, Seuil, 2013, p.80.

  • L'espérance d’Abraham

    Abraham est vieux, il n’a pas eu d’enfant de Sarah, il vit à Ur en Chaldée dans une civilisation prospère, riche, confortable…

    Dieu lui dit : « Quitte ton pays ta parenté,
    Va vers le pays que je te montrerai »

    Abraham partit avec Sarah et une partie de ses biens.
    Lot son neveu partit avec lui mais des heurts se produisirent
    Entre les bergers de Lot et ceux d’Abraham. Ils durent se séparer.

    Dieu dit à Abraham : «  Sors et regarde le ciel ;
    compte les étoiles si tu peux. Regarde le rivage de la mer,
    Compte les grains de sable. Ta descendance sera aussi nombreuse
    que les étoiles et le sable des mers. »

    Abraham, dans sa détresse, dit à Dieu :
    « Comment cela sera-t-il ? Tu ne m’as pas donné d’enfant »        

    Selon la coutume, puisque Sarah se savait trop vieille pour enfanter, elle encouragea Abraham à donner la vie à un enfant avec sa servante Agar. Cela semblait plus réaliste! Agar enfanta Ismaël et ainsi Abraham eut un fils.

    Dieu visita alors Abraham et Sarah et il leur dit :
    « Quand je passerai l’an prochain,
    Sarah aura un enfant. » Sarah qui avait entendu
    Se mit à rire : elle était si vieille et Abraham si vieux !
    Avoir un enfant… impossible !

    Une année plus tard, Abraham et Sarah avaient un fils : ISAAC dont le nom signifie : « Dieu m’a donné de quoi rire » ! L’enfant grandit. Abraham le couvait.

    Dieu dit à Abraham : « Cet enfant, Isaac,
    Donne le moi en sacrifice sur le mont Moriah ! »

    Abraham obéit à Dieu, prit son fils, du bois pour l’holocauste, un couteau pour le sacrifice et partit avec son âne et son fils vers le mont Moriah. En route, Isaac questionna son père : il y avait tout pour le sacrifice… sauf l’agneau. Abraham répondit : ‘Dieu y pourvoira ». Arrivé au Mont, Abraham prépara son fils pour le sacrifice.

    Dieu se manifesta à Abraham par son Ange, arrêta le couteau
    Fournit un bélier pris dans un buisson et
    Reconnut la foi d’Abraham, sa confiance… 

    St Paul dans l’épitre aux Romains commente ainsi l’histoire d’Abraham : 

    « Espérant contre toute espérance, Abraham a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole. Il n’a pas faibli dans la foi quand, presque centenaire, il considéra que son corps était déjà marqué par la mort et que Sara ne pouvait plus enfanter. Devant la promesse de Dieu, il n’hésita pas, il ne manqua pas de foi, mais il trouva sa force dans la foi et rendit gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d’accomplir ce qu’il a promis. Et voilà pourquoi il lui fut accordé d’être juste.

    En disant que cela lui fut accordé, l’Écriture ne s’intéresse pas seulement à lui Abraham, mais aussi à nous, car cela nous sera accordé puisque nous croyons en Celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur.

    Nous qui sommes donc devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ. Et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu.

    Bien plus, nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. »

    Romains 4/18-21 et 5/1-5

  • L'espérance selon Charles Péguy

    Le Porche du Mystère de la Deuxième Vertu

    Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance
    Et je n’en reviens pas.
    Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.
    Cette petite fille espérance.
    Immortelle 

    Car mes trois vertus, dit Dieu.
    Les trois vertus mes créatures.
    Mes filles mes enfants.
    Sont elles-mêmes comme mes autres créatures.
    De la race des hommes.
    La Foi est une Epouse fidèle.
    La Charité est une Mère.
    Une mère ardente, pleine de cœur.
    Ou une sœur aînée qui est comme une mère.
    L’Espérance est une petite fille de rien du tout.
    Qui est venue au monde le jour de Noël de l’année dernière.
    Qui joue encore avec le bonhomme Janvier. (…)

    Et l’on n’a pas d’attention, le peuple chrétien n’a d’attention que pour les deux grandes sœurs. (…) Et il ne voit quasiment pas celle qui est au milieu.
    La petite, celle qui va encore à l’école.
    Et qui marche.
    Perdue dans les jupes de ses sœurs.
    Et il croit volontiers que ce sont les deux grandes qui traînent la petite par la main.
    Au milieu.
    Entre elles deux.
    Pour lui faire faire ce chemin raboteux du salut. (…) 

    C’est elle, cette petite, qui entraîne tout. (…) 

    Il* pense à ses trois enfants, qui en ce moment-ci même jouent au coin du feu.
    Jouent-ils, travaillent-ils, on n’en sait rien. (…)
    Pour les enfants jouer, travailler, se reposer, s’arrêter, courir, c’est tout un.
    Ensemble. (…)

    L’espérance aussi est celle qui s’amuse tout le temps… 

    * le père de famille

  • L'espérance selon Maurice Zundel

    Extrait d’un sermon de 1955 à Lausanne.

    (in Ton visage ma lumière, 90 sermons inédits MAME Paris 2011, p 149)

                Il est certain que la Bonne Nouvelle de l’Evangile, ce n’est pas de nous promettre quelque chose que nous allons toucher, ce n’est pas d’être pour nous une consolation, un refuge, une espèce d’opium contre la douleur et contre la mort. C’est quelque chose d’immense, […] quelque chose qui s’adresse au plus haut de notre être intelligent et de notre cœur, quelque chose qui ne fait appel qu’à notre générosité.

                Voilà, Dieu nous est livré, faites-en ce que vous voulez ! Dieu vous est livré ! Il risque tout. Vous pouvez Le tuer, Il est sans défense, vous pouvez Le crucifier : Il est sans appel. Il vous fait crédit… Tout est là.

                […]Il faut simplement regarder la Croix ! Et, devant la Croix qui est notre unique espérance, lire le Cœur de Dieu. Voilà ce qu’est Dieu ! Il n’est pas là une menace embusquée au milieu de votre chemin. Il est les deux bras liés de l’Amour que vous seuls pouvez délier. Car, s’Il doit ressusciter, Il ne le peut que dans votre vie, dans votre cœur et dans votre amour.

                Alors, je n’ai pas besoin de m’occuper de mon destin, de l’Autre Vie. Il y a quelque chose de tellement plus brûlant aujourd’hui : il faut que je m’occupe de  cette Autre Vie dans la mienne, de cette Vie confiée à la mienne, de cette vie qui donne à mon existence sa véritable dimension : c’est une dimension de générosité comme le suggère ce mot admirable lu sur une tombe : « L’Homme, l’homme est l’espoir de Dieu ! »